Beenox fête 15 ans de création

Beenox a produit la série des Spider-Man.... (Photo fournie par Beenox)

Agrandir

Beenox a produit la série des Spider-Man.

Photo fournie par Beenox

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après 15 ans d'existence, le studio Beenox a bien grandi tout en se diversifiant. L'avenir se présente sous de beaux jours, car depuis quelques années, l'équipe de créateurs a montré sa capacité créative d'abord en développant des jeux originaux.

Maintenant, la grande famille participe au développement des plus importantes franchises de la maison mère, Activision. Il suffit de penser aux versions de Skylanders, dont la dernière, SuperCharger, où le studio a eu à développer tout le volet de la course et des véhicules.

Et ce sera la sortie de Call of Duty Black Ops III, le 6 novembre, dont les différents titres de la franchise ont trouvé quelque 175 millions d'acheteurs sur la planète.

Mais, au départ, c'était l'idée d'un jeune loup qui voulait conquérir le monde par le jeu vidéo.

Fondé en 2000 par Dominique Brown, le studio Beenox de Québec fait maintenant partie de la grande famille Activision depuis son acquisition en 2005. Entre le travail de trois ou quatre personnes aux premiers jours du studio dans la maison des parents de Dominique Brown et l'édifice sur le boulevard Charest qui accueille quelque 425 travailleurs, il y a eu tout un chemin.

Quelques semaines après la création du studio, l'équipe s'installe au 771, de la rue Saint-Joseph, à l'époque le Mail Saint-Roch. Avec ses premiers employés, notamment Pascal Brûlotte et Sylvain Morel, ce sera la production des premiers jeux comme Cro-Mag Rally, Coldstone Game Engine et Pillars of Garendall.

Puis, Sylvain Morel, qui est chef programmeur, mettra au point un nouveau moteur de jeu nommé Goliath qui servira à créer des produits pour PC et les consoles Xbox. Ce sera la préparation du jeu The Vatz, qui devait sortir en 2002, mais il n'a jamais été diffusé.

Dans les années qui suivent, Beenox développe une expertise particulière pour la conversion des jeux sur diverses plateformes, que ce soit de Mac vers PC ou pour les différentes consoles de l'époque.

C'est en 2005 que l'expertise du studio québécois intéresse le géant américain Activision qui se porte acquéreur de Beenox au mois de mai.

C'est à ce moment qu'arrive Thomas Wilson comme directeur créatif pour développer tout le volet créatif de l'organisation et créer des jeux différents. Beenox produira des jeux au lieu de se contenter des conversions des créations des autres. Aujourd'hui, en plus de la direction créative, il est codirecteur du studio avec Sylvain Morel qui assume la présidence de l'entreprise.

«Nous avons dû faire nos preuves, avoue Thomas Wilson, et démontrer notre capacité de créer des produits originaux en mettant au point des aventures en parallèle des histoires des films qui inspiraient les jeux.»

L'entreprise grandit, produit de nouveaux jeux qui sortent en même temps que les films dont ils sont tirés, notamment Bee Movie, Monsters VS Allien, et Guitar Hero Smash Hits qui met en vedette la ville de Québec. Et puis arrive la série des Spider-Man.

Esprit de famille

En 2008, le studio reçoit un honneur important. Il est reconnu meilleur employeur par l'Ordre des conseillers en ressources humaines.

«Nous avons développé un fort esprit de famille, explique Thomas Wilson. Aujourd'hui, l'esprit d'équipe est toujours aussi fort, et le taux de roulement du personnel est plutôt bas. Tout le monde s'entraide. Cet esprit d'équipe et de famille compte plus que les projets sur lesquels nous travaillons. C'est essentiel pour continuer d'être créatif.»

En 2009, c'est le grand déménagement sur Charest. Et l'édifice servira d'écran pour la projection du jeu Spider-Man : Shattered Dimensions, qui fera l'objet d'un lancement public à l'occasion du 10anniversaire du studio, devant plus de 4000 visiteurs.

En décembre 2012, Dominique Brown annonce qu'il quitte le navire. Quelques mois plus tôt, il avait diminué ses heures de présence. Il sera remplacé par deux codirecteurs, Sylvain Morel, l'un des ouvriers de la première heure, et Thomas Wilson, directeur créatif.

À l'avenir, Thomas Wilson souhaite que Beenox devienne le studio principal de développement des grands projets d'Activision en démontrant tout le talent créatif et les capacités des 200 employés. D'où le remplacement des Post-it par une murale de toute la famille. Outre le studio, Beenox compte une division d'assurance qualité avec quelque 250 personnes en temps normal. L'été, une centaine d'étudiants s'ajoutent à l'équipe de base.

Pour ses 15 ans, Beenox fait rafraîchir son image de marque par l'équipe de marketing Kabane, une division de iXmedia qui loge dans le même édifice. La nouvelle image sera lancée cette semaine.

En plus de la direction créative, Thomas Wilson (à... (Photo fournie par Beenox) - image 2.0

Agrandir

En plus de la direction créative, Thomas Wilson (à droite) est codirecteur du studio Beenox avec Sylvain Morel (à gauche) qui assume la présidence de l'entreprise.

Photo fournie par Beenox

Le premier employé encore en poste

Pascal Brûlotte est toujours employé chez Beenox. Son numéro dans les fiches du personnel est le 0001 puisqu'il est le premier à avoir été embauché par Dominique Brown, tout en étant l'un des actionnaires fondateurs de l'entreprise.

Il a connu Dee Brown alors qu'il travaillait chez Megatoon, devenu le studio A2M Behaviour. Les deux jeunes hommes travaillaient sur un même projet. «Dominique me dit : "Je me lance en affaires avec mon propre studio. Viens-tu?" J'ai dit oui et j'ai été le rejoindre six mois plus tard. Nous travaillions avec nos ordinateurs personnels, trois dans le salon de la maison de ses parents, et lui était dans son bureau dans sa chambre.»

Directeur technique artistique, Pascal Brûlotte s'occupe de plusieurs équipes qui touchent les effets spéciaux, l'animation 3D, l'éclairage des décors, les décors des tableaux, les menus et les interfaces. «J'ai toujours été un gamer, avoue-t-il. Pendant mon travail dans une épicerie, lors de la pause, j'ai vu une annonce d'une école qui donnait des cours de création de jeux vidéo. J'ai été choisi et je n'ai pas cessé de travailler dans le domaine depuis.»

Pour lui, l'évènement marquant dans sa carrière demeure l'acquisition de Beenox par Activision. «Ce fut un gros boost d'encouragement», se souvient-il. «C'était excitant. J'ai dû me rendre à Santa Monica avec Dominique Brown et Sylvain Morel pour signer toute la paperasse de la vente.»

Et il aime toujours autant être au milieu d'une équipe de créateurs. «Je tripe sur la 3D avec mon équipe», conclut-il. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer