Un «milieu de vie stimulant»

Le village de Quaqtaq à l'automne.... (Photo fournie par Julie McCormick)

Agrandir

Le village de Quaqtaq à l'automne.

Photo fournie par Julie McCormick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Infirmières

Santé

ZONE Infirmières

La profession d'infirmière et d'infirmière auxiliaire change et s'adapte aux besoins. Dans cette série d'articles, les journaux du Groupe Capitales Médias abordent certaines questions qui préoccupent ces professionnelles. Prochain rendez-vous : le 26 mai 3e de 4 »

<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) La Baie-James offre un «milieu de vie très stimulant» pour les infirmiers et professionnels qui osent y goûter, assure le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James, qui offre une présence dans les neuf communautés du territoire.

«C'est très positif pour les infirmières qui passent une partie de leur carrière, ou même toute leur carrière à travailler dans le nord. Ça devient une partie de leur identité», soutient la responsable des communications, Katherine Morrow. Quelque 260 infirmiers sont déployés dans les villages cris pour desservir une population d'environ 20 000 âmes. 

Depuis les 10 dernières années, le réseau de la santé de la Baie-James s'est «beaucoup amélioré», avise Mme Morrow. Les communautés disposent d'installations aux allures de CLSC où sont dispensés «les services courants, la pharmacie, la santé mentale et les services sociocommunautaires». Chisasibi possède même «un petit hôpital». 

Pour l'obstétrique et les soins spécialisés, les patients sont transférés par avion vers Montréal, Val-d'Or et Chibougamau. Un médecin et une équipe d'au moins cinq infirmiers sont néanmoins en poste dans chaque village. Le réseau est «semi-autonome» et relève du ministère de la Santé et des Services sociaux. 

Il faut rappeler que la communauté crie est conventionnée par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. «On a une certaine latitude d'adapter culturellement les services, mais c'est essentiellement les mêmes que ceux offerts aux Québécois», indique Mme Morrow. Une partie des services est aussi subventionnée par Ottawa.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer