Un pôle central sur la Côte-de-Beaupré

«Le Mont-Sainte-Anne joue un rôle très important dans l'économie et dans le... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Zone Mont-Sainte-Anne
Zone Mont-Sainte-Anne

Une grande montagne emblématique. Connue dans tout l'est du Canada et de la côte américaine. C'est le Mont-Sainte-Anne, une fierté de la Côte-de-Beaupré qui célèbre cette année les 50 ans d'exploitation de son potentiel skiable. »

<p>Gabrielle Thibault-Delorme</p>
Gabrielle Thibault-Delorme

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) «Le Mont-Sainte-Anne joue un rôle très important dans l'économie et dans le développement de la région», note Daniel Robitaille, président de Développement Côte-de-Beaupré.

Le Château Mont-Sainte-Anne compte 19 salles de réunion.... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le Château Mont-Sainte-Anne compte 19 salles de réunion.

Le Soleil, Patrice Laroche

Avec les nouveaux projets résidentiels autour de la montagne et le projet de Parc aquatique, ce rôle pourrait grandir davantage. Le projet devrait générer des retombées de 10 à 15 millions $ et pourrait créer environ 300 emplois sur la Côte-de-Beaupré.

En avril, la SEPAQ et le Mont-Sainte-Anne ont obtenu le droit de vendre des terrains à l'est de la montagne pour le projet résidentiel Le Legs des Pionniers, qui prévoit la construction de 200 à 300 unités d'habitation, pour une valeur de 70 millions $.

Le taux de développement résidentiel a beaucoup augmenté sur la Côte-de-Beaupré et à Saint-Ferréol. «Les gens viennent surtout pour la montagne», constate Daniel Rochon, directeur de la station de ski. «Si le Mont n'avait pas été là, les développements résidentiels ne seraient pas arrivés», pense Daniel Robitaille.

De ceux qui viennent s'y établir, nombreux sont ceux pour qui cette propriété sera une résidence secondaire, un chalet pour les fins de semaine hivernales. Mais de plus en plus, les gens viennent s'y établir à l'année.

«Le défi que l'on a tous, dans les stations de ski, c'est : comment rendre la saison estivale la plus attrayante possible afin que la Côte-de-Beaupré puisse attirer de nouveaux résidents permanents. Pour le moment, l'été représente 15 % du chiffre d'affaires annuel de la station.

«Le gros de notre saison débute au début de septembre pour le blitz de préparation. Le temps des Fêtes est notre première grande période de la saison. C'est une période très achalandée pour nous», explique Daniel Rochon. Encore 15 et 25 % de leur revenu annuel provient de la période des Fêtes.

La montagne accueille annuellement 500 000 visiteurs, principalement des skieurs. «On a un nombre important d'abonnés de saison. C'est une base très importante.» Le Mont accueille aussi un grand nombre de touristes, qui séjourne dans les hôtels, et les chalets à proximité. Directement au pied de la montagne, le Château Mont-Sainte-Anne offre 208 chambres. Le Centre des congrès du Château, avec ses 19 salles de réunion, offre aussi aux gens d'affaires la possibilité de combiner le travail et le plein air.

Le Mont est «l'attrait touristique par excellence», note la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard. «Ce qui est intéressant avec le Mont-Sainte-Anne, c'est qu'il s'agit non seulement d'un endroit magnifique fréquenté par des milliers de touristes, mais c'est un partenaire fort dans la Côte-de-Beaupré qui s'implique dans les développements futurs.»

Attirer les visiteurs

Depuis l'an dernier, Resort of the Canadian Rockies (le propriétaire de la station) s'est associé avec un compétiteur, Le Massif, pour offrir Les Sommets du Saint-Laurent. «Il s'agit d'un billet conjoint pour Stoneham, le Mont-Sainte-Anne et Le Massif de Charlevoix», décrit M. Rochon. La clientèle visée comprend les gens qui résident à l'extérieur de la région de Québec. «Lorsqu'on veut être compétitif sur le marché hors de la région, on a avantage à s'associer plutôt que d'essayer d'aller chercher des clients chacun de notre côté.»

Aujourd'hui, remarque Claire Labossière, qui travaille au Mont-Sainte-Anne depuis 50 ans, les stations de ski ne se compétitionnent plus qu'entre elles, mais avec tous les autres sports : raquettes, ski de fond, soccer intérieur. Les stations doivent savoir comment tirer la couverture de leur côté.

Le prochain défi sera de faciliter le transport pour les skieurs de Québec. Les développeurs immobiliers qui s'installent à proximité de la montagne offrent un service de navettes pour les résidents des alentours. Pendant les périodes les plus achalandées, des navettes font aussi le transport entre le centre-ville de Québec et la station.

M. Rochon souhaiterait qu'il se développe un véritable service de covoiturage pour accéder à la montagne. «On a essayé d'organiser du covoiturage par Facebook, on va revenir à la charge, mais je pense qu'avec les services technologiques, il y a moyen de rendre l'organisation encore plus simple, par une application, par exemple.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer