Sculpteur Flamand: Leçon de persévérance

Alain Flamand a déménagé son atelier-boutique Sculpteur Flamand... (Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Alain Flamand a déménagé son atelier-boutique Sculpteur Flamand en 1982 au 49, rue du Petit-Champlain, où on la trouve encore aujourd'hui.

Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Coopérative du Petit Champlain
ZONE Coopérative du Petit Champlain

La coopérative de solidarité du quartier Petit Champlain fête cette année son 30e anniversaire. En 1985, une cinquantaine d'artisans et de commerçants se sont regroupés pour acheter le parc immobilier du quartier. Pour cette deuxième de trois publications, Le Soleil se penche sur les succès vécus et les défis auxquels fait face la coopérative aujourd'hui. Prochain rendez-vous en novembre. »

<p>Laurie Richard</p>

(Québec) «Il fallait être un peu visionnaire, à l'époque. Personne ne voulait s'installer ici. Celui qui venait louer un local, c'était un courageux. Comme les premiers colons!» Les hivers étaient longs dans le quartier Petit Champlain, se rappelle le sculpteur Alain Flamand, qui y a élu domicile en 1981. Mais il est très heureux aujourd'hui d'avoir persévéré.

On peut voir ici la rue du Petit-Champlain... (Archives Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

On peut voir ici la rue du Petit-Champlain en octobre 1985, un mois avant la création de la coopérative de solidarité du quartier.

Archives Le Soleil

Avant de s'installer dans le Petit Champlain, M. Flamand, formé en sculpture à Saint-Jean-Port-Joli, a passé plusieurs années dans la coop d'artisans Le Mur Penché dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. «À la fin des années 70, il y avait une rumeur au sein des artisans qu'il y avait un développement dans le Vieux-Québec.»

C'est son ami artisan Hubert Beaudry, de l'Atelier La Pomme (voir texte en page Y4), qui le convainc de faire le saut à l'hiver 1981. «Gerry [Paris] m'a loué le plus petit local du quartier.» Un local qui n'existe plus aujourd'hui.

Quand la restauration a débuté, le secteur était même évité. Un coin dangereux, le soir, disait-on. L'artisan aime l'endroit qui respire l'histoire : «On sent la main qui a déposé les briques.» Les premières clientèles du Petit Champlain venaient de Sillery et de Sainte-Foy, se rappelle M. Flamand. Peu à peu, le quartier s'est ouvert.

La boutique Sculpteur Flamand a déménagé en 1982 au 49, rue du Petit-Champlain, où on la trouve encore, et devient membre fondateur en 1985 de la coopérative de solidarité du quartier.

Aujourd'hui, le commerce et les ateliers occupent tout le bâtiment de quatre étages, ce qui en fait une des plus grandes boutiques du quartier.

«Je croyais qu'un jour, ça allait se développer. J'ai fait beaucoup d'heures. J'avais l'opportunité de faire ce que j'aimais, donc, j'ai pris ma chance.»

«Des gens coriaces»

Ceux qui sont restés dans le quartier malgré les difficiles premières années étaient «résistants, persévérants». «C'était des gens assez coriaces, je suis de cette race-là.» M. Flamand donnait souvent des cours. Dans les périodes creuses, «si je ne donnais pas de cours, je n'avais pas de travail».

Sculpteur Flamand emploie aujourd'hui quatre sculpteurs à temps plein et trois apprentis. «Je ne peux pas engager un sculpteur qui sort de l'école, ça prend cinq ans former un sculpteur pour voir une production rentable, qu'il puisse travailler sans que j'intervienne. J'ai formé des centaines de personnes, si ce n'est pas des milliers!»  Depuis le début, il y a toujours quelqu'un qui sculpte devant les clients à l'intérieur de la boutique.

Sculpteur Flamand a maintenant une clientèle internationale. «Je fais régulièrement des demandes spéciales», que l'artiste envoie par courrier par la suite. Ses clients lui demandent souvent de sculpter leur animal de compagnie, dit-il.

M. Flamand décrit son art comme de la «sculpture sur bois néo-québécoise», de méthode traditionnelle. Il sculpte des «tableaux» qu'il vient perforer pour donner du relief.

Au lieu d'une teinture monochrome, il applique des teintes en finition, mais de façon subtile afin que la peinture ne prenne pas le dessus sur le volume. Il propose aussi des sculptures de Bali dans sa boutique, pour répondre à la demande. «Les locaux ne sont pas donnés», justifie-t-il. Heureusement, Sculpteur Flamand a connu en 2014 une de ses «plus grosses années». Et 2015 promet de ne pas décevoir!

Découvrir les galeries, la nuit

Samedi le 19 septembre, une randonnée artistique sous les étoiles se déroule dans le Petit Champlain. La 11e Nuit des Galeries, la plus chargée à ce jour, animera tout le quartier en plus de la place Royale, des rues Sault-au-Matelot, Saint-Pierre et Saint-Paul. De 18h à 23h, les galeries d'art des environs s'illumineront pour accueillir les amateurs. Chacune des 35 galeries participantes servira bouchées et cocktails : elles ont toutes été associées à un restaurant pour l'occasion. Le Musée de la civilisation ouvrira également ses portes en soirée, proposant la visite de l'exposition Égypte magique gratuitement. Des musiciens jazz et swing se produiront également dans les rues.

Pour consulter le parcours : nuitdesgaleries.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer