Sans attendre de Céline Dion: la fille, la mère, l'amoureuse

Partager

Sur le même thème

(Québec) Depuis le temps qu'on en parle et qu'il se laisse désirer, le nouvel album de Céline Dion, Sans attendre, arrivera finalement sur les tablettes lundi. Sur ce premier album studio depuis D'elles, paru en 2007, la superstar mise moins sur la performance vocale que sur un univers plus intimiste, où elle chante sa vie de femme, de mère, de fille, d'amoureuse. Survol de cette nouvelle collection où la diva emprunte les mots de paroliers réputés et s'offre des duos avec Jean-Pierre Ferland et Johnny Hallyday, en plus d'une rencontre virtuelle avec Henri Salvador.

Parler à mon père, le premier extrait signé Jacques Veneruso, qui coréalise l'album, donne le ton. Loin des grandes envolées vocales, mais tablant sur une progression dramatique dans les arrangements, la chanteuse adopte le ton de la fille épanouie, mais toujours affectée par le vide laissé par la mort de son père. Avec Celle qui m'a tout appris (Nina Bouraoui et Jacques Veneruso), c'est à sa mère qu'elle rend hommage, évoquant la relation parent-enfant qui se transforme avec le temps. «Et même si je me perds la nuit, les rôles sont inversés aujourd'hui, c'est le jeu de la vie, je veille sur celle qui m'a tout appris», chante-t-elle.

Dans les mots de Maxime Le Forestier, la superstar se permet de redevenir fillette : «Moi, quand je pleure, c'est que pour moi, c'est ma cabane au fond des bois, cachée du cash et des flèches et des flashs», chante-t-elle dans cette chansonnette, presque une comptine, dont la musique a été composée par le chanteur français Stanislas.

C'est toutefois quand elle fait vibrer sa propre fibre maternelle que Céline Dion réussit le mieux à émouvoir sur ce nouvel album. Première collaboration entre la chanteuse et le slameur Grand Corps Malade, la pièce La mer et l'enfant s'impose comme l'une des plus belles du disque. Le texte soigné et l'interprétation tout en douceur et en subtilité mettent en relief le thème de la maternité qui caresse, qui réconforte ou qui se fait furieuse pour défendre les siens.

Dans un registre plus dramatique, la touchante Les petits pieds de Léa, aborde le sujet très délicat de la mort d'un nourrisson. Céline Dion fait siens les mots de Marianne L'Heureux déployés sur une fine mélodie offerte par Sophie Vaillancourt, qu'on a pu voir à Star Académie en 2009.

De l'amour...

La quinzaine de chansons (14 sur l'édition régulière, 16 sur celle de luxe, incluant une reprise de Ne me quitte pas de Brel) laissent également une grande place à Céline Dion l'amoureuse: de la vie et de l'amour, dans ses hauts et ses bas.

Le deuxième extrait, Le miracle, écrite par Marie Bastide et Gioacchino Maurici se pose entre naïveté et simplicité. Une intro épurée piano-voix, une ritournelle de choeurs et un texte idéaliste : «Au-dessus de nous dedans et tout autour, le miracle est partout mon amour.»

Pour chanter l'amour fragile avec Johnny Hallyday, dans un mariage vocal plus ou moins pertinent, Céline Dion s'est fiée à la plume habile de Christophe Miossec (L'amour peut prendre froid). Le duo virtuel avec Henri Salvador est nettement plus réussi : la voix de la diva, douce et retenue, se met au service de la chanson Tant de temps et n'éclipse pas son partenaire. Idem pour la reprise de Une chance qu'on s'a en duo avec Jean-Pierre Ferland. Dans sa première partie, du moins... Bien d'accord pour offrir un crescendo, mais pas certaine qu'il était nécessaire de pousser le volume au maximum!

Sans attendre donne l'occasion à Céline Dion de renouer avec Luc Plamondon. Le parolier lui offre Que toi au monde, où la chanteuse livre une interprétation bien sentie de la femme déchirée qui voit son conjoint partir à la guerre.

Sur un tableau plus personnel, on la reconnaît davantage dans la pièce Si je n'ai rien de toi (Élodie Hesme et David Gategno), qui décrit une gloire vide de sens si elle n'est pas appuyée sur une relation vraie. Le duo d'auteure-compositeur signe deux autres chansons pour Céline Dion : la sympathique Attendre, dont un vers donne son titre à l'album et l'ovni Qui peut vivre sans amour?, incursion pas très heureuse dans les sonorités rock qui détonne franchement du reste.

Notre verdict: ***

Note : la sortie de l'album Sans attendre sera précédée demain d'une émission spéciale de deux heures diffusée sur les ondes de TVA à partir de 19h.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer