Violons du Roy: un Stabat Mater signé Scarlatti

Le chef des Violons du Roy, Bernard Labadie,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le chef des Violons du Roy, Bernard Labadie, dirigera le Stabat Mater, dont le texte évoque la souffrance de Marie au pied de la croix.

Photothèque Le Soleil

Richard Boisvert
Le Soleil

(Québec) Si on dit Stabat Mater, vous pensez d'abord Pergolèse. Le texte évoquant la souffrance de Marie au pied de la croix a pourtant inspiré une foule de musiciens. Josquin, Palestrina, Vivaldi, Caldara, Haydn, Boccherini, Salieri, Rossini, Schubert, Liszt, Verdi, Pärt, pour n'en nommer que quelques-uns. Le compositeur Bruno Coulais (Les choristes) y a même ajouté son nom récemment.

Le Stabat que les Violons du Roy présentent avec beaucoup d'à-propos en ce Vendredi saint est signé Scarlatti. Alessandro Scarlatti. Il fait appel à deux voix de femme, que Bernard Labadie a confiées à la soprano montréalaise Shannon Mercer et à la mezzo-soprano américaine Meg Bragle. Il ne faut pas le confondre avec celui de son fils Domenico, écrit pour 10 voix, qui figure au calendrier de la Chapelle de Québec la saison prochaine.

On considère le Stabat Mater d'Alessandro Scarlatti comme l'ancêtre de celui de Pergolèse. Les deux partitions furent d'ailleurs commandées toutes les deux par la communauté des Chevaliers de la vierge des douleurs. La première en 1724, la seconde en 1736.

«Je trouve fascinant de considérer des oeuvres écrites d'une manière si différente dans un intervalle si court, commente le chef des Violons. C'est comme une photographie de l'évolution rapide du style musical. Ces gens-là suivaient la mode et la mode était en train de changer.»

Scarlatti ne cherche pas à écrire de belles mélodies, comme le feront ses successeurs, mais à mettre en valeur le texte en utilisant des moyens qui sont ceux des compositeurs baroques italiens du début du XVIIIe siècle. D'où le désintérêt dont il sera l'objet. Curieux comment des oreilles du XXIe siècle peuvent reconnaître dans son Stabat Mater des accents très actuels, voire une parenté avec le mouvement minimaliste. C'est comme pour Bach, croit le chef des Violons du Roy.

«On estimait sa musique trop compliquée, ou vieux jeu, alors qu'on lui trouve aujourd'hui des résonances beaucoup plus intemporelles.»

Aussi au programme, des oeuvres de chambre de Gabrieli, de Rossi, de Marini et de Legrenzi.

À la salle Raoul-Jobin, vendredi à 20h. Billets : à partir de 43,50 $. Tél. : 418 641-6040

Mozart à l'honneur à l'OSQ

L'Orchestre symphonique de Québec et le chef invité Kenneth Slowik poursuivent la célébration de l'oeuvre de Mozart au Grand Théâtre, aujourd'hui à 20h, en compagnie du pianiste Anton Kuerti dans le Concerto no 25. Également au programme, la 40e et l'Adagio et Fugue pour cordes en do mineur. Pour clôturer le minifestival, demain à 20h, l'OSQ interprète le Requiem - avec les solistes Karina Gauvin, Allyson McHardy, Thomas Cooley et Alain Coulombe et le choeur - ainsi que la Symphonie Jupiter. Billets : à partir de 25,40 $. Tél. : 418 643-8486, 418 643-8131

Concerts des quatre jeudis

La Société de musique de chambre de Québec et le Conservatoire de musique conjuguent leurs efforts dans un Grand concert spécial au cours duquel on entendra entre autres le Quatuor pour flûte et corde en ré majeur de Mozart, les Liebeslieder-Walzer, op. 52, pour quatuor vocal et piano 4 mains de Brahms et le Quatuor à cordes no 8 en do mineur de Chostakovich. Jeudi à 19h30 à la Chapelle du Musée de l'Amérique française. Billets : 15 $. Tél. : 418 652-0592, 418 651-2939

Aux Poètes de l'Amérique française

L'écrivain Gilles Archambault partagera l'affiche du prochain rendez-vous des Poètes de l'Amérique française avec Peggy Bélanger, soprano, et Michel Angers, au luth et au théorbe. Le duo interprétera des pages de Barbara Stozzi, d'Alessandro Piccinini et du compositeur de Québec Yannick Plamondon. Lundi à 19h30 à la Chapelle du Musée de l'Amérique française (2, côte de la Fabrique). Billets : 8 $. Tél. : 418 692-2843

Ute Lemper au Club

Le Club musical de Québec reçoit la chanteuse allemande Ute Lemper et le quatuor à cordes Vogler, vendredi à 20h, à la salle Louis-Fréchette. Musiques : Piaf, Eisler, Weill, Piazzolla et Brel. Billets : à partir de 40,50 $. Tél. : 418 643-8131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer