Frima coupe une soixantaine de postes

La supression de postes chez Frima survient à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La supression de postes chez Frima survient à peine une dizaine de jours après qu'une autre entreprise de jeux vidéo de la capitale - Beenox - eut annoncé la fermeture de son unité de tests de jeux et la mise à pied, du même coup, d'une trentaine d'employés.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le studio de divertissement Frima licencie une quarantaine d'employés à Québec et met la clé sous la porte de son bureau à Montréal qui faisait travailler une douzaine de personnes.

L'entreprise qui, il n'y a pas si longtemps encore, comptait 400 employés n'en a plus que 250 au dernier décompte.

L'annonce survient à peine une dizaine de jours après qu'une autre entreprise de jeux vidéo de la capitale - Beenox - eut annoncé la fermeture de son unité de tests de jeux et la mise à pied, du même coup, d'une trentaine d'employés.

En entrevue au Soleil, le cofondateur et chef de la direction de Frima, Christian Daigle, ne croit pas que l'avenir de l'industrie soit en péril à Québec.

«Je ne suis pas en mesure d'évaluer la situation chez Beenox. Ce que je peux dire, par contre, c'est que nous évoluons dans une industrie cyclique et que nous devons constamment nous adapter aux changements. Honnêtement, je ne vois pas le signe d'un malaise. Simplement le reflet d'une industrie du jeu et du divertissement en perpétuel changement.»

Des contrats et des projets, Frima n'en manque pas, estime Christian Daigle. «Nous allons avoir beaucoup d'annonces qui s'en viennent», prend-il le soin de mentionner.

«Redevenir plus agiles»

«Ce que nous annonçons, c'est une réorganisation. Nous cherchons à redevenir plus agiles. À redevenir une équipe un peu plus serrée. C'est un exercice de saine gestion que nous sommes en train d'opérer. Nous avons connu une grande croissance ces dernières années. Nous voulons être plus efficace dans la gestion de nos projets», a-t-il justifié.

«En adoptant une structure plus souple et plus près de notre réalité de PME, nous améliorons notre efficacité opérationnelle et nous nous donnons des bases solides pour continuer à croître. L'important pour notre équipe est de prendre les décisions courageuses au bon moment afin de pouvoir se tourner vers l'avenir et se donner les moyens d'assurer notre pérennité dans la Capitale-Nationale.»

La plupart des départements de Frima sont touchés par la réorganisation en cours, principalement les finances, les technologies de l'information, les ressources humaines et les autres services qui accompagnent les activités de production.

Les experts des ventes s'en tirent. «Nous allons même augmenter les effectifs au niveau de notre équipe de ventes.»

Pour la plupart des salariés visés par les mises à pied, la cessation d'emploi est immédiate. D'autres complèteront, jeudi et vendredi, leur dernière semaine de travail.

«Disons que ça n'a pas été, mercredi, la journée la plus agréable», a indiqué Christian Daigle en assurant que toutes les personnes licenciées allaient pouvoir bénéficier des ressources nécessaires afin de pouvoir se retrouver un gagne-pain le plus rapidement possible. «Si des entreprises font des mises à pied, d'autres sont en mode recrutement dans notre industrie», conclut M. Daigle.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer