La Chine enquête sur des plateformes Internet pour «obscénité»

Les autorités chinoises exercent une surveillance très serrée... (123RF)

Agrandir

Les autorités chinoises exercent une surveillance très serrée sur le contenu Internet diffusé dans le pays.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La Chine a annoncé avoir lancé des enquêtes contre trois des principales plateformes Internet du pays, soupçonnées de «propager des contenus violents et obscènes» - un nouveau tour de vis pour le Web local, déjà soumis à un durcissement drastique de la censure.

WeChat, la plus populaire application de messagerie du monde, opérée par le géant du Web Tencent, la plateforme de microblogues Weibo et le forum de discussions Tieba sont visés par ces enquêtes, a annoncé l'Agence chinoise en charge d'internet.

Des usagers de WeChat, Weibo et Tieba «ont diffusé des contenus violents, liés au terrorisme, obscènes et pornographiques, des rumeurs erronées», signe d'un contrôle insuffisant par les opérateurs de ces plateformes, a assuré l'administration.

De tels contenus «mettent en péril la sécurité nationale, la sécurité publique et l'ordre social», tout en étant illégaux selon la loi sur la cybersécurité entrée en vigueur en juin, ajoute le communiqué.

Les trois entreprises concernées ont confirmé l'ouverture des enquêtes, transmettant toutes trois leurs excuses pour «les expériences négatives» infligées à leurs usagers.

Weibo a par ailleurs promis «de renforcer les mesures et technologies de contrôle pour épurer [...| les contenus indésirables» et «encourager les utilisateurs» à les signaler.

Muraille

La Chine surveille déjà Internet de façon drastique, en bloquant les sites qu'elle estime politiquement sensibles, un système surnommé «la Grande muraille électronique». Les réseaux sociaux Facebook et Twitter, la plateforme de vidéos YouTube, la messagerie Gmail, le moteur de recherche Google, ainsi que de nombreux médias occidentaux sont inaccessibles dans le pays.

Mais le contrôle s'est encore intensifié ces derniers mois avec l'application d'une loi sur la cybersécurité, qui interdit notamment de diffuser tout contenu portant atteinte à «l'honneur national», «troublant l'ordre économique et social» ou destiné à «renverser le système socialiste», c'est-à-dire le Parti communiste au pouvoir.

La nouvelle loi exige par ailleurs l'obtention d'une licence spéciale pour avoir le droit de poster en ligne des commentaires et informations journalistiques sur le gouvernement, les affaires sociales, l'armée, l'économie et la diplomatie.

«La génération des Gardes rouges est désormais au pouvoir», ironisait un internaute sur Weibo, en référence au fanatisme des jeunesses maoïstes du début de la Révolution culturelle.

Pékin a par ailleurs durci sa réglementation sur des logiciels permettant de contourner la censure (VPN), ce qui a amené l'américain Apple à supprimer fin juillet de son App store chinois les applications permettant d'avoir accès à de tels services.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer