Cri du coeur pour la formation professionnelle

Françoise Bertrand, pdg de la Fédération des chambres... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Françoise Bertrand, pdg de la Fédération des chambres de commerce du Québec, affirme que les emplois liés aux métiers spécialisés sont souvent très payants, avec des salaires tournant autour de 75 000 $ à 100 000 $ par année.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Métiers spécialisés
ZONE Métiers spécialisés

Les diplômés en formation professionnelle et technique sont en forte demande selon les plus récentes données de Emploi Québec. À l'occasion du Salon carrière et formation qui se tiendra du 21 au 24 octobre 2015 au Centre de foires, Le Soleil aborde ce sujet. »

Jean-Michel Poirier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les besoins en main-d'oeuvre spécialisée sont en pleine croissance, mais les inscriptions dans les centres de formation professionnelle et dans les cégeps ne suivent pas.

Selon Emploi-Québec, plus de 450 000 postes seront à pourvoir dans le secteur technique - qui demande une formation collégiale technique ou une formation professionnelle au secondaire - d'ici 2022. 

Or, s'il y a une forte demande, les écoles ne produisent pas suffisamment de diplômés pour pourvoir tous ces postes. Si, en 1976-1977, on comptait 113 228 jeunes en formation professionnelle, ils n'étaient plus que 7824 en 2009-2010. 

Même son de cloche du côté de la formation technique au cégep, où 18 000 diplômes sont remis chaque année, ce qui est insuffisant pour pourvoir l'ensemble des postes disponibles.

Selon Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), cette pénurie est attribuable à une méconnaissance et à un manque de valorisation des métiers spécialisés. «Les diplômes universitaires sont valorisés, et c'est correct. Mais il faut convaincre les jeunes et les parents qu'il est possible d'avoir une carrière passionnante dans le domaine professionnel et technique. Il importe de donner un regard juste sur les métiers», a dit Mme Bertrand en entrevue au Soleil. Et ces carrières sont payantes. «Dans ces secteurs-là, les salaires tournent souvent autour de 75 000 $ à 100 000 $ par année», affirme Mme Bertrand. Les domaines sont également en pleine évolution. Par exemple, «le secteur manufacturier est maintenant hautement technologique», poursuit Mme Bertrand.

Si ces manques d'effectifs dans les écoles sont généralisés à la grandeur de la province, le problème est encore plus grand en région, dans des secteurs comme l'aluminium et les mines. «Comme la population est moins importante, les jeunes s'inscrivent en moins grand nombre dans ces programmes, les écoles ne remplissent pas les quotas et il n'y a pas de cohorte», déplore Mme Bertrand.

Solution

Pour palier ce problème, la FCCQ propose de permettre des exceptions quand les formations sont requises pour occuper un travail. «Il faudrait aussi permettre des formations en alternance école-travail, pour que les jeunes obtiennent un salaire en travaillant, et pour éviter qu'ils ne négligent leurs études», explique Mme Bertrand.

Une autre solution est d'attirer des immigrants déjà formés pour occuper ces postes. Et les besoins sont en croissance pour des gens suffisamment qualifiés. «C'est déjà arrivé par le passé, lorsque le secteur minier était dans un cycle haussier, explique Mme Bertrand. Beaucoup de techniciens spécialisés temporaires ont été embauchés pour combler les besoins.» Or, le gouvernement fédéral a coupé les ponts pour les employés étrangers temporaires.

Cependant, «le gouvernement provincial a tenté d'alléger les choses», indique Mme Bertrand. Or,

s'il est plus facile pour un immigrant de venir travailler ici, «la province accueille beaucoup plus d'universitaires que d'employés formés en métiers spécialisés», nuance-t-elle.

La mécanique industrielle est un domaine d'avenir.... (123RF, Dmitry Kalinovsky) - image 2.0

Agrandir

La mécanique industrielle est un domaine d'avenir.

123RF, Dmitry Kalinovsky

L'entrepreneuriat manque de moyens

La fibre entrepreneuriale se porte bien au Québec, mais l'accès au capital de croissance limite les ardeurs des entrepreneurs. Le 30 septembre, la Chambre de commerce du Canada, la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ont demandé aux partis politiques fédéraux de dévoiler leurs stratégies en matière d'accès au capital lors d'une conférence de presse. Par voie de communiqué, Mme Françoise Bertrand a indiqué que «la croissance des entreprises constitue le premier défi pour la croissance du Québec». Selon la FCCQ, les problèmes sont nombreux quant à l'approvisionnement en capital de croissance : la lenteur des fonds à cheminer vers les entrepreneurs, la volonté de participer à chacune des étapes de développement, la lourdeur des conventions d'actionnnaires et la crainte des entrepreneurs de perdre le contrôle de leurs entreprises. La FCCQ propose de palier ce problème en facilitant «l'accès à l'exonération de l'impôt sur les gains en capital et en restaurant le crédit d'impôt consenti aux actionnaires des fonds de travailleurs».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer