Sur la route, un livre marquant pour Kristen Stewart et Garrett Hedlund

Kristen Stewart, la vedette de la saga Twilight,... (Photo Gregory Smith)

Agrandir

Kristen Stewart, la vedette de la saga Twilight, a été complètement fascinée par les personnages. «Pour jouer Marylou, il m'a fallu plonger profondément dans mes émotions. C'était un peu angoissant parce que c'est peut-être l'un des personnages que j'ai interprétés qui me ressemblait le moins.»

Photo Gregory Smith

Partager

(Toronto) Kristen Stewart et Garrett Hedlund, les deux compagnons de route du personnage de Jack Kerouac (Sam Riley) dans le film Sur la route, conservent des souvenirs inoubliables de la première lecture de l'oeuvre phare du romancier, alors qu'ils étaient adolescents.

«J'avais 15 ans, j'aimais beaucoup lire et c'était la première fois que j'étais conquise à ce point par un style d'écriture. Je n'avais jamais rien lu de pareil», confie la vedette de la saga Twilight, en entrevue au Soleil, il y a deux mois, à Toronto. «Les personnages m'ont complètement fascinée. Je voulais être comme eux. Ce livre a eu une énorme influence sur ma vie.»

«Pour jouer Marylou, il m'a fallu plonger profondément dans mes émotions, poursuit-elle. C'était un peu angoissant parce que c'est peut-être l'un des personnages que j'ai interprétés qui me ressemblait le moins. Je me sentais une grande responsabilité à son égard. L'aborder sans préjugés a sans doute été mon plus grand défi. Mais en bout de ligne, Marylou a été un personnage amusant à jouer.»

Acquérir son indépendance

Pour Garrett Hedlund, 28 ans, vu dans Tron : l'héritage en 2010, la découverte de l'oeuvre de Kerouac a eu lieu au collège. «À l'époque, à l'école, on lisait davantage Fitzgerald et Salinger. Le livre de Kerouac n'était pas au programme. Chaque jour, après les cours, j'allais à la librairie pour le lire. Je n'avais pas d'argent pour l'acheter, alors le lendemain, je m'y rendais pour en continuer la lecture. J'ai mis de côté mes autres livres pour le dévorer, littéralement.

«Les années de collège, c'est une période où vous voulez faire les choses par vous-même, ajoute-t-il. Vous êtes motivé par l'idée d'acquérir votre indépendance. Vous désirez quitter la maison, voler de vos propres ailes, non parce que vous n'aimez pas vos parents, mais parce vous désirez vivre vos expériences. En cela, le livre de Kerouac a eu un effet très fort sur cette quête de liberté que j'éprouvais à l'époque.»

Les deux comédiens s'inclinent très bas devant la ténacité de Walter Salles à mener le projet à bon port. «Il a su transmettre sa passion à toute l'équipe, reconnaît Hedlund. C'est le réalisateur le plus généreux, attentif et sensible avec lequel j'ai eu l'occasion de travailler. Il ne porte pas de jugement. Avec lui, vous apprenez à repousser vos limites. Ç'a été vraiment un privilège de travailler avec lui.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer