Boom, l'amour au temps du baby-boom

Boom, un spectacle qui se veut interactif, s'insère... (Photo Paul Lampert)

Agrandir

Boom, un spectacle qui se veut interactif, s'insère autant dans les festivals que dans la programmation d'une saison de théâtre.

Photo Paul Lampert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carrefour de théâtre

Arts

Carrefour de théâtre

Le 16e Carrefour international de théâtre de Québec se déroule du 21 mai au 7 juin 2015. »

(Québec) Lorsque j'ai rencontré Rick Miller, il y a deux ans et demi, pour casser la croûte, à proximité de la Caserne Dalhousie où il travaillait à la création de Boom, l'acteur et performeur s'inquiétait de la résonnance de son nouveau solo. Joint au téléphone quelque temps avant son passage au Carrefour international de théâtre de Québec, le Montréalais d'origine était comblé. D'ici juin 2016, il donnera au moins 225 représentations de son spectacle sur l'impact des baby-boomers sur la société occidentale. Ça ne l'empêchait pas d'être un peu nerveux pour son passage dans la capitale puisque c'est ici que sera créée en primeur la version française.

Boom, avec Rick Miller... (Photo Paul Lampert) - image 1.0

Agrandir

Boom, avec Rick Miller

Photo Paul Lampert

Boom, avec Rick Miller... (Photo David Leclerc) - image 1.1

Agrandir

Boom, avec Rick Miller

Photo David Leclerc

«À l'époque [de notre entrevue], je n'avais pas idée que ça pognerait autant», dit-il en riant, dans un français presque sans accent. Miller s'est librement inspiré du parcours de sa mère, «typique d'une baby-boomer qui devient hippie, écoute du rock'n'roll et fait peur à ses parents». Il y a aussi son père, qui a vécu à Vienne pendant la Seconde Guerre mondiale «avec les bombes qui lui passaient au-dessus de la tête chaque jour» et qui immigre au Canada pour refaire sa vie. La troisième histoire est celle d'un objecteur de conscience de Chicago qui fuit l'enrôlement pour le Vietnam. «Relier ces trois histoires en un triangle amoureux, ça devient universel. On s'y retrouve.»

Cette révolte contre l'ordre établi était canalisée par la musique dont Miller, un mélomane fini, se sert comme fil conducteur, des Beatles à Bowie. «Il y avait une connexion entre les jeunes qui rendait chaque geste culturel comme un geste politique qui faisait peur aux autorités. C'est ce que je trouve fascinant. La culture avait tellement de pouvoir politique.» Le créateur de 45 ans avoue une part de nostalgie pour «une vie que je n'ai par vécue», mais «ce n'est pas un show karaoké».

Pour sa version francophone, il a tout de même inséré quelques chansons en français sur les 25, dont du Trenet et du Vigneault. «Le spectacle est en français sauf pour l'Américain, qui parle en anglais et qui sera sous-titré, ainsi que quelques personnages célèbres comme Martin Luther King.»

Rick Miller se sent très à l'aise de jouer dans la langue de Robert Lepage - il a réalisé l'adaptation. Le format documentaire joue pour lui. «Ce sont des conversations. Si je me retrouve à hésiter sur un mot, c'est bien correct. C'est ce qui se passe, surtout quand t'as des Anglais qui parlent français [rires]. Je peux toujours m'en sortir. C'est tout de même un grand défi et une occasion de présenter le spectacle à un public qui a une histoire différente, mais très semblable.» La réaction des Québécois lui permettra, croit-il, d'évaluer l'opportunité de partir en tournée au Québec ou de pouvoir présenter Boom en France.

Ces petites histoires sont une occasion de scruter la grande. À ce chapitre, Miller a un peu triché. Le baby-boom se termine en 1964, mais la pièce se conclut en 1969 avec le premier homme sur la Lune. «On pensait que les Russes allaient gagner la Guerre froide - jusqu'à Appolo 11.» C'est aussi la fin des illusions après l'été de l'amour de 1967 («il y avait de la poésie, de l'espoir») alors que s'amorce un cycle plus violent et contestataire qui culmine dans le scandale du Watergate.

Ce choix un peu arbitraire contient aussi une licence poétique, «ma mère était souvent dans la lune», et personnelle. «Je suis né en 1970, à l'époque du minibaby-boom qui a suivi» l'alunissage d'Appolo 11.

Avec le recul, Rick Miller est surtout content d'avoir conçu un spectacle qui s'insère autant dans les festivals que dans la programmation régulière d'une saison théâtrale. Quand il s'installe pour trois semaines, Boom devient encore plus interactif. Mais, à la base, il croit que Boom peut provoquer des discussions inédites entre les spectateurs, surtout entre les parents boomers et leurs enfants.

Miller viendra donc, en quelque sorte, boucler la boucle puisque Boom sera présentée sur les lieux où elle a été créée en partie : la Caserne Dalhousie. Il fréquente régulièrement l'endroit, mais pas de projet avec son ami Robert Lepage en ce moment (Miller était de Lipsynch). «On se croise souvent», mais c'est compliqué avec leurs horaires respectifs. Et il y a la famille, installée à Toronto. «On s'est rendu compte que ça va mieux quand je suis là», rigole-t-il.

Qu'à cela ne tienne, il a investi l'endroit pour travailler sur son adaptation de 20 000 lieux sous les mers, de Jules Verne, qu'il présentera en première mondiale aux Jeux panaméricains, qui se dérouleront à Toronto, du 10 au 26 juillet. Et le lien indéfectible qu'il entretient avec Québec, où il joue souvent, sera encore renforcé puisque deux acteurs d'ici font partie de la distribution : Éric Leblanc et Mary-Lee Picknell.

=> À l'affiche

  • Titre : Boom
  • Texte : Rick Miller
  • Mise en scène : Rick Miller
  • Interprète : Rick Miller
  • Salle : Caserne Dalhousie
  • Dates : du 28 au 30 mai
  • Synopsis : documentaire historique, performance multimédia, récit autofictionnel, Boom radiographie les figures et les événements marquants des années 1945 (la bombe atomique) à 1969 (Appolo 11), qui ont transformé la société nord-américaine. Au milieu d'images d'archives, Rick Miller raconte, chante, danse, imite, personnifie; incarnant à lui seul toute la fulgurance de cette époque débridée, celle des baby-boomers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer