Bogue morbide pour Facebook

Le bogue s'est matérialisé sur les comptes Facebook... (Archives AP, Matt Rourke)

Agrandir

Le bogue s'est matérialisé sur les comptes Facebook des utilisateurs par une petite fleur et le message «En souvenir de» précédant leur nom. Ces éléments signalent d'ordinaire les comptes de commémoration des utilisateurs décédés, dont les proches en ont fait la demande.

Archives AP, Matt Rourke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Glenn Chapman
Agence France-Presse
San Francisco

Le groupe américain Facebook a reconnu une «terrible erreur» et s'est excusé. Mais pour quelque deux millions d'utilisateurs du réseau social ayant découvert en fin de semaine leur décès sur leur profil, le bogue a été amer.

Parmi ces deux millions - une estimation chiffrée des médias américains - figurait le grand patron et fondateur du réseau social, Mark Zuckerberg. «Nous espérons que ceux qui aiment Mark trouveront du réconfort en voyant ce que d'autres partagent» en hommage à sa vie, a-t-il été écrit un temps sur son profil vendredi, jour où est survenue l'erreur.

«Pauvre Mark», «Cela ne devrait pas arriver au type le plus merveilleux», pouvait-on lire alors parmi les réactions écrites sur Twitter, autre réseau social majeur de la planète Internet.

Le bogue s'est matérialisé sur les comptes Facebook des utilisateurs par une petite fleur et le message «En souvenir de» précédant leur nom. Ces éléments signalent d'ordinaire les comptes de commémoration des utilisateurs décédés, dont les proches en ont fait la demande.

«Pendant un bref moment aujourd'hui [vendredi], un message destiné aux comptes de commémoration a été publié par erreur sur d'autres comptes», a expliqué à l'AFP un porte-parole de Facebook. «C'est une terrible erreur que nous avons désormais résolue», a-t-il ajouté.

Facebook a assuré avoir travaillé aussi vite que possible pour corriger le bogue.

Après la survenance de l'erreur, plusieurs utilisateurs avaient clamé qu'ils étaient bien en vie, tout en remerciant ceux qui avaient marqué leur sollicitude à leur égard.

«Plus tôt cet après-midi, mon compte Facebook a publié un beau message à mes amis, en leur demandant de "se souvenir de moi" et de "trouver du réconfort dans les choses que les autres partageront" sur moi», a ainsi raconté la journaliste du Washington Post spécialisée dans les nouvelles technologies, Abby Ohlheiser.

«C'était très touchant, il y avait un petit dessin de fleur. Le truc, c'est que je ne suis pas morte», a-t-elle ironisé.

«Morts de l'intérieur»

La fonctionnalité du réseau social liée à la survenance d'un décès permet «aux amis et à la famille de se réunir et de partager des souvenirs après le décès d'une personne», a expliqué Facebook.

«Selon notre règlement, si Facebook est informé du décès d'une personne, nous transformons son compte en compte de commémoration». Il faut notamment pour cela présenter une preuve du décès.

Parmi les réactions, certains se sont demandé si le bogue admis par Facebook n'était pas au contraire un test pour faire la promotion de la fonctionnalité concernée et générer davantage de trafic.

«Zut. J'aurais dû utiliser Facebook Live pour montrer combien j'étais Facebook Dead», a réagi sur Twitter Danny Sullivan, un spécialiste informatique des moteurs de recherche.

La fonctionnalité Facebook Live permet aux utilisateurs de diffuser en direct des vidéos sur ce réseau social.

Les utilisateurs de Twitter, avec les mots clic FacebookDead ou FacebookRapture ont rivalisé d'ironie dans leurs commentaires sur la faille du réseau concurrent Facebook.

«C'est la manière de Facebook d'identifier les gens morts de l'intérieur mardi», a écrit @billkalpak en allusion à la victoire à la présidence américaine du républicain Donald Trump sur la démocrate Hillary Clinton. «Cher Facebook, Donald Trump ne sera pas investi avant le 20 janvier. L'anéantissement nucléaire interviendra le 21 janvier», a abondé @JnPhillip.

Dans un entretien avec la chaîne de télévision CBS diffusé en fin de semaine, le milliardaire américain s'est montré fier de son «pouvoir en terme d'audience sur Facebook, Twitter, Instagram, etc.» «Cela m'a aidé à gagner» dans des États américains où les démocrates ont «dépensé beaucoup plus d'argent que moi», a-t-il précisé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer