The Queen Extravaganza s'installe à Québec

Les Québécois Marc Martel et François-Olivier Doyon ont... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les Québécois Marc Martel et François-Olivier Doyon ont été à la hauteur des attentes, le 26 mai 2012, pour le lancement de la tournée Queen Extravaganza, au Grand Théâtre.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partager

(Québec) Nouvelle mouture, même mission : The Queen Extravaganza revient à Québec pour deux séries de spectacles, dont une qui s'amorce mardi. La formation, qui compte deux talents québécois, continuera de célébrer les Bohemian Rhapsody et autres We Are the Champions.

La musique de Queen trouve un écho retentissant à Québec. Lors de sa précédente halte en ville, au printemps 2012, The Queen Extravaganza avait rempli le Grand Théâtre. À compter de mardi, le spectacle reprend l'affiche, cette fois au Capitole, le temps de cinq concerts. Et au mois d'août, c'est pour une résidence de 20 dates que la bande créchera dans le Vieux-Québec.

«Je suis très fier de ma belle ville», lance d'emblée le bassiste François-Olivier Doyon. «Je savais que s'il y avait un endroit où ça pouvait vendre, c'était bien au Québec, et je suis très content de voir la réaction des Québécois!»

Les débuts

Pour Doyon et ses comparses, l'aventure a débuté en 2011. Roger Taylor et Brian May, de Queen, avaient mis sur pied un concours. Le but? Recruter des musiciens pour mettre sur pied une formation célébrant leur musique. Afin d'être sélectionnés, les participants ont d'abord envoyé des clips par l'entremise de YouTube. C'est à ce moment que le chanteur originaire de Montréal Marc Martel a attiré l'attention à la fois par sa voix, si proche de celle de Freddie Mercury, et par son faciès, qui peut évoquer, par certains traits, celui du défunt. Pas moins de 7,4 millions de curieux ont visionné son audition de Somebody to Love...

Une fois l'équipe formée, ils étaient neuf à partir sur la route pour une tournée de 27 dates. Quatre chanteurs se partageaient le micro, si bien que plusieurs critiques ont déploré que Martel, avec son timbre unique, n'ait pas eu davantage de temps sous les projecteurs. C'est corrigé : Queen Extravaganza a fondu à six membres, et Martel partage désormais le chant avec Jennifer Espinoza et le batteur Tyler Warren. On a également resserré la liste des chansons pour que le concert soit moins long. «On sent plus maintenant que c'est un groupe de rock'n'roll, commente Martel. Parce qu'avant, à neuf, le public pouvait se demander si c'était un show de Broadway ou un show de band...»

Carrière solo

Martel, qui ne tente pas d'imiter Mercury, dit avoir découvert la richesse des compositions de Queen. Il est heureux de pouvoir désormais s'attaquer à des pièces comme Another One Bites the Dust, l'une de ses préférées, ou encore Fat Bottomed Girls.

Parallèlement à ses engagements au sein de Queen Extravaganza, l'artiste à la mi-trentaine se lance dans une carrière solo. Pendant près de 14 ans, il a été à la tête du groupe de rock chrétien Downhere, qui a récemment cessé ses activités. Il a déjà un minialbum en poche, qu'il mettra en vente lors des concerts.

De son côté, François-Olivier Doyon est très heureux de reprendre le collier avec Queen Extravaganza. Le fait que le groupe ait rétréci lui a ajouté des responsabilités : il doit entre autres assurer les choeurs. Cela dit, il est loin de se plaindre, d'autant que les répétitions, sous la houlette du directeur musical et complice de Queen Spike Edney, se sont bien déroulées. L'idée de s'installer au Capitole, dans la ville qu'il habite, et de jouer dans le grand aréna montréalais lui sourit particulièrement.

«De pouvoir performer au Centre Bell, c'est quelque chose d'incroyable! En tout cas, pour Marc et pour moi, c'est quelque chose de gros. C'est le rêve de tout Québécois!»

Vers l'Europe

Jusqu'à maintenant, Queen Extravaganza a limité ses activités en Amérique du Nord. Un concert a été filmé, or les musiciens ne savent pas encore si c'est dans le but d'en tirer un DVD ou pour mieux vendre le spectacle aux diffuseurs. Quoi qu'il en soit, François-Olivier s'attend à ce que d'autres dates s'ajoutent et croit qu'à moyen terme, les arénas sont dans la mire.

Martel, pour sa part, estime qu'une visite du côté de l'Europe et, plus particulièrement, de la Grande-Bretagne, pourrait survenir bientôt...

«C'est ça, le rêve! Roger Taylor veut vraiment amener ça en Europe, surtout en Angleterre, parce qu'il voit d'autres groupes qui font la musique de Queen professionnellement, et, à son avis, ce n'est pas très bien représenté. Il est très fier de ce que l'on fait, alors il veut que les Européens voient ça.»

Vous voulez y aller?

QUOI : The Queen Extravaganza

QUAND : Du 22 au 27 janvier, du 6 août au 1er septembre

OÙ : Capitole

BILLETS : de 43,49 $ à 65,23 $ (taxes et frais en sus)

TÉL. : 418 694-4444

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer