Walter Boudreau: prière de brancher votre cellulaire

Le compositeur et chef d'orchestre Walter Boudreau dirigera... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le compositeur et chef d'orchestre Walter Boudreau dirigera Le téléphone bien tempéré, une oeuvre du compositeur Yves Daoust.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Inutile d'éteindre votre téléphone. Walter Boudreau vous invite au contraire à le garder branché et, sur son signal, à ajouter votre voix à l'oeuvre qu'il a concoctée avec le compositeur Yves Daoust.

Contre toute attente, le petit appareil dont la sonnerie, comme un cheveu dans la soupe, a le pouvoir de gâcher la plus grande des interprétations, joue un rôle central dans Le téléphone bien tempéré, une entreprise de détournement technologique présentée à l'occasion du Mois Multi.

Le titre fait bien sûr un clin d'oeil au Clavier bien tempéré, ce célèbre recueil de 48 Préludes et fugues signé Jean-Sébastien Bach. L'oeuvre commence avec l'interprétation du premier Prélude et fugue et se prolonge le long de 45 courtes variations électroacoustiques.

«La première idée, explique Walter Boudreau, c'est de rentrer et de sortir de la musique de Bach par le biais des variations musicales qu'Yves et moi avons fait subir à cette oeuvre merveilleuse, et d'intégrer les sonneries de téléphone cellulaire dans la trame électroacoustique, ce qui est intéressant parce que le Clavier bien tempéré a été écrit pour le clavecin et que cet instrument possède une sonorité très métallique, tout comme les sonneries de téléphone.»

Participation du public

Un autre aspect de l'exercice vise la participation du public. Au signal du chef, tout le monde est invité à intervenir dans l'oeuvre en déclenchant la sonnerie de son téléphone cellulaire. Le résultat est à la fois pédagogique et ludique. «Comme les gens collaborent à la performance, l'écoute devient tout de suite beaucoup plus active», assure Boudreau, qui a eu l'occasion de diriger l'oeuvre lors de sa création à l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Les compositeurs visent par ailleurs un objectif d'ordre musicologique. «Bach a composé le Clavier bien tempéré pour démontrer la validité des théories de Zarlino, rappelle-t-on. Ce faisant, il a écrit un chef-d'oeuvre qui en lui-même portait le germe de nombreux chefs-d'oeuvre à venir. C'est quand on réactualise un objet qu'on peut mesurer ses conséquences. Ce n'est pas une déformation, c'est un hommage. Trois siècles plus tard, nous demeurons inspirés par le génie de Jean-Sébastien Bach.»

Le concert est présenté à la salle Raoul-Jobin avec la participation de la claveciniste Geneviève Soly, de l'organiste Jean-Willy Kunz et d'un quintette de bois. Question de s'assurer d'une bonne participation du public, l'entrée sera gratuite.

Vous voulez y aller?

Quoi : Le téléphone bien tempéré d'Yves Daoust

Qui : Walter Boudreau et la SMCQ

Où : salle Raoul-Jobin

Quand : le 9 février à 14h

Billets : gratuit

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer