Catapulte: un 50 000 $ qui a fait du chemin pour Chainsawsome

En 2014, alors qu'ils oeuvraient dans un sous-sol... (Tirée d'une vidéo du concours Catapulte)

Agrandir

En 2014, alors qu'ils oeuvraient dans un sous-sol dans Neufchâtel avec quelques dollars en poche, les trois fondateurs du studio indépendant Chainsawsome Games  étaient loin de se douter que leur entreprise allait connaître un tel succès en si peu de temps.

Tirée d'une vidéo du concours Catapulte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un chiffre d'affaires de plus de 300 000 $, 1,7 million de téléchargements pour son jeu Knight Squad sur Xbox One Gold et un nouveau local dans Saint-Roch. Le concours Catapulte a permis à l'entreprise Chainsawsome Games de connaître une année foudroyante.

En 2014, alors qu'ils oeuvraient dans un sous-sol dans Neufchâtel avec quelques dollars en poche, les trois fondateurs du studio indépendant étaient loin de se douter que leur entreprise allait connaître un tel succès en si peu de temps. Depuis, les voyages se multiplient. Chainsawsome Games a notamment participé à l'Electronic Entertainement Expo, le E3, à Los Angeles, en 2014. Les fondateurs ont aussi présenté leur jeu en Allemagne, à Seattle, au Texas et à Boston.

Cette ascension vers le succès, l'un des cofondateurs, Jean-Simon Otis, l'attribue en grande partie à l'aide financière de 50 000 $ de Catapulte. «Cela a été déterminant pour nous. On ne serait pas où nous sommes sans ça. C'est littéralement le coup de pouce dont nous avions besoin pour progresser et percer l'industrie du jeu vidéo», a indiqué celui qui occupe la chaise de président, ajoutant que l'argent leur a permis d'améliorer la qualité de leur jeu Knight Squad, notamment en ce qui a trait à l'animation. Ce jeu a d'ailleurs coûté 70 000 $ à produire.

Et l'avenir s'annonce tout aussi prometteur pour le jeune trio, complété par Jade Bélanger et David Paré, qui a remporté le Pixel Challenge 2013. Un bail rue Christophe-Colomb, dans Saint-Roch, est déjà signé, et l'entreprise devrait y emménager au mois de juin. D'ici la fin de l'année, M. Otis prévoit doubler les effectifs. 

«On va être six ou sept», se réjouit-il, ajoutant que les projets ne manquent pas. «Pour le prochain jeu, nous allons utiliser l'expertise que nous avons développée sur Knight Squad. On va commencer le développement éventuellement», se contente-t-il de dire.

Deuxième édition

L'entreprise Chainsawsome Games a été le premier studio indépendant à profiter du concours Catapulte. Jeudi matin, la deuxième édition du concours a été lancée dans les locaux d'Ubisoft. En plus de remporter une bourse de 50 000 $, le vainqueur de l'édition 2016 bénéficiera aussi, pour une période d'un an, de l'incubateur-accélérateur technologique de Québec, Le Camp, et du mentorat de l'industrie du jeu vidéo.

Les studios indépendants ont jusqu'au 24 mars pour soumettre leur candidature. Les cinq finalistes retenus seront invités à présenter leur jeu et leur plan de commercialisation au public le 7 avril, lors de l'ouverture du Pixel Challenge à Québec, où le vainqueur sera aussi dévoilé.

«Depuis l'arrivée d'Ubisoft au Québec en 1997, l'entreprise a toujours voulu faire grandir l'écosystème de l'industrie du jeu vidéo. [...] Avoir un écosystème fort, cela fait en sorte que, pour nous, cela nous promet de la relève et nous permet d'aller plus loin encore», a conclu Nicolas Rioux, directeur général d'Ubisoft Québec, dont l'entreprise est partenaire dans Catapulte avec la caisse Desjardins de Québec et Québec International.

Prochain Assassin's Creed : l'expertise d'Ubisoft Québec sollicitée?

La franchise Assassin's Creed est loin d'être morte, et l'expertise de Québec pourrait être sollicitée dans le prochain opus.

La semaine dernière, on apprenait que la compagnie internationale de jeu vidéo prenait une pause en 2016 de la populaire série. Rencontré jeudi lors du lancement du concours Catapulte 2, le directeur général d'Ubisoft Québec, Nicolas Rioux, assure que cette décision n'aura pas de répercussions sur le studio de Québec.

«C'est vraiment une pause qu'on juge bénéfique pour la franchise», indique le directeur, ajoutant que «l'entreprise est actuellement en période d'embauche».

Quant à la possibilité que l'expertise du studio de Québec soit mise à contribution pour le prochain Assassin's Creed, M. Rioux n'a pas voulu se prononcer. «Il y a déjà des équipes qui travaillent sur les prochains [Assassin's Creed]», indique-t-il. «Il faut se douter que si on vient de terminer le dernier Assasin's Creed, c'est clair que l'expertise autour de la franchise, on veut continuer de bâtir là-dessus. Mais je ne peux pas en dire plus», ajoute-t-il avec le sourire.

Rappelons que l'an dernier, tous les employés de Québec, plus de 300 personnes, ont été mis à contribution pour réaliser l'épisode Assasin's Creed Syndicate. Il s'agissait d'ailleurs de la première fois qu'un opus était piloté entièrement de la capitale.

Ubisoft a déjà annoncé travaillé notamment sur trois jeux, soit Ghost Recon: Wildlands, Watch Dogs 2 et For Honor. M. Rioux promet d'autres annonces éventuellement.

Un film inspiré de la série, Assassin's Creed, doit prendre l'affiche en décembre prochain.  

Objectifs ambitieux

À Paris, la maison mère de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft a présenté jeudi des objectifs de croissance ambitieux à l'horizon 2019. 

Le groupe français, créateur d'Assassin's Creed et de Rayman, prévoit de quasiment tripler son résultat opérationnel en trois ans et de dégager un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros (3,3 milliards $) en 2018-2019, en hausse de 60 % par rapport à l'exercice en cours.  Jean-Michel Genois Gagnon avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer