La «quatrième révolution industrielle» gagne les mines

L'Industrie minière «habituellement traditionnelle», selon Nochane Rousseau, l'associé... (123rf/ Tim Hester)

Agrandir

L'Industrie minière «habituellement traditionnelle», selon Nochane Rousseau, l'associé et leader du secteur minier pour le Québec chez PwC, s'ouvre aux nouvelles technologies. Les grandes entreprises ont emboité le pas, mais les petites embarquent aussi dans la vague, par le biais de projets-pilote.

123rf/ Tim Hester

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Avec un prix des matières premières à la hausse, mais qui continue de fluctuer grandement, les minières canadiennes pourraient être tentées d'investir de plus en plus dans les nouvelles technologies «pour soutenir un avenir durable».

«Un profond engagement envers la durabilité» est un incontournable «pour définir une industrie qui cherche à se transformer», a fait valoir PricewaterhouseCoopers (PwC) dans son dernier rapport, Au-delà du ralentissement économique : La discipline financière et l'innovation dans le secteur minier, publié en fin d'année. 

«Il y a des compagnies qui vont favoriser davantage la numérisation et la digitalisation pour améliorer leur productivité», explique l'associé et leader du secteur minier pour le Québec chez PwC, Nochane Rousseau. C'est que le récent cycle baissier a révélé «de nombreuses vulnérabilités» dont l'utilisation de technologies «désuètes» chez certains. 

L'industrie 4.0, aussi appelée la «quatrième révolution industrielle», gagnerait donc peu à peu le secteur minier, une industrie «habituellement traditionnelle». «On parle d'appareils mobiles, de géolocalisation, de détecteurs intelligents, d'impression 3D, d'analyse des algorithmes, de réalité augmentée», énumère M. Rousseau. La liste est longue. 

Le géant Rio Tinto, par exemple, qui possède des installations à Sept-Îles, a notamment aménagé une salle de contrôle et de surveillance à distance d'où est gérée leur mine en Australie, «avec des véhicules autonomes et automatisés». La canadienne Barrick Gold a aussi fait le pari de la numérisation en s'associant au leader technologique Cisco. 

Des grands aux petits

«Ça commence avec les plus grandes entreprises parce qu'elles ont plus de ressources», indique l'expert. Mais des projets-pilotes émergent aussi chez les plus petits. Au Québec, des sociétés s'intéressent entre autres aux drones pour faire de l'exploration en régions éloignées ou superviser des chantiers lors de la construction d'une mine. 

La gestion de données pour «optimiser» les actifs deviendrait aussi un avantage non négligeable pour les minières. «Il y a des entreprises qui, au lieu de faire la maintenance des pièces selon le guide du fabricant, installent des capteurs qui leur indiqueront les signes d'usure, pour au fond, faire de la maintenance plus intelligente», cite Nochane Rousseau. 

Tournant durable? 

Pendant le ralentissement, la plupart des grands joueurs se sont adonnés à toute sorte de gymnastique pour parvenir à réduire leurs coûts d'exploitation. L'implantation de nouvelles technologies pourrait d'ailleurs leur permettre de maintenir à long terme leurs économies, estime M. Rousseau. «Le défi, c'est quand il y a une reprise de cycle», dit-il. 

«Parce que le coût [des intrants] a aussi tendance à augmenter alors les marges, souvent, ne sont pas meilleures. Ces programmes-là [de technologie] amènent davantage un concept d'amélioration continue. C'est-à-dire d'avoir quand même une discipline au niveau des coûts dans une période de reprise», illustre-t-il. 

«L'innovation, [...] l'optimisation et la gestion stratégique des dépenses sont tous des éléments clés pour aider les minières à gérer leur risque et améliorer leur performance», conclut l'analyste, qui souligne que les sociétés en ont également profité pour améliorer leur communication interne, diversifier leur portefeuille et modèle d'affaires.

L'établissement de liens «essentiels» avec les communautés locales et les Premières Nations occupe aussi maintenant une importante part des investissements des projets, dès le stade exploratoire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer