Sébastien Rose: ce moment où tout bascule

Sébastien Rose explore encore le thème de la... (Photo Métropole)

Agrandir

Sébastien Rose explore encore le thème de la filiation et des rapports torturés avec Avant que mon coeur bascule. «Le film décrit ce moment charnière dans une vie où tu développes un coeur et une conscience.»

Photo Métropole

Partager

(Québec) L'idée originale d'Avant que mon coeur bascule est née de la profonde conviction de son auteur, Sébastien Rose, qu'arrive un moment dans la vie d'un adolescent où tout se joue. Un instant charnière où la conscience s'éveille et que l'enfant qu'il n'est plus et l'adulte qu'il n'est pas encore prend une direction plutôt qu'une autre afin de trouver son identité.

«Le personnage de Sarah, c'est un peu moi. J'aurais pu mal virer. À 14-15 ans, on s'ennuie, on fait des coups pendables. Une petite erreur et tout peut basculer», explique au Soleil le réalisateur, au sujet de son quatrième long-métrage.

La vie de Sarah, «une petite fille qui fait des mauvais coups», bascule du mauvais côté. Délinquante, solitaire, réfractaire à l'autorité, élevée par un père de substitution pas très catholique (Sébastien Ricard), l'adolescente de 16 ans monte des combines avec son ami de coeur (Étienne Laforge) pour détrousser les automobilistes qui la font monter sur le pouce. Jusqu'au jour où Sarah contribuera involontairement à la mort de l'un d'eux (Alexis Martin).

Hantée par la tragédie, désireuse de racheter sa faute mais ne sachant trop comment s'y prendre, Sarah tentera un rapprochement avec la veuve éplorée, Françoise (Sophie Lorain).

«Le film décrit ce moment charnière dans une vie où tu développes un coeur et une conscience», souligne Sébastien Rose, de retour derrière la caméra quatre ans après Le banquet. «Sarah est très mal partie dans la vie. Si elle ne fait rien, ça va mal finir. Heureusement, elle développe une conscience, même si elle doit vivre avec les conséquences de son geste tragique.»

À l'image de ses deux premiers films (Comment ma mère accoucha de moi durant sa ménopause et La vie avec mon père), le récit s'aventure sur le thème de la filiation et des rapports torturés. «Sarah est seule. Elle a besoin d'aller vers quelqu'un. Françoise, c'est la mère qu'elle n'a pas eue, et Sarah, c'est un peu l'enfant que Françoise n'a pas eu. Toutes les deux sont aussi fermées à l'amour.»

Caméra à l'épaule

Tourné en grande partie caméra à l'épaule, dans la région de Saint-Jean-sur-Richelieu et Carignan, au sud de Montréal, Avant que mon coeur bascule comporte aussi des envolées imaginaires, avec l'apparition récurrente du fantôme de la victime. «J'ai trouvé ces scènes lyriques et métaphoriques avec Alexis Martin tellement fortes que j'ai décidé d'en ajouter. Ce sont mes moments préférés.»

Si le réalisateur de 43 ans a écrit le rôle de Françoise spécialement pour Sophie Lorain, c'est à travers l'audition de 300 candidates qu'il a déniché celle capable d'enfiler les souliers de Sarah. «Je l'ai vue à la première journée. Ç'a été le coup de foudre. Pour son intelligence dans le regard, son visage qui parle tellement. Elle avait quelque chose de mystérieux dans l'oeil, comme un petit animal traqué qui se cache.»

Présenté en première en septembre, au Festival de cinéma de la Ville de Québec, le film, produit par Paul Barbeau et coécrit par le réalisateur avec Stéfanie Lasnier, prend l'affiche la semaine prochaine.

Clémence Dufresne-Deslières: un rôle assez physique

Même si la Sarah qu'elle incarne dans Avant que mon coeur bascule est assez loin d'elle, la jeune Clémence Dufresne-Deslières a trouvé les ressources intérieures pour incarner avec crédibilité cette délinquante en perte de repères.

«Le personnage est froid, sauvage, introverti, très dur, manipulateur, assez loin de moi finalement», avoue la jeune fille de 17 ans, étudiante au Cégep Saint-Laurent en art dramatique, dont c'est le premier rôle au cinéma. «Mais à force de lire le scénario, d'en parler avec le réalisateur et les autres acteurs, il s'est construit en moi. C'est finalement venu assez facilement.»

Ce personnage, «blessé très jeune», a développé une armure qui lui a bien servi jusqu'à ce que survienne un «point tournant dans sa vie», ajoute l'adolescente. Après avoir involontairement entraîné la mort d'un automobiliste, elle réalise à la dure «que ses actes peuvent avoir des conséquences sur les autres». Surtout au contact de la femme de la victime (Sophie Lorain), complètement dévastée.

La jeune Clémence a dû se présenter en pleine forme sur le plateau, son personnage étant souvent en mouvement. Elle passe même un moment la tête en bas, au-dessus d'un viaduc, retenue par son «père adoptif» (Sébastien Ricard). «J'avais beaucoup de cascades à faire. L'aspect physique a été très exigeant, surtout lorsqu'il faut reprendre la scène 10 fois. Je m'étais préparée en m'entraînant beaucoup avant le tournage.»

De cette première expérience, la jeune fille, montée pour la première fois sur les planches à l'âge de cinq ans, retient surtout l'esprit de famille régnant sur le plateau. «C'est assez intense. Toute l'équipe te voit dans tous tes états.»

N'empêche, elle en a retiré suffisamment de satisfaction pour poursuivre dans cette voie. Elle sera d'ailleurs bientôt au générique de Ressac, premier long-métrage de Pascal Ferland, récit de trois femmes de la Gaspésie partageant la même demeure après le départ de leurs maris, partis travailler à l'extérieur.

Le retour de Sophie Lorain

Ce n'est pas par manque d'occasions ou désintérêt que Sophie Lorain n'apparaît pas plus souvent au grand écran. Occupée par ses multiples projets, à la fois comme réalisatrice télé et comme scénariste, la comédienne n'a tout simplement pas assez d'un agenda pour tout faire.

«J'ai tellement d'affaires en même temps. La réalisation m'accapare beaucoup. L'offre de Sébastien, un gars que je respecte et admire, tombait dans le bon timing. Il fallait que je sois libre et je l'étais», explique en entrevue téléphonique celle dont la dernière apparition au grand écran remonte à Maman Last Call, il y a sept ans.

Dans Avant que mon coeur bascule, elle se glisse dans la peau de Françoise, une conseillère pédagogique traversant une rude épreuve après le décès de son conjoint. La jeune fille à l'origine de sa mort accidentelle (Clémence Dufresne-Deslières) tentera un rapprochement avec la veuve, sans que celle-ci se doute de son rôle dans la tragédie. «C'est un regard sur deux femmes qui sort des clichés et des sentiers battus, sans jamais tomber dans le pathos ou le racolage. Mon personnage est complexe, très difficile à saisir. Il n'a pas un gros côté maternel. La porte de son coeur et de sa maison est fermée pour plusieurs raisons. Françoise n'est pas très empathique ni sympathique, mais en même temps, elle n'est pas totalement dépourvue de compassion. Alors qu'elle n'a pas d'enfant, elle sera obligée de faire un bout de chemin avec cette jeune fille responsable de la mort de son mari. C'est un cheminement intéressant à suivre.»

De son travail sur le plateau avec la jeune Dufresne-Deslières, Sophie Lorain en retire que de beaux souvenirs. «Elle est formidable et très naturelle. Son jeu est très nuancé et en même temps, elle n'en fait pas trop. Son côté novice a fait en sorte qu'elle était libre de tout préjugé.»

Depuis le tournage des Grandes chaleurs en 2009, Sophie Lorain a surtout travaillé à des projets pour le petit écran : Un homme mort, Nos étés et La galère. Mais le cinéma n'est jamais très loin.

Aussi vient-elle de terminer le scénario, en collaboration avec Catherine Léger, du film Le temps des roses, récit librement inspiré de la cycliste Geneviève Jeanson. Laurence Leboeuf incarnera le controversé personnage, devant la caméra d'Alexis Durand-Brault (Ma fille, mon ange).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer