Assassin's Creed Syndicate: le plus gros projet d'Ubisoft Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Assassin's Creed Syndicate, à un mois de son lancement international, est à ce jour le plus gros projet que le studio Ubisoft de Québec a eu à gérer dans son histoire. Presque tous les employés ont mis la main à la pâte tandis que d'autres studios d'Ubisoft dans le monde ont donné un coup de main dans cette histoire inventée dans les bureaux de Saint-Roch.

L'aventure se passe à Londres vers 1868, vers... (Ubisoft) - image 1.0

Agrandir

L'aventure se passe à Londres vers 1868, vers la fin de la révolution industrielle, alors que le crime organisé, les gangs de rue mènent la vie dure à la population dans tous les quartiers de la capitale de l'Anglettre sous le règne de la reine Victoria. La corruption règne.

Ubisoft

Si personne de veut confirmer combien de personnes exactement ont travaillé sur le projet de type triple A, ni combien la maison mère a investi dans le projet, on estime que près de 1000 personnes ont été au boulot sur cette création au plus fort du développement.

Le studio a invité les membres de la presse à jeter un coup d'oeil sur certains tableaux de l'aventure qui prendra plusieurs heures à compléter. La nouvelle aventure, qui sortira dans un mois chez les détaillants, comporte une histoire de longue haleine comme les titres précédents.

L'aventure se passe à Londres vers 1868, vers la fin de la révolution industrielle, alors que le crime organisé, les gangs de rue mènent la vie dure à la population dans tous les quartiers de la capitale de l'Angleterre sous le règne de la reine Victoria. La corruption règne.

Outre la présence des templiers sur la ville, un homme, Crawford Starrick, veut dominer la ville et le monde. Rien de moins. Mais c'est sans compter sur la présence des jumeaux Jacob et Evie Frye qui entrent dans la confrérie des assassins. Tannés de jouer sur les lignes de côté, ils veulent libérer la ville et redonner le pouvoir au peuple, même en désobéissant à la confrérie.

Jonathan Dumont, responsable de l'équipe créative qui a reproduit la capitale de cette époque, avoue avoir marché par moins de 80 kilomètres dans le Londres moderne où il y a plus que des vestiges de l'époque victorienne. Des édifices persistent depuis 150 ans. Les parcs et les quartiers existent encore malgré la modernité. «Ceux qui connaissent Londres la reconnaîtront dans le jeu», affirme-t-il.

À cette époque, il y avait des photos. L'équipe a pu alors avec les cartes historiques reproduire l'univers de la fin de la révolution industrielle en recréant sept districts avec les caractéristiques de l'époque, sa culture, ses richesses ou sa pauvreté. Chaque district est un monde en soi, «chacun a sa saveur, son apparence visuelle forte qui diffère d'un endroit à l'autre», continue-t-il.

Sur les cartes, il y avait le réseau routier et ferroviaire, la largeur des rues. Et la Tamise où les points de vue sont forts différents de ceux sur la terre ferme. Les créateurs du monde d'Assassin's Creed Syndicate n'étaient pas seuls: un historien, Jean-Vincent Roy, et d'autres spécialistes de l'histoire les accompagnaient dans le processus de reproduction. La franchise a toujours misé sur un certain réalisme historique, même si le jeu est empreint de fantaisies dans son côté ludique. 

Essai: une aventure pleine de promesses

Le Soleil a pu faire l'expérience du jeu pendant un peu plus d'une heure pour constater la qualité graphique de haut niveau et expérimenter la fluidité des contrôles.

La prise en main est très facile, même si certaines fonctions diffèrent entre la PlayStation 4 et la Xbox One. Tous ceux qui ont déjà joué à l'un ou à l'autre des titres reprendront les réflexes en quelques minutes.

Les coffres au trésor sont toujours là, mais plus besoin d'être aussi rapide que Lucky Luke pour faire sauter la serrure ou se servir de ses 10 doigts, du nez, d'un coude et du menton sur les boutons de la manette pour les ouvrir. Ouf!

Les déplacements rapides en véhicule, les déplacements plus lents à pied dans la ville ou en grimpant sur les édifices tout comme les déplacements furtifs sont au coeur de l'aventure.

Lorsque l'on poursuit une cible, le joueur n'est plus désynchronisé. S'il sort du secteur, il pourra reprendre la traque aisément en ayant déjà effectué une reconnaissance des lieux. 

Autant avec les véhicules que dans les nombreux mouvements, en course, en grimpant ou en combat, on note la fluidité et la facilité de contrôle des personnages.

L'ensemble du jeu, si l'on se fie au district exploré, est fascinant. La musique et les dialogues ne nuisent aucunement à l'expérience du jeu et les cinématiques, loin d'être envahissantes, font naturellement partie du déroulement de la mission.

J'ai hâte à la sortie du jeu, même si la première nuit risque de se passer sans sommeil, pour explorer cet univers d'un jeu qui semble plein de promesses et capable de satisfaire aux attentes des joueurs, qu'Ubisoft sait très élevées. 

Le souci du détail à toutes les étapes de création

Le souci du détail était constant tout au long du processus de création. L'innovation et l'amélioration du mode de jeu (gameplay) pour garder le joueur dans un univers immersif ont été des préoccupations quotidiennes, affirme le directeur créatif de l'ensemble de l'aventure, Marc-Alexis Côté.

D'ailleurs, Londres a connu les embouteillages, on le voit dans le jeu, et la ville a été parmi les premières à mettre au point des feux de circulation.

«L'idée des jumeaux assassins est née à Québec», précise-t-il. «Et notre mandat était de peaufiner et de rafraîchir l'expérience de la franchise tout en ajoutant plusieurs innovations.» Les joueurs verront apparaître de nouvelles armes, comme le fameux Colt 45, et les armes classiques de l'époque. Les assassins auront leur fameuse lame au poignet, mais ils auront d'autres armes et objets comme le lance-grappin, les tyroliennes et d'autres outils autant pour les combats et la navigation dans la ville que pour le mode furtif.

Pour la première fois, les joueurs pourront passer d'un personnage à l'autre au besoin, contrôler des véhicules pour leurs déplacements. Des véhicules qui serviront de cachette, comme les charrettes de foin des épisodes précédents. Les jumeaux devront, pour leur conquête des districts, recruter des compagnons d'aventure qui les aideront à freiner l'avancée des ennemis.

Parmi les nouveautés à découvrir, Jacob et Evie posséderont un arbre de compétences augmentant leurs capacités au fur et à mesure de l'avancement du jeu. Il en sera de même pour la ville, l'arbre de compétences mènera à une augmentation des revenus des assassins en leur permettant de construire de nouveaux objets.

C'est un nouveau monde, une nouvelle perspective dans ce qui s'avérera probablement la plus grande aventure de la franchise des assassins. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer