Fondaction CSN victime de sa popularité

L'immeuble de Fondaction CSN... (Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

L'immeuble de Fondaction CSN

Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Les publicités invitant à l'épargne défilent depuis quelques semaines, les documents pour la déclaration de revenus arrivent, les acronymes REER et CELI vous trottent dans la tête. Nous sommes a la saison des REER. Le Soleil vous propose des pistes et des suggestions d'experts. »

(Québec) Pour une quatrième année consécutive, les retardataires ne pourront cotiser au Fondaction CSN par montants forfaitaires pour cette année fiscale, le fonds ayant été forcé par sa popularité de fermer boutique. Les investisseurs désirant se procurer des actions pour profiter du crédit d'impôt supplémentaire de 40 % devront sauter leur tour et encercler le 1er juin sur leur calendrier, pour être certains de ne pas être laissés pour compte en 2013.

Fondaction continue toutefois de recueillir les cotisations par retenue sur le salaire et par retenue selon une entente avec une caisse économique.

«Nous avons une limite de 175 millions $ de nouvelles souscriptions. Avec de plus en plus de retenues sur le salaire et de débits préautorisés, 126 millions $ cette année, nous avons épuisé notre marge possible pour les montants forfaitaires», explique Alain Vallière, directeur des souscriptions au Fondaction.

Il assure que la situation se reproduira à l'automne et que, si la tendance se maintient, les montants forfaitaires pourraient être refusés, même avant le mois de novembre. Une bonne raison pour se procurer des actions dès l'été.

Toujours jusqu'à 65 ans?

Il est possible de cotiser au Fondaction toute sa vie, mais le remboursement d'impôt de 40 % n'est plus accordé après 65 ans. La situation est la même du côté du Fonds de solidarité FTQ. Avec l'âge de la retraite allant en augmentant, M. Vallière croit qu'il y aurait une certaine logique à accorder le remboursement d'impôt pour quelques années supplémentaires, il émet cependant des réticences.

L'un des questionnements majeurs est la durée de placement. «Notre mission est de supporter le développement économique au Québec. On ne peut pas investir dans des entreprises québécoises en développement et se retirer après [seulement] deux ans», soutient M. Vallière.

Tous doivent fermer leurs REER au plus tard le 31 décembre de l'année de leur 71e anniversaire. Or, selon le directeur des souscriptions, pour permettre au Fondaction de remplir adéquatement sa mission, le capital doit être disponible pour une période relativement longue de sept à huit ans.

«Le crédit d'impôt n'est pas seulement un cadeau. Il doit servir pour venir supporter le développement économique au Québec», constate Alain Vallière, en affirmant qu'on ne peut y arriver avec des investissements à court terme. «D'un autre côté, il faut se garder les liquidités pour les actionnaires qui arrivent à la retraite.»

Les règles étant gouvernementales, le Fondaction CSN, comme le Fonds de solidarité FTQ, n'a pas de contrôle sur l'âge d'admissibilité aux crédits d'impôt. «C'est possible qu'il y ait un ajustement au cours des prochains mois, ou des prochaines années, mais on n'a pas eu d'écho dans ce sens-là», assure M. Vallière.

Avec une mission bien connue d'investir dans le développement des entreprises québécoises grâce aux épargnes des actionnaires, le Fondaction gère un actif de près de 1 milliard $ tiré de l'épargne-retraite de 118 000 actionnaires, dans plus de 2000 lieux de travail.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer