Un phare dans une ancienne église

Charles Rice, vice-président de La Nef Coop située... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Charles Rice, vice-président de La Nef Coop située dans l'ancienne église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, dans Saint-Roch

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Coopération

Société

ZONE Coopération

Depuis un an, Lévis s'identifie comme la ville de la coopération. Un choix naturel lorsqu'on sait que le Mouvement Desjardins y a vu le jour. Cette présence exerce une grande influence sur la communauté où l'on dénombre près de 40 coopératives. Le Soleil présente une dizaine d'entre elles illustrant la diversité de l'engagement des citoyens dans leur milieu. »

Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Une douzaine d'organismes à vocation sociale ou culturelle logent dans l'ancienne église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier. Il y a cinq ans, ils ont créé une coopérative de solidarité et sont devenus les propriétaires de leurs espaces et de la magistrale nef.

«Anciennement, les églises avaient un rôle structurant. On a voulu animer le quartier et reprendre la fonction qu'avait l'église jadis. Les espaces ont été payés par les paroissiens, c'est un peu normal que ça revienne à la communauté», explique Charles Rice, vice-président de La Nef Coop.

Le Réseau Accorderie et l'Accorderie de Québec, le Centre Solidarité Jeunesse, la Fondation Saint-Roch, AGIR en santé mentale, L'Archipel d'entraide, Le Marchand de lunettes, la Saint-Vincent-de-Paul, Entraide Saint-Roch, la clinique SPOT et le Théâtre des fonds de tiroirs forment une «grande auberge espagnole», où les membres aux missions diverses ont à coeur le développement du quartier et de la communauté de Saint-Roch. «On a eu quelques Lac-à-l'Épaule pour se donner une vision», indique M. Rice.

«La mixité est intrinsèque au quartier et on en est un bon exemple», indique Anne Bérubé, future directrice générale de La Nef Coop. «Nous sommes une coop forte, puisqu'autour de la table, il n'y a que des gens qui dirigent déjà des organismes», ajoute-t-elle.

Après deux années d'essais administratifs et financiers pour voir si le projet était viable, la coop est née et s'est organisée. Le principal défi était de parvenir à louer l'immense Nef pour la tenue d'événements, de réunions ou de spectacles afin de rendre l'entreprise rentable. «On s'approche d'un seuil de rentabilité, mais ça demeure fragile. Le Cercle [qui loue déjà des espaces de bureau à la Nef Coop] se cherchait un lieu de diffusion, on est en discussion avec eux. Comme il se donne pour mission d'animer le milieu, nos missions sont compatibles et il y a un partenariat un peu inédit entre le privé et le communautaire qui s'offre à nous», annonce M. Rice.

Outre attacher les ficelles de ce partenariat, La Nef Coop entend multiplier les actions pour nourrir la vie associative et alléger les dépenses des membres en partageant les ressources comptables, le système téléphonique, la connexion Internet... «Nous sommes dans une période d'austérité et les organismes communautaires voient tous leur avenir en danger, alors on se demande ce qu'on peut mettre en commun pour s'entraider», note Mme Bérubé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer