Déneigeur le jour, punk rocker la nuit

Gerry Hannah lors du spectacle du groupe canadien... (Le Soleil, Ian Bussières)

Agrandir

Gerry Hannah lors du spectacle du groupe canadien Subhumans jeudi à Montréal. La formation punk est de passage à l'AgitéE ce soir.

Le Soleil, Ian Bussières

Ian Bussières
Le Soleil

(Québec) Il s'appelle Gerald, il a 53 ans, sa femme est enseignante et il conduit une déneigeuse et de la machinerie d'entretien des routes près de Vancouver. Avec sa moustache à la Dennis Maruk, Gerry Hannah ressemble à plusieurs de ses collègues de travail. Le soir cependant, il joue de la basse avec les Subhumans, un groupe punk qui est de passage à l'AgitéE ce soir. Et il a aussi la particularité d'être l'un des rares Canadiens à avoir été condamné pour des actes terroristes.

C'était en 1983. Gerry, sa petite amie d'alors et trois autres personnes ont été arrêtés à la suite d'une enquête policière liée à l'explosion d'un poste hydroélectrique en Colombie-Britannique et de l'usine torontoise Litton Industries, qui fabriquait les têtes chercheuses pour les missiles Cruise.

Les cinq formaient un groupe d'activistes antiguerre et proenvironnement baptisé Direct Action et ont écopé en 1985 de peines allant de six ans à la prison à vie pour la chef de la bande. Gerry, alors âgé de 28 ans, en a pris pour 10 ans pour avoir possédé une arme volée et comploté en vue de commettre un vol qualifié dans un fourgon blindé. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle après cinq ans de pénitencier.

Insouciants

«Aujourd'hui, je ne le referais plus. Nous étions jeunes, nous étions passionnés à propos de ce en quoi nous croyions, mais nous étions insouciants, nous avons posé des gestes dangereux et je regrette qu'une dizaine de personnes aient été blessées à Toronto», expliquait-il au Soleil jeudi avant un spectacle à Montréal.

«Je croyais à l'action directe, je croyais que tout était noir ou blanc, mais maintenant, je sais que c'est beaucoup plus complexe. Par exemple, ceux qui font sauter des cliniques d'avortement parlent d'action directe, mais je ne suis pas du tout d'accord avec ça. Il vaut mieux essayer d'atteindre nos objectifs par le dialogue», explique-t-il.

Le quinquagénaire n'aime pas non plus l'étiquette de terroriste qui lui a été accolée et ne se sent aucune affinité avec les auteurs des attentats du 11 septembre 2001. «Notre but n'était pas de semer la terreur, c'était de causer des dommages à la propriété. Nous ne souhaitions pas blesser quelqu'un», enchaîne-t-il.

«Je suis fâché contre Al-Qaida, car à cause d'eux, tout le monde est mis dans le même panier. Quand je vois des nouvelles comme l'arrestation de suspects de terrorisme à Ottawa, même si je demeure soupçonneux envers les autorités, je me dis que ces gars-là sont peut-être de vrais extrémistes islamistes et que si c'est le cas, c'est une bonne chose qu'ils aient été arrêtés», poursuit-il.

Depuis 2005, celui qui avait déjà vendu ses instruments de musique pour acheter un fusil-mitrailleur est retourné à ses anciennes amours, le punk rock. C'est avec ses paroles et sa musique plutôt que la dynamite qu'il exprime ses opinions après avoir reformé les Subhumans, dont il avait fait partie de 1978 à 1981 et dont il a composé une bonne partie du répertoire.

«Nous faisons des spectacles quand nous pouvons, car nous avons tous d'autres emplois! Cette tournée au Québec et en Ontario, ce sont mes vacances!» explique-t-il avec le sourire. Le groupe, qui a également fait le tour de l'Ouest canadien, aimerait bien jouer en Europe. Réaliste, Gerry sait toutefois que ses antécédents judiciaires fermeront aux Subhumans la porte des États-Unis. «Ça a beau faire plus de 25 ans, je sais que je ne pourrai pas y entrer.»

Après le dernier arrêt de la tournée à Québec, le quatuor repartira vers Vancouver, où Gerry retrouvera sa femme, son chat, son chien et son emploi à l'entretien des routes. Une petite vie somme toute tranquille pour un punk rocker au passé plutôt explosif.

Vous voulez y aller?

QUOI : spectacle des Subhumans

QUI : Subhumans (Vancouver), Buddah Bulldozer (Québec), Striver (Québec) et Gerbia (Québec)

QUAND :  ce soir à 20h

: café bar l'Agitée,  251, rue Dorchester, Québec

BILLETS : 10 $ en prévente,  15 $ à l'entrée

TÉL. : 418 522-6133

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer