Charles-Antoine Veilleux, mécanicien : le calme d'un champion

Charles-Alexandre Veilleux (à droite) a remporté la médaille... (Fournie par Compétences Québec)

Agrandir

Charles-Alexandre Veilleux (à droite) a remporté la médaille d'argent au volet provincial des Olympiades des métiers.

Fournie par Compétences Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Métiers spécialisés
ZONE Métiers spécialisés

Les 14e Olympiades québécoises des métiers et des technologies se tiennent à compter d'aujourd'hui et jusqu'à samedi au Centre de foires de Québec. Le point sur cette activité et un retour avec quelques jeunes d'ici qui ont montré leurs compétences professionnelles lors des dernières olympiades. »

<p>Gabrielle Thibault-Delorme</p>
Gabrielle Thibault-Delorme

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Charles-Antoine Veilleux a reçu très tôt l'appel du métier. «Mon père avait un garage, j'ai toujours fait de la mécanique», raconte celui qui dit avoir grandi au milieu des outils.

Il était donc tout naturel pour lui de suivre les traces de son paternel. Originaire de Saint-Georges-de-Beauce, il s'est inscrit au CIMIC (Centre intégré de mécanique industrielle de la Chaudière) dès la fin de son secondaire. À aucun moment, dit-il, il n'a douté de son choix au moment de s'inscrire en formation spécialisée.

Possédant déjà une bonne expérience avant d'entrer à l'école, il a réussi son parcours scolaire sans heurts. Au total, il a suivi 1800 heures de cours au CIMIC. Son programme était divisé presque moitié-moitié entre la théorie et la pratique. «On faisait la théorie, et tout de suite après, on la mettait en pratique», se souvient-il.

À sa formation s'est ajoutée une tout autre occasion d'apprendre et de se distinguer. Son professeur lui a offert de participer à la 14e édition des Olympiades québécoises des métiers et des technologies. Un défi qu'il n'a pas hésité à relever. 

Le jeune homme de 20 ans s'est alors consacré à la tâche. «Ça exigeait surtout des heures de pratique, les soirs après la job», dit-il, précisant que pendant cette période-là, il consacrait 50 heures par semaine à la mécanique.

Malgré son jeune âge, il est arrivé au concours avec des années d'expérience derrière la cravate. L'avantage, dit-il, d'avoir grandi dans un garage. 

«Je n'étais pas nerveux», se souvient le jeune homme, lorsqu'il repense au concours provincial qui s'est tenu à ExpoCité en mai dernier. «J'ai fait des petites erreurs», précise-t-il, notamment en lien avec des termes techniques. Son calme pendant la compétition lui a réussi : il a décroché l'argent au niveau provincial.

Avec cette victoire, il a pu mettre le cap sur Moncton en juin, avec les Olympiades canadiennes.

Il y est resté quatre jours pour deux jours de compétition. «On a eu le temps de se détendre un peu, mais on s'est couché de bonne heure tous les soirs.» Cette fois, c'est sur la médaille d'or qu'il a pu mettre la main.

«Mon père était content, c'est sûr qu'il était fier», se réjouit celui qui travaille toujours au Garage Claude Veilleux. Son père peut être rassuré, son entreprise est entre bonnes mains pour l'avenir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer