• Le Soleil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • Talent not Included de Frima: un jeu qui exige talent... et huile de jointures 

Talent not Included de Frima: un jeu qui exige talent... et huile de jointures

Le studio Frima vient de lancer Talent Not... (Image fournie par Frima)

Agrandir

Le studio Frima vient de lancer Talent Not Included, un jeu de plateforme qui rappelle les jeux d'arcade à l'ancienne.

Image fournie par Frima

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un jeu de plateforme dans le style arcade à l'ancienne et à l'humour absurde dans des dialogues à la Monty Python, des combats avec des personnages ayant chacun des habiletés différentes, le tout dans un théâtre avec un public qui réagit à l'action et où le décor change grâce à une série de tambours rotatifs.

Voilà le contexte de Talent Not Included, ou encore Talent non compris, le nouveau titre que le studio Frima de Québec vient de lancer pour Mac et Windows sur la plateforme en ligne Steam.

Comme l'expliquent Clémence Calloudet, chef de produit, et Guillaume Sylvain, programmeur principal, il s'agit de l'histoire de trois acteurs sans emplois qui veulent impressionner le public à tout prix et revenir sur les planches. Mais le critique de spectacles qui les embauchent prend un malin plaisir à contrecarrer leur plan de carrière.

Les trois acteurs, à tour de rôle, doivent affronter des monstres, des animaux et des soldats mécaniques.

Les cylindres rotatifs sont le point central de la mécanique du jeu qui change le décor de sorte que les personnages sont toujours au centre de la scène au lieu de changer de lieu que ce soit pour la forêt, le désert ou le monde hivernal.

Pour ce qui est du «talent non compris», c'est comme les piles non comprises dans le jouet électrique. Tout dépend des habiletés du joueur qui s'amusera en solo ou avec un comparse en mode coopératif sur le même écran. Dans le court essai que Le Soleil a pu faire avant de télécharger le jeu, il faut du talent et beaucoup d'huile de jointures sur le clavier ou la manette de jeu pour exécuter les bons mouvements au bon moment.

Pire, en passant d'un personnage à l'autre, la difficulté augmente et le compteur de vie passe de 5 à4, puisà 3 pour le dernier acte de cette mise en scène théâtrale qui inclut le guerrier et ses armes longues, le magicien lanceurs de sorts tout en étant capable de se téléporter, et la voleuse et son poignard capable de traverser les ennemis en fonçant à toute vitesse.

Nostalgie

Avant d'arriver au monstre final, chaque acte de la pièce de théâtre comprend 14 tableaux avant le «boss» du niveau. En tout, il faut passer à travers 46 tableaux pour finir la partie.

«Nous avons voulu un jeu à saveur nostalgique avec une progression de la difficulté comme dans les jeux d'arcade», souligne Valérie Hénaire, vice-présidente à la propriété intellectuelle chez Frima qui agissait comme productrice pour la petite équipe de 12 personnes affectées à la réalisation du jeu.

Après avoir passé quelques niveaux sur mon ordinateur, je peux dire qu'il s'agit d'un jeu que l'on aimera détester, car on veut toujours réaliser un meilleur pointage en recommençant un niveau pour éviter de demeurer trop longtemps dans le peloton de queue sur le site des joueurs de Steam.

Le jeu se vend une dizaine de dollars. Frima a l'intention de lancer des versions pour les consoles dans quelque temps.

www.talentnotincluded.com

Le Moto G Plus offre, avec sa caméra... (Photo fournie par Motorola) - image 5.0

Agrandir

Le Moto G Plus offre, avec sa caméra 16 mégapixels, une excellente définition des photos.

Photo fournie par Motorola

Le HTC 10 s'illustre par sa rapidité de... (Photo fournie par HTC) - image 5.1

Agrandir

Le HTC 10 s'illustre par sa rapidité de chargement des applications.

Photo fournie par HTC

Deux téléphones qui se tirent bien d'affaire

Pendant deux semaines, j'ai pu utiliser le Moto G Plus au début de l'été pour mon travail. Et peu de temps après, le HTC 10.

Les deux font partie des produits intéressants sur le marché, que ce soit avec un forfait ou en payant le plein prix pour l'un ou l'autre des téléphones.

Dans les deux cas, les appareils ont été utilisés dans le contexte de travail pour le journal pour consulter les nombreux courriels, lire les pièces jointes dans divers formats, naviguer sur le Web pour consulter de nombreux site, lire le journal du matin avec l'application du Soleil ou d'autres quotidiens du groupe Capitales Médias ou intervenir sur trois réseaux sociaux, soit comme usager, soit comme gestionnaire de compte.

En plus de laisser ouvertes plusieurs applications et de recevoir des notifications de toutes sortes, le positionnement était en fonction, car les deux appareils ont servi de GPS pour les rendez-vous lors d'entrevues planifiées un peu partout dans la ville et en région.

De cette manière, je pouvais savoir combien de temps les appareils fonctionneraient sans avoir besoin d'être rechargés. Dans les deux cas, le comportement était adéquat pour une longue journée de travail et une bonne partie de la soirée. Malgré tout, les deux appareils ont une fonction de recharge rapide qui permet d'avoir beaucoup d'autonomie en moins de 30 minutes.

Dans le cas des jeux, les écrans offrent une excellente réactivité et une très bonne souplesse des mouvements. Cependant, le HTC 10 est une coche supérieure quant à la qualité de l'image et du son. Ce qui n'empêche pas le Moto G Plus de se débrouiller pas mal mieux qu'un autre appareil Android de base et mon iPhone 5s qui ont servi de base de comparaison.

Pour les photos, j'ai préféré le Moto G Plus avec sa caméra à 16 mégapixels qui donnait une meilleure définition des images. Cela n'enlève rien à la capacité de la caméra du HTC 10 et à sa rapidité de mise au point.

Côté rapidité de chargement des applications et vitesse du processeur, le HTC est plus performant que Moto G Plus. La plupart des usagers ne verront pas beaucoup de différence dans l'utilisation quotidienne, mais ça se constate facilement avec des jeux exigeants.

Empreintes digitales

J'apprécie au plus haut point la lecture des empreintes digitales sur ces appareils à la place du mot de passe. C'est plus sécuritaire, notamment avec un enfant qui se souvient rapidement d'un mot passe numérique pour jouer avec le téléphone lorsque l'on a le regard ailleurs. Alors, imaginez un instant ce qu'un personnage malveillant dans la file au café Internet pourrait faire. L'empreinte digitale est unique et on reprend le travail ou le jeu plus rapidement lorsqu'une notification arrive.

Ce sont donc deux très bons appareils.

On peut obtenir le Moto G Plus pour 400 $ environ sans entente ou gratuitement avec une entente de 2 ans. Il est offert depuis cet été au Canada.

Pour le HTC 10, prêté par Bell, il faut débourser 900 $ sans forfait ou 200 $ avec une entente de deux ans.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer