Grand rassemblement de Pokémon Go le 20 août dans Saint-Roch

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'engouement pour le jeu Pokémon Go ne semble pas près de s'essouffler. En tous cas, pas dans le quartier Saint-Roch, véritable Mecque de la chasse à Pikachu et compagnie. Et les amateurs auront un grand rendez-vous à se mettre sous la dent le 20 août à l'occasion de Parvis en fête.

«On a très hâte de participer», a lancé Marie-Philip Gariépy, des ressources humaines de Crakmedia lundi. 

Cette entreprise a été approchée par la table de concertation l'Engrenage, qui organise pour la cinquième année l'activité communautaire et culturelle Parvis en fête. «On cherchait à rejoindre tant les entreprises du quartier qu'une population un peu plus jeune qui travaille dans le quartier et le fréquente sans nécessairement participer aux événements communautaires», a expliqué Émile Piché, agent de liaison à la table de quartier l'Engrenage. Cet organisme a comme mission de favoriser la cohabitation et d'améliorer la qualité de vie dans Saint-Roch.

Mme Schaeffer et son mari disent avoir été... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Mme Schaeffer et son mari disent avoir été envahis par les joueurs de Pokémon Go qui se sont amassés devant leur domicile.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

«Globalement, Pokémon Go, ça fonctionne bien avec les objectifs de notre événement qui vise à faire sortir les gens de chez eux et fréquenter des espaces publics», a poursuivi M. Piché.

En somme, l'idée est de faire d'une pierre, deux coups : permettre aux amateurs de Pokémon de vivre un rassemblement tout participant à Parvis en fête.

À cette occasion, la rue Saint-Joseph sera fermée toute la journée entre les rues de la Couronne et de la Chapelle.

Crakmedia achètera des leurres pour attirer les Pokémon que les utilisateurs peuvent capturer avec l'application mobile. Des bornes de chargement de téléphone seront mises à la disposition des dresseurs et une entente avec Vidéotron devrait permettre un réseau Internet gratuit dans la rue, a énuméré Marie-Hélène Doyle-Poirier, aussi de Crakmedia.

L'an dernier, Parvis en fête, qui se déroulait sous la thématique western, a attiré 3500 personnes. Le rassemblement Pokémon Go pourrait faire bondir ce nombre à 15 000, a avancé Mme Doyle-Poirier.

Un autre avantage, selon Émile Piché, est que l'activité Pokémon Go n'est pas bruyante en soi. Le rassemblement cohabitera donc avec la programmation composée de radio en direct sur les ondes de CKIA et des spectacles de cinq groupes, dont Gab Paquet et l'Octopus. Le tout sera suivi d'une soirée dansante sur le parvis de l'église Saint-Roch. 

La programmation complète de la journée du 20 août reste à annoncer. On sait toutefois que le rassemblement pour Pokémon Go est prévu autour de 19h. 

Bon pour Saint-Roch

Dès l'apparition du jeu de réalité augmentée Pokémon Go, Saint-Roch s'est imposé comme un carrefour incontournable des amateurs de la région. 

Avec son caractère urbain animé et le fait qu'il soit entouré d'entreprises technologiques, avec ses travailleurs qui flânent ou dînent à l'extérieur, Saint-Roch avait tout pour devenir une destination de choix pour les petites bêtes virtuelles, nombreuses à se cacher dans le jardin Saint-Roch.

À l'Engrenage, Émile Piché voit d'un bon oeil la hausse de fréquentation que la chasse au Pokémon a instaurée dans le quartier et dans le Jardin.

«Ça assure une présence en continu, même le soir», dit-il à propos de la perception que plusieurs ont encore du quartier comme étant moins sécuritaire la nuit tombée. «Ça montre qu'on peut faire des activités le soir et que le Saint-Roch est un quartier très sécuritaire.»

L'activité Crak Ton Pokémon au Parvis en Fête! possède aussi sa page Facebook.

«C'est une marque de la victoire, celle de... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 3.0

Agrandir

«C'est une marque de la victoire, celle de contrôler le quartier Saint-Roch dans la guerre des Pokémon. Je tiens ici le Pikachu de la fierté. Et au nom de Beenox, il me fait grand plaisir de l'accepter ici aujourd'hui», a lancé non sans humour Philippe Pelletier-Baribeault, concepteur de niveau chez Beenox. Ce membre de l'équipe des jaunes a été élu meilleur chasseur de Pokémon du duel qui impliquait aussi l'équipe rouge de Crakmedia.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Beenox remporte la «guerre» des Pokémon

Après deux semaines de chasse intense, l'entreprise de jeux vidéo Beenox a remporté la grande bataille Pokémon Go de Saint-Roch, qui l'opposait à la firme Crakmedia. 

«C'est une marque de la victoire, celle de contrôler le quartier Saint-Roch dans la guerre des Pokémon. Je tiens ici le Pikachu de la fierté. Et au nom de Beenox, il me fait grand plaisir de l'accepter ici aujourd'hui», a lancé non sans humour Philippe Pelletier-Baribeault, concepteur de niveau chez Beenox. Ce membre de l'équipe des jaunes a été élu meilleur chasseur de Pokémon du duel qui impliquait aussi l'équipe rouge de Crakmedia.

M. Pelletier-Baribeault a remporté un Pikachu en peluche et les autres participants, une boîte de nouilles Ramen séchées à l'image des Pokémon.

Initiée le 18 juillet, cette bataille entre deux entreprises technos du quartier avait pour objectif de tabler sur l'arrivée de Pokémon Go afin de créer des rencontres sociales entre employés de firmes de Saint-Roch. 

Pas un feu de paille

Et, au-delà du succès instantané, les employés de Beenox ou de Crakmedia rencontrés lundi ne voient pas venir d'essoufflement pour le jeu au succès planétaire, à condition que le développeur, Niantic, joue bien ses cartes.

«Il reste encore un bon bout pour que ça dure», estime Philippe Pelletier-Baribeault. «Il existe 800 Pokémon, il y en a seulement 150 dans le jeu en ce moment. Il y a encore moyen de sortir des nouveaux Pokémon à des endroits stratégiques pour garder l'engouement. La balle est dans le camp du développeur», a-t-il poursuivi. 

«À long terme, ça va garder une certaine notoriété», croit aussi Lucas Painchaud-Lavallée, intégrateur Web chez Crakmedia. «Ils ont dit qu'ils allaient sortir une nouvelle version basée sur Harry Potter. J'ai l'impression qu'ils sont partis sur une lancée.» 

Mathieu Blanchet, de chez Beenox, ne croit pas non plus que Pokémon Go sera un feu de paille. Il estime aussi que l'application en réalité augmentée pourra mener à un nouveau style de jeu. «Tout est dans le fait de pouvoir rencontrer des joueurs en vrai, il y a un côté social. Si la compagnie qui l'a développée continue de donner du contenu aux joueurs, ça va durer un certain temps.»

Pikachu ne sera pas à Rio

RIO DE JANEIRO - Il n'y a pas que les problèmes de plomberie qui préoccupent les athlètes présents à Rio pour les Jeux olympiques. À leur arrivée, beaucoup ont fait la désagréable découverte : il est impossible, pour l'heure, de jouer à Pokémon Go au Brésil. Ces derniers jours, plusieurs ont fait part de leur déception sur le réseau social Twitter, à l'instar du céiste français Matthieu Péché. Celui-ci a publié une capture d'écran du jeu montrant son avatar seul dans un espace désespérément vide de créatures à attraper. «Désolé, les gars, pas de Pokémon dans le village olympique», a-t-il regretté. Même constat pour le kayakiste britannique Joe Clarke. «Pas de Pokémon sur le site olympique de Deodoro! Ou au Brésil!??» s'est-il interrogé, assortissant son message d'un coeur brisé et d'un émoticône déçu. En effet, le jeu en réalité augmentée, qui permet de chasser des créatures virtuelles dans le monde réel et de les faire combattre, n'a pas encore débarqué en Amérique du Sud. Et cette absence préoccupe jusque dans les plus hautes sphères à Rio. Le 13 juillet, le maire Eduardo Paes en avait appelé sur sa page Facebook au créateur des Pokémon : «Bonjour, Nintendo! Plus que 23 jours avant les Jeux olympiques de Rio 2016. Le monde entier va venir ici. Venez aussi!»

Interdit... aux délinquants sexuels

NEW YORK - Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, a enjoint lundi les services de probation d'interdire à près de 3000 délinquants sexuels fichés de jouer au jeu Pokémon Go afin de «protéger les enfants de New York». Le jeu développé par la société américaine Niantic et téléchargé plus de 75 millions de fois est, en effet, très prisé du jeune public et permet de localiser d'autres joueurs, ce qui pourrait en faire un outil pour les prédateurs sexuels, selon le gouverneur. Andrew Cuomo a donc enjoint le département pénitentiaire et de probation à interdire Pokémon Go aux personnes condamnées pour des délits à caractère sexuel qui ont purgé leur peine mais restent fichées, selon un communiqué publié lundi. Il a également adressé un courrier à Niantic lui demandant d'empêcher ces anciens délinquants sexuels de jouer au jeu le plus populaire du moment. Le gouverneur a expliqué avoir pris cette décision après que deux élus du Sénat de New York eurent démontré que des enfants avaient joué, sans le savoir, à Pokémon Go près du lieu de résidence de délinquants sexuels fichés, voire chez l'un d'entre eux.

Une bonne façon de séduire les électeurs

LOS ANGELES - Les équipes de campagne d'Hillary Clinton et de Donald Trump utilisent le jeu vidéo Pokémon Go, véritable phénomène mondial, pour tenter de séduire de nouveaux électeurs, en particulier les plus jeunes, ou pour diffuser leurs messages. «Ces deux joueurs de Pokémon viennent de s'enregistrer pour voter», a microblogué récemment Joe Makielski, l'un des responsables du Parti démocrate dans le Colorado, en publiant la photo de deux jeunes hommes. La candidate démocrate Hillary Clinton a déclaré la semaine dernière dans un discours que son équipe et elle-même voulaient profiter de la popularité du jeu pour aller à la pêche aux électeurs. «Je ne sais pas qui a créé Pokemon Go, mais j'essaie de voir comment on peut l'utiliser pour amener les joueurs dans les bureaux de vote», avait-elle lancé. La campagne Clinton envoie donc des membres de son équipe arpenter rues, parcs et autres lieux publics à la recherche des accros du jeu. Leur mission : les détourner quelques minutes de leur téléphone et de leur traque pour les aider à s'enregistrer sur les listes électorales, espérant ainsi séduire de jeunes électeurs en vue du scrutin du 8 novembre. L'équipe de Donald Trump n'est pas en reste. La tour Trump de New York est une destination populaire pour les joueurs et, la semaine dernière, l'équipe de campagne a publié une vidéo parodiant la candidate démocrate en monstre Pokémon avec pour titre : «Non à Hillary la crapule».  

Un couple laisse seul son enfant de deux ans pour jouer à Pokémon Go

SAN TAN VALLEY, ARIZONA - Un couple de l'Arizona a été accusé d'avoir laissé seul son fils de deux ans pendant 90 minutes pour jouer à Pokémon Go, une situation décrite par le shérif local «d'au-delà de toute compréhension».

Brent Daley, âgé de 27 ans, et Brianna Daley, âgée de 25 ans, ont été arrêté après qu'un voisin eut découvert l'enfant à l'extérieur de la maison du couple, à San Tan Valley, une ville située au sud-est de Phoenix, a indiqué le bureau du shérif du comté de Pinal, lundi.

L'enfant ne portait que des couches et un chandail à manches courtes, ont raconté les autorités. Il était pieds nus.

Le couple a déclaré dans un premier temps qu'il était parti acheter de l'essence avant de se rétracter pour avouer qu'il était allé à la chasse aux créatures virtuelles pendant environ 90 minutes, a ajouté le bureau du shérif.

Les Daley ont été accusés de négligence envers un enfant et d'avoir mis un enfant en danger. Le bambin a été confié au service de protection de l'enfance de l'État.

«Au-delà de toute compréhension»

Le shérif Paul Babey a dit que plusieurs corps policiers avaient mis en garde la population contre les dangers de jouer au jeu numérique.

«Nous n'aurions jamais imaginé que des parents puissent abandonner un enfant pour jouer à Pokémon Go, a-t-il dit. Cela va au-delà de toute compréhension.»

On ignore si le couple a engagé un avocat qui pourrait commenter sa cause. Le nom des deux adultes ne figure pas sur les répertoires téléphoniques de la ville et ils n'ont pas répondu aux demandes formulées sur Facebook.  Avec AFP et AP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer