Restez au travail!

Président-directeur général de l'Ordre des conseillers en ressources...

Agrandir

Président-directeur général de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Florent Francoeur insiste sur l'obligation de retenir un peu plus longtemps les employés à la veille de la retraite. «Il n'y aura pas assez de nouveaux travailleurs, alors on n'a pas le choix de mettre en place des stratégies visant à maintenir les employés en place pour quelques années supplémentaires.»

Partager

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Les publicités invitant à l'épargne défilent depuis quelques semaines, les documents pour la déclaration de revenus arrivent, les acronymes REER et CELI vous trottent dans la tête. Nous sommes a la saison des REER. Le Soleil vous propose des pistes et des suggestions d'experts. »

(Québec) Les chiffres parlent d'eux-mêmes: dès l'an prochain, les départs à la retraite seront plus nombreux que le nombre de travailleurs arrivant sur le marché du travail. Une situation ayant évidemment un effet majeur sur les entreprises qui, devant l'imminence de la situation, devront se pencher incessamment sur les solutions.

«C'est une réalité, c'est indéniable», assure Florent Francoeur, président-directeur général de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. «Pourtant, les entreprises ne sont pas rendues là! Dans mes conférences, lorsque je rencontre des dirigeants d'entreprises, mon discours est un choc pour la majorité d'entre eux.»

Devant les faits, «d'ici 2019, le quart des travailleurs actuels se retrouvera à la retraite»,

M. Francoeur insiste sur l'obligation de retenir un peu plus longtemps les employés à la veille de la retraite. «Il n'y aura pas assez de nouveaux travailleurs, alors on n'a pas le choix de mettre en place des stratégies visant à maintenir les employés en place pour quelques années supplémentaires.»

L'espérance de vie augmentant, les régimes de retraite dans leur forme actuelle sont désuets. À 60 ans, après 35 années de travail, un employé partant pour la retraite devra peut-être se faire vivre pour une période équivalente.

Celui qui a été président de la Fédération mondiale des associations en ressources humaines de 2006 à 2008 insiste sur l'importance de la conciliation travail-retraite. Pour y arriver, les régimes de retraite devront être modifiés, car il y a, toujours selon

M. Francoeur, un manque flagrant d'incitatifs pour rester.

«Pour plusieurs régimes, les travailleurs n'ont encore aucun avantage à demeurer actif. Il faut avoir une réflexion et trouver des moyens pour ceux qui veulent rester d'en avoir le pouvoir. Ce peut être notamment avec des politiques encourageant les semaines de deux ou trois jours.»

Changement de culture

Si, par le passé, les travailleurs s'accrochant au marché du travail étaient perçus comme des voleurs d'emplois empêchant les plus jeunes d'entrer, la situation actuelle opère un changement de culture auprès des employeurs et des collègues commençant à comprendre l'ampleur du problème.

«En ressources humaines, on parle beaucoup de la valorisation de la personne. Les entreprises ayant déjà mis sur pieds de nouvelles stratégies utilisent les connaissances des employés qui peuvent avoir été entre leurs murs depuis plus de 30 ans. Il faut utiliser leur savoir pour former la relève et pour faire grandir l'entreprise. Parfois c'est l'employeur qui ne prend pas les devants et parfois c'est l'employé qui ne réalise pas tout le bagage accumulé au fil des ans et qu'il est parfois le seul à posséder.»

Les stratégies commencent à voir le jour, mais il reste encore beaucoup à faire. M. Francoeur donne en exemple son milieu, les ressources humaines, pour illustrer le problème. «Au Québec, nous sommes présentement 10 000 travailleurs en ressources humaines. En 2014, 915 travailleurs partiront à la retraite. Or, nous formons annuellement 800 diplômés. Un manque à combler de 115 personnes qui s'additionnera au 115 de l'année suivante.» L'une des solutions : réussir à garder les gens au travail pour diminuer l'écart grandissant entre le nombre de départs et le nombre d'arrivées.

Florent Francoeur, 1 800 214-1609, poste 237 - f.francoeur@portailrh.org

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer