Il était une fois les Boys: passer le flambeau

Partager

(Québec) Sur la patinoire aux bandes de vieilles planches de bois, les joueurs attendent la mise au jeu. Certains de leurs coéquipiers, gants, patins en cuir et tuques d'époque, patientent sur le banc avant de sauter dans la mêlée. À la suite d'une remarque de Stan, l'entraîneur adverse malmène l'adolescent. «Touche pas à mon neveu», crie Fred en sautant sur la patinoire. «Coupez.» Une autre scène d'Il était une fois les Boys est dans la boîte, un film tourné en majorité dans la capitale et en extérieur, une rareté au Québec.

«[Les jeunes] se sont vraiment préparés, jusque dans... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

«[Les jeunes] se sont vraiment préparés, jusque dans les moindres détails», explique Pierre Lebeau.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Il était une fois les Boys se déroule pendant la période des Fêtes, en 1967. Les personnages bien connus ont de 13 à 15 ans. Les acteurs originaux interprètent des gens proches de leur entourage. Ainsi, Rémy Girard se glisse dans la peau de Fred, le préposé à la patinoire et oncle de Stan. «Un rôle plus secondaire», explique le populaire acteur.

«C'est une façon de passer le flambeau à une équipe plus jeune, soutient Pierre Lebeau, qui joue maintenant Jimmy, l'entraîneur des As de Saint-Michel. Pour nous, il n'y a pas de frustration. Ce qu'on avait à faire, on l'a fait. D'ailleurs, ça n'a jamais fait partie de la dynamique du groupe. S'il y avait eu des ego surdimensionnés dans l'équipe, ça n'aurait pas duré 15 ans. On est heureux de le faire pour eux. [Les jeunes] se sont vraiment préparés, jusque dans les moindres détails.»

Simon Pigeon (Les étoiles filantes, Un été sans point ni coup sûr...) n'a pas eu à plancher beaucoup pour incarner Stan. «J'étais un fan fini des Boys. Je connaissais les répliques par coeur. J'ai un chandail, une tasse avec "La dureté du mental". C'est comme un rêve. Même que j'ai eu un choc quand j'ai vu Rémy pour la première fois sans moustache», rigole-t-il.

Et chausser les patins de Rémy Girard? «C'est un honneur, dit-il les yeux brillants. C'est irréel. Ça m'a pris des mois avant de réaliser que j'allais être Stan, que j'allais devenir un Boy.» Ce qui fait bien rire Rémy Girard à ses côtés. «Pour eux autres, c'est une aventure extraordinaire parce qu'ils connaissaient les Boys avant.» Plusieurs des jeunes patineurs proviennent d'ailleurs de la région.

Sainte-Foy et Limoilou

Lundi midi, l'équipe tournait une scène sur la patinoire reconstituée dans le secteur de Sainte-Foy, comme la majorité de celles-ci à Québec (avec quelques séquences à Limoilou). Pas moins de 22 des 34 jours de tournage se déroulent dehors. «C'est tellement difficile les tournages d'hiver, explique le producteur et réalisateur Richard Goudreau. La première semaine de février, il faisait -40 ºC.» Les caméras n'ont pas gelé, mais on a conduit une technicienne à l'hôpital, souffrant d'hypothermie.

«C'est difficile, opine Pierre Lebeau, surtout pour les jeunes qui sont sur la patinoire de nombreuses heures avec leurs patins d'époque», juge Pierre Lebeau. Pas tant que ça, si on en croit Maxime Desjardins-Tremblay qui endosse le rôle de Méo. «Le petit froid passe au deuxième plan. C'est tellement une bonne expérience, qui ne se reproduira pas deux fois.»

D'autant que reprendre le rôle popularisé par Pierre Lebeau, «c'est quelque chose d'énorme. Méo, c'était un des mes personnages préférés. C'est stressant, mais en même temps, c'est tellement amusant.»

«On est bénis des dieux»

Reste que l'hiver est une composante principale du film de 8,5 millions $, qui sera différent des quatre premiers, signale le réalisateur Richard Gourdeau. «L'histoire va en surprendre quelques-uns. C'est drôle, mais il y a plusieurs moments émouvants. C'est un film que je voulais faire depuis longtemps, une fresque du Québec de l'époque que les plus jeunes ne connaissent pas. Ça reste un feel good movie qui se passe dans le temps des Fêtes.»

Il n'a pas choisi de tourner à Québec au hasard. «On est bénis des dieux parce qu'il y a beaucoup de neige et beaucoup de scènes la nuit. C'est féerique.» Mais il n'y a pas que la neige. «J'avais jamais vu cet aspect de Québec. Tu peux tout faire ici. Il y a aussi la chaleur des gens. Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas plus de tournage à Québec.»

Il était une fois les Boys prendra l'affiche à Noël 2013.

La visite du maire de Québec Régis Labeaume... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

La visite du maire de Québec Régis Labeaume sur le plateau n'était pas désintéressée. Cependant, il est surtout venu renouer avec une vieille connaissance, Rémy Girard.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Une bonne vitrine pour Québec

La visite de Régis Labeaume sur le plateau de tournage d'Il était une fois les Boys n'était pas désintéressée. Bien sûr, le maire de Québec était fier de souligner l'apport économique d'un tel tournage dans la capitale. Mais il venait surtout renouer avec une vieille connaissance : Rémy Girard.

M. Labeaume connaît bien la soeur de l'acteur, Sylvie. «Rémy, je l'ai vu jouer au Conservatoire [d'art dramatique de Québec].» Cette fois, il est un des acteurs d'un film presque entièrement tourné à Québec - 30 des 34 jours de tournage.

«Ça va nous être utile en nous permettant d'expliquer aux autres que c'est possible de faire un film au complet à Québec», souligne le maire Labeaume.

«Québec est une ville polyvalente sur le plan du cinéma et on le voit avec un film comme celui-là, précise la conseillère Julie Lemieux. Il y a le patrimoine, la nature, le fleuve... Mais il y a aussi le talent et les artisans. Ça va bien les tournages, le nombre de jours est en hausse. Et avec celui-ci, ça peut juste aller en s'améliorant. Quand on dit qu'on peut se démarquer avec l'hiver...»

L'administration Labeaume souhaite aussi que la présence de tournages génère suffisamment d'ouvrage pour convaincre techniciens et artisans de rester à Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer