Et si votre ado était un pirate informatique?

Que fait votre enfant sur le Web durant toutes ces heures? Avez-vous déjà songé... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Que fait votre enfant sur le Web durant toutes ces heures? Avez-vous déjà songé au fait qu'il pourrait être un pirate informatique? Juste l'an passé, le nombre de sites piratés a explosé de plus de 200 %, estime le cofondateur de l'événement Hackfest, Patrick Mathieu. 

Durant deux jours, près de 650 personnes, des gens du Québec, de l'Ontario et des États-Unis, se sont réunies à l'Hôtel Plaza, situé sur le boulevard Laurier. À l'horaire, une vingtaine de conférenciers qui ont discuté des nombreux visages de la sécurité informatique.

Le premier Hackfest est né en 2001. «C'était un groupe d'étudiants de l'Université Laval qui avait créé l'événement», raconte au Soleil M. Mathieu. Il y a aussi eu une présentation en 2003 et en 2005. «En 2009, nous leur avons demandé si nous pouvions relancer l'événement avec leur nom. Au départ, c'était destiné aux étudiants, et nous avons décidé de l'ouvrir au public», ajoute-t-il.

Le Hackfest s'adresse principalement aux experts du milieu. Une recrue dans le domaine pourrait facilement s'y perdre. «L'objectif est vraiment de sensibiliser les gens et de leur montrer les techniques d'attaque et de défense du Web», explique le responsable, qui a constaté une augmentation du nombre de participants d'environ 30 % par année depuis sept ans.

Parmi les conférenciers présents, on trouve Damien Bancal, journaliste, blogueur et enseignant en France. Il est aussi le fondateur du blogue www.zataz.com, qui traite notamment de dossiers de piratage. Un blogue essentiel, selon lui, qui lui a parfois donné bien des maux de tête.

Par exemple, en 2000, le journaliste a été forcé de déménager. «J'avais reçu à la maison une fausse bombe avec le message : "Tu vas mourir." Je reçois encore de temps en temps des messages qui me disent que je vais mourir. Mon site est attaqué tout le temps. Si les gens veulent me faire taire, j'ai alors l'impression de viser juste...»

Et pas question de fermer boutique, M. Bancal estime qu'il est important de sensibiliser les gens. Il estime aussi que les parents ont un rôle primordial à jouer auprès de leur enfant afin de les prévenir des risques du piratage.

Se défouler

«Certains pirates sont des adolescents. Internet est pour eux une occasion pour se défouler», affirme-t-il. «Les plus faibles peuvent se faire embarquer dans de grosses bêtises numériques. Du piratage, du blocage de site, ou même de se lancer dans de la manifestation pour des causes comme le djihad. Malheureusement, j'en vois de plus en plus. Internet est le grand village planétaire. Comme dans tout village, certaines populations se regroupent. Du coup, ceux qui sont intéressés par ce genre de combat se retrouvent sur des forums et des lieux de discussion.»

L'expert en informatique déplore le fait que les adolescents ne sont pas toujours conscients des conséquences de leurs gestes. «C'est important d'expliquer aux gens qu'il est important de regarder ce que fait votre enfant sur Internet ou même votre grand-père. Je connais des personnes âgées qui font tout et n'importe quoi sur Internet. Par exemple, une fois, un pseudo-

djihadiste avait diffusé une page où il suffisait de cliquer pour lancer une attaque. J'ai des gens qui ne connaissent rien, ils ont trouvé ça rigolo et ils ont cliqué. Au regard de la loi, c'est illégal. Il a fait un acte de piratage. Ce n'est pas parce qu'on ferme l'écran qu'il n'y a plus rien. Lorsqu'on dort, les bêtises continuent quand même.»

Sans même le savoir, cette personne peut s'exposer à «de lourdes amendes» et c'est aussi le cas pour les adolescents. 

«Arrêtez de penser que votre enfant joue à des jeux. Il y en a certains que oui, mais d'autres font des choses que vous n'imaginez même pas», prévient M. Bancal. «Il faut regarder et discuter avec son enfant d'Internet. Le numérique parle beaucoup : le suicide, le harcèlement ou un gamin qui veut partir en Syrie...»

Afin d'éviter de recevoir un téléphone d'un policier, M. Bancal conseille aux parents de bien vérifier les sites Internet que consulte leur enfant et d'apprendre quelques mots du langage informatique, comme «cheval de Troie», «DDoS», «base de données». «Si les parents entendent ça de la bouche de leur enfant, ça parle de sécurité informatique. Alors, il faut se demander de quel côté il penche, le black ou le white?» conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer