Québec dévoile son plan d'action numérique

La ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique... (Photo Janick Marois)

Agrandir

La ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique Anglade, a noté que seulement 20% des entreprises québécoises ont un site web et un nombre encore plus restreint, soit 12%, ont une capacité de réaliser des transactions par internet.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Le gouvernement du Québec a présenté vendredi un plan d'action en économie numérique doté d'une enveloppe de 188 millions $ sur cinq ans, à laquelle le premier ministre Couillard a ajouté 100 millions $, disponibles dès maintenant, pour la construction d'infrastructures visant à étendre l'accès internet à haute vitesse dans les régions qui en sont toujours privées.

Le plan d'action comprend 28 mesures axées principalement sur le soutien financier des entreprises de technologies de l'information, sur la formation, l'accompagnement et le mentorat des entreprises, le démarrage de nouvelles entreprises innovantes, l'aide au virage technologique et la recherche et le développement d'innovations technologiques.

La ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique Anglade, a noté que seulement 20% des entreprises québécoises ont un site web et un nombre encore plus restreint, soit 12%, ont une capacité de réaliser des transactions par internet.

Retard dans le commerce au détail

Cette faible pénétration fait particulièrement mal dans le domaine du commerce de détail.

«Le consommateur est sur la tablette et le téléphone intelligent et nous, on est en retard», a souligné le président-directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, Léopold Turgeon.

«C'est la première fois de l'histoire où le consommateur est en avance sur les détaillants et ça demande un ajustement majeur, mais les petits détaillants ont peu de moyens et peu de ressources humaines pour aller de l'avant», a-t-il fait valoir.

Le premier ministre Philippe Couillard a insisté sur le fait qu'il faut s'adapter à l'arrivée de nouvelles technologies qui bouleversent complètement le paysage économique.

«Si on pense qu'on a eu une discussion un peu serrée avec Uber, ce n'est rien par rapport aux prochaine applications semblables. Ce n'est rien par rapport au moment où il y aura des autos sans conducteur. Qu'est-ce qui arrive au métier de chauffeur de taxi lorsqu'il y a des autos sans conducteur?», a demandé le premier ministre devant la foule réunie dans les locaux de la Société des arts technologiques, à Montréal, notant que ces changements auront un impact profond sur les jeunes et les générations à venir.

«Finie l'époque où on passait sa vie dans le même emploi; finie l'époque où la tradition se répétait de père en fils ou de mère en fille. On est vraiment dans une rupture totale du modèle de l'emploi», a averti le premier ministre.

Or, c'est là une des lacunes du plan d'action qu'a constaté le directeur principal aux affaires publiques du Conseil du patronat, Benjamin Laplatte.

«Il faut une mobilisation des réseaux d'éducation au niveau de la formation continue, la formation professionnelle et technique. On peut beaucoup parler d'acquisition d'innovations technologiques, il reste que l'innovation est portée par des compétences», a-t-il indiqué.

Bien que le prochain plan d'action sectoriel de la stratégie numérique portera justement sur l'éducation, l'enseignement supérieur et le développement des compétences, il n'est pas attendu avant le printemps 2017.

Le soutien prendra notamment la forme de crédits d'impôt - dont certains, déjà existants, seront bonifiés -, d'un fonds de soutien au démarrage d'entreprises innovantes et de ressources humaines pour l'accompagnement.

Le gouvernement entend faire sa part en facilitant l'accès aux contrats publics et en intensifiant sa démarche de données ouvertes, c'est-à-dire la mise en ligne d'informations gouvernementales utiles aux entreprises intéressées à transiger avec l'État.

Insuffisance de moyens

En général, le milieu des affaires a salué l'initiative, la qualifiant de démarche nécessaire et encourageante, tout en signalant qu'il s'agit de sommes modestes face à l'ampleur de la tâche. Plusieurs représentants de la communauté des affaires, présents pour l'annonce, ont toutefois dit avoir bon espoir de voir l'effort s'accroître avec le temps.

«L'impression, c'est que le gouvernement y va avec ses moyens au départ, a jugé le président-directeur général de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc. On pense qu'au fur et à mesure que les marges de manoeuvre vont devenir plus grandes, le gouvernement lui-même va devoir investir davantage, mais les entreprises elles-mêmes vont devoir y consacrer beaucoup de ressources», a-t-il averti.

«On s'attend à ce que le cadre financier soit évolutif», a renchéri Benjamin Laplatte, alors que Léopold Turgeon y est allé de manière beaucoup plus directe: «C'est un bon départ, mais ça va prendre plus que ça, c'est certain.»

Quant au premier ministre Couillard, il a insisté à quelques reprises sur le fait que son gouvernement avait réussi à ajouter 100 millions $ pour étendre l'accès à internet haute vitesse grâce à «l'exercice de redressement budgétaire», selon son expression.

Selon la ministre Anglade, l'argent est impatiemment attendu dans plusieurs régions qui sont déjà prêtes à aller de l'avant, certaines en partenariat avec le secteur privé, alors que d'autres s'appuieront sur les pouvoirs publics.

«Dans certaines régions, il va y avoir plusieurs entreprises qui vont être impliquées. Dans d'autres cas, on va collaborer avec les MRC. Nous avons déjà reçu plusieurs projets de différentes régions qui nous permettent de voir la variété que l'on aura. On est déjà à pied d'oeuvre pour regarder les projets par région», a confié la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et responsable de la Stratégie numérique.

Mme Anglade répète que son objectif demeure d'offrir l'accès numérique à haute vitesse sur l'ensemble du territoire québécois d'ici 2021.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer