Graffitis numériques sur le Grand Théâtre

Nathalie Côté artiste scénographe, Mathieu Samama, élève de... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Nathalie Côté artiste scénographe, Mathieu Samama, élève de l'école secondaire Joseph-François-Perreault, et Louis-Robert Bouchard du collectif Interférences, préparent la performance artistique et numérique Encres et Lumières.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le mur ouest du Grand Théâtre de Québec sera couvert de graffitis, mais pas n'importe lesquels. Ce seront des dessins virtuels réalisés par un groupe de huit élèves de l'école secondaire Joseph-François-Perreault accompagné de l'artiste visuel et graffiteur Patrick Beaulieu.

La performance numérique Encres & Lumières dure deux heures et aura lieu en soirée le vendredi 17 juin sur un mur de 160 pieds de largeur et haut de près de 50 pieds au lieu du graffiti exécuté à la sauvette sur un coin de mur. Le projet, annoncé en conférence de presse mardi, est piloté par Louis-Robert Bouchard du collectif Interférences pour tout le développement technologique, et par l'artiste Nathalie Côté, scénographe.

Depuis le début de mai, Mme Côté offre des ateliers d'initiation au graffiti et au patrimoine bâti aux huit jeunes qui se familiarisent avec la technologie mise au point par Interférences.

Outre le logiciel de contrôle de la performance conçu à partir de logiciels libres, M. Bouchard a mis au point une cannette de peinture numérique avec Alexandre Quessy pour qu'elle reproduise les caractéristiques physiques de la cannette réelle des graffiteurs.

Contrairement aux graffitis peints ici et là en ville, les graffitis numériques disparaissent sitôt la performance terminée. Mais ils peuvent être archivés et présentés ailleurs où reproduit en rediffusion.

Série d'ateliers

D'ici la présentation de leur oeuvre, les huit jeunes continuent la série d'ateliers d'apprentissage artistique en affinant leur connaissance sur l'histoire des 23 bâtiments patrimoniaux retenus pour leur formation. En même temps, ils apprennent à maîtriser la technologie et les outils qu'ils devront manipuler pour impressionner la foule.

En cas de mauvais temps le soir du 17 juin, la performance aura lieu le lendemain. Si le beau temps est de la partie le vendredi soir, la soirée du samedi sera consacrée à la rediffusion de la performance en y intégrant les dessins sélectionnés qu'auront soumis des élèves du secondaire de la région de Québec sur le site interferences.ca.

Les auteurs de cet événement alliant l'art, le patrimoine et la technologie ont répondu à l'appel de projet Graffitis et tags virtuels lancé par la Ville de Québec. Le tout est financé par l'Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville. 

Même s'il s'agit d'un événement éphémère d'un soir, Louis-Robert Bouchard veut pousser plus loin l'expérience et le développement des outils numériques pour que d'autres artistes puissent eux aussi réaliser des performances numériques devant le public.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer