Apprendre la programmation avec un prof... de 11 ans

Manuel Roy-Boisvert adore la programmation au point de... (Fournie par Jean-Sébastien Roy)

Agrandir

Manuel Roy-Boisvert adore la programmation au point de choisir dès maintenant ce métier pour l'avenir.

Fournie par Jean-Sébastien Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour la première fois, il y aura un événement Scratch Day à Québec le 14 mai pour la journée internationale d'initiation à la programmation à partir de ce logiciel mis au point par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston. Mieux encore, Manuel Roy-Boisvert, qui donnera la formation de base sur ce logiciel pour créer des jeux vidéo, est un élève de la cinquième année du primaire. Il n'a que 11 ans.

Mardi soir, il devait mettre son programme d'enseignement à l'épreuve avec son jeune frère de huit ans pour l'initier à la programmation en 50 minutes.

Huit ans, c'est un peu jeune, non? C'est pourtant à cet âge que Manuel a commencé à s'initier à la programmation avec le langage Python, raconte son père Jean-Sébastien Roy. Un peu difficile certes, mais c'est à ce moment que Manuel a eu la piqûre.

C'est lors de l'événement du Web à Québec que son père discute avec un programmeur. Ce dernier lui propose davantage le langage Scratch, car il est très visuel et il n'est pas nécessaire d'écrire des lignes de code. Il suffit de choisir une action et de la déplacer dans la fenêtre de programmation. Le tour est joué... ou presque.

Deux soirées

À la table, Manuel montre au Soleil un petit jeu de hockey. Deux équipes de deux personnages : un joueur et un gardien. Le joueur joue contre l'ordinateur de l'autre côté de la glace. Il a produit cela en deux soirées. Deux soirées pour une jeune de 11 ans comme Manuel, ce ne sera pas huit heures ou une nuit blanche comme certains programmeurs. C'est quelques heures tout au plus entre les devoirs et les leçons de piano. Le lendemain, il y a l'école.

Avant de tester sa méthode d'enseignement sur son cadet, il a montré le langage Scratch à trois amis avec qui il fait maintenant de la programmation. Il pense même à organiser une compétition où chacun ferait son jeu pour savoir qui sera le meilleur. Ou encore, ils feront un plus gros jeu ensemble.

Lorsque Le Soleil lui demande s'il veut en faire son métier, Manuel devient les yeux tout brillants. Laisserait-il l'école? Malgré le non de son père, il lance un oui franc le sourire fendu jusqu'aux oreilles.

Il ne laissera pas l'école pour autant, malgré une puissante piqûre et la satisfaction que lui donne la programmation. Il se prépare pour cette fameuse première québécoise, une première confirmée par l'équipe du MIT.

Outre l'invitation qui a été faite aux élèves de son école, une page Web a été créée (www.scratchquebec.com) pour demander aux jeunes de 8 à 13 ans de s'inscrire gratuitement à l'une ou l'autre des séances du samedi 14 mai. Elles se tiendront par petits groupes de six jeunes dans une salle du commerce de son père : ACCROO Rangement efficace du 355, rue du Marais, au local 120.

Manuel a tellement la piqûre de la programmation qu'il veut proposer aux services de loisirs du secteur Lebourgneuf de donner des cours d'initiation à la programmation à l'automne. Ça lui ferait gagner de l'argent d'une manière plus agréable que de passer la tondeuse, a-t-il dit à son père. D'ailleurs, Manuel a déjà le nom de sa compagnie. Tout est pour se lancer en affaires comme si la fibre entrepreneuriale s'était transmise de père en fils.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer