Hans Küng exhorte l'Église à se réformer

Mgr Gérald Cyprien Lacroix a commenté les propositions de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Mgr Gérald Cyprien Lacroix a commenté les propositions de Hans Küng.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partager

Didier Fessou
Didier Fessou
Le Soleil

(Québec) Dans un essai de 264 pages paru au Seuil, le théologien suisse Hans Küng pose une terrible question: «Peut-on encore sauver l'Église?» C'est le titre de cet ouvrage lucide, déconcertant, mais stimulant.

Ce livre explique pourquoi l'Église connaît sa plus grave crise depuis la Réforme protestante.

Formé à l'Université grégorienne de Rome, Hans Küng est un théologien suisse qui fit carrière dans l'enseignement à Tübingen. Il a participé au concile Vatican II à titre de théologien expert en compagnie de Josef Ratzinger, alors professeur à l'Université de Münster.

Amis, les deux hommes ne suivront pas le même chemin: l'un prendra des risques en dénonçant l'autoritarisme et le conservatisme de Rome tandis que l'autre deviendra plus «conservateur» et se fera élire pape.

En 1979, Hans Küng se vit retirer le droit d'enseigner la théologie par la Congrégation pour la doctrine de la foi. Depuis, il ne cesse de reprocher à l'Église catholique romaine d'avoir trahi ses origines.

Âgé de 82 ans, Hans Küng dit être déçu par Benoît XVI: «J'ai espéré que Ratzinger se montre différent comme pape. Mais cela n'a pas été. Il a raté tous les tournants et il n'a pas répondu aux attentes. Lui et moi sommes différents dans notre approche de Jésus. Moi, je suis attaché au Jésus de l'Histoire. Son Jésus à lui est dogmatique.»

Dans Peut-on encore sauver l'Église?, Hans Küng dresse un portrait accablant de cette Église dont il est toujours l'un des prêtres: absence de réforme du gouvernement romain, scandale de la pédophilie, rigorisme moral insupportable, autoritarisme, trahison de l'esprit de Vatican II, traditionalisme liturgique, oecuménisme défaillant. Mais aussi juridisme, cléricalisme, système de gouvernement médiéval, mentalité de croisade, méfiance envers la sexualité humaine, refus de toute réforme, mépris de la science, exclusion des femmes, goût du secret, etc.

Des réformes

Des propos de Hans Küng, il faut retenir que ce n'est pas l'Église qui est en crise mais sa direction. C'est pourquoi il faut repenser la papauté dans le sens d'un service de Pierre inspiré par la Bible. Autrement dit, retour à un ministère «où le pape redeviendrait le premier apôtre au service des autres apôtres de la communauté catholique tout entière».

À la question qu'il pose, peut-on encore sauver l'Église?, Hans Küng répond oui. À condition de lui imposer une thérapie oecuménique. Une thérapie que le théologien souhaite rigoureuse et substantifique.

Sans cette thérapie, c'est l'avenir de l'Église qui est en jeu: «L'Église ne doit plus être comprise comme un appareil de pouvoir ni comme un trust religieux, mais comme peuple de Dieu, corps du Christ et communauté de l'Esprit.»

Plus concrètement, le théologien réclame notamment une révision majeure du droit canon, une réforme de la curie romaine, de la transparence et de la démocratie dans les opérations financières, l'abolition de la Congrégation de la doctrine de la foi, une remise en question de l'infaillibilité du pape, l'abolition du célibat des prêtres et des évêques, l'ouverture de tous les ministères ecclésiastiques aux femmes (y compris la prêtrise), l'implication du clergé et des laïcs dans le choix des évêques, etc.

Pour résumer: si l'Église veut être sauvée, elle doit se réformer et rester fidèle à Jésus Christ en paroles et en actes. C'est-à-dire retour à l'essentiel qui est le message évangélique.

L'hôte de la fête

Les propositions de Hans Küng sont audacieuses et parfois radicales. J'ai voulu les soumettre à Mgr Gérald Cyprien Lacroix afin qu'il les commente.

L'archevêque de Québec est un homme très occupé. Il a fallu recourir à l'intervention d'un tiers pour obtenir trente minutes d'entretien. Étant entendu que cet entretien porte sur Noël.

Q Quel message, Mgr Lacroix, souhaitez-vous adresser à vos fidèles pour qu'ils soient dans une vraie joie, dans une concrète espérance en cette fête de Noël?

R Noël, c'est un cadeau qu'on reçoit, c'est Dieu qui fait irruption dans l'humanité et se fait un des nôtres. Noël, c'est accueillir quelqu'un qui vient partager notre réalité humaine. Pour qu'il y ait de la vraie joie à Noël, il faut l'accueillir. Il est l'hôte de la fête, celui qui vient partager notre histoire. Avait-il besoin de faire ça? Il y a de quoi s'arrêter pendant quelques semaines à penser à ça. Dans Saint-Jean, chapitre 3, verset 16: «Dieu a tant aimé le monde qu'il a envoyé son propre fils.» Il est venu nous dire que nous sommes faits pour l'amour, la liberté, la vie, la communion. Partout où Jésus passe, il apporte l'espérance.

Q Que dites-vous aux jeunes drogués, aux dominateurs, aux profiteurs, aux menteurs, aux prêtres pédophiles, mais aussi aux familles désunies, aux malades, aux personnes âgées seules, aux enfants abusés... Quelle est la bonne nouvelle pour eux?

R À Rome, pendant le synode, nous avons été 400 personnes à réfléchir là-dessus. Comment présenter la beauté et la fraîcheur de l'Évangile à l'humanité? L'Évangile a encore beaucoup à dire. L'Église n'est pas là pour imposer mais pour proposer un chemin de liberté qui s'appelle Jésus Christ. La nouvelle, aujourd'hui, c'est la même qu'au temps de Jésus. Un chrétien est un être humain qui libère, qui pardonne et qui oeuvre à l'espérance. Les jeunes générations n'ont pas les blessures de leurs parents, ils n'ont pas connu l'Église dominatrice, omniprésente et triomphaliste de leurs parents. L'Évangile risque d'être mieux accueilli par les jeunes générations. Pour moi, c'est une grande piste d'espérance. Souvent, l'Église est à son meilleur en situation de minorité. Quelle est la bonne nouvelle? C'est la même que celle de Jésus. Saint Luc, chapitre 19, verset 10: «C'est pour toi qu'il est venu.»

Q Pierre était pêcheur mais aussi pécheur. Trois fois il a trahi Jésus. Pourtant, Jésus lui a dit : tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Est-ce parce que Pierre a reconnu son péché et qu'il s'est converti en vivant le pardon et l'amour de Jésus? La miséricorde de Dieu est-elle suffisamment enseignée et vécue dans l'Église? L'Évangile est-il bien annoncé par les prêtres? Les personnes qui assistent à la messe repartent-elles nourries par cette parole?

R Judas et Pierre ont commis des péchés graves: trahison, reniement. Judas s'est pendu à un arbre et Pierre s'est pendu au cou de Jésus, à la miséricorde. J'aime beaucoup l'idée que Jésus ait donné d'immenses responsabilités à Pierre. Concernant la miséricorde de Dieu, elle n'est pas assez prêchée. Les hommes sont faits pour l'amour. Ils manquent la cible et Dieu n'a pas baissé les bras. Tout cela, on ne le dit pas assez et on ne le prêche pas assez. On a fait de Dieu un père. Un père dur, sévère, intransigeant. Dieu, ce n'est pas ça. Dieu, c'est le père de toutes les miséricordes, le père de l'enfant prodigue. Le défi, aujourd'hui, c'est d'annoncer l'Évangile. Avant Vatican II, on avait des sermons sur des thèmes. Le concile nous a dit : plus de sermons, mais des homélies. Des homélies pour accueillir et méditer la parole de Dieu, des homélies pour faire le lien entre la parole de Dieu et notre vie de tous les jours. La parole de Dieu est faite pour être partagée et pour éclairer notre vie. Elle est réconfortante.

Q Quel est votre message pour Noël?

R Ouvrez la porte à Jésus et à l'Évangile. Prenez le temps de vous asseoir avec lui, de dialoguer avec lui et de le connaître dans les Évangiles. Ouvrir sa porte à Jésus, c'est le plus beau cadeau qu'on peut recevoir à Noël car il apporte lumière et réconfort. À Noël, quelqu'un frappe à notre porte et ce quelqu'un, c'est Jésus. Jésus se tient à la porte de l'humanité. Il faut lui ouvrir la porte et le laisser entrer. As-tu besoin de courage et d'espérance? Ouvre-lui la porte.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer