OutPower: un plein d'énergie pour les téléphones et l'auto

Les trois fondateurs de la compagnie OutPower, Sasha... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les trois fondateurs de la compagnie OutPower, Sasha Sayegh, Kevin Mayer et Yves-Emmanuel Toussaint

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le boîtier du OutPower a la même grosseur qu'un iPhone 5, mais il est deux fois plus épais. S'il pèse à peine 225 grammes, il peut recharger quatre téléphones cellulaires l'un à la suite de l'autre ou survolter 15 véhicules avec une seule charge de l'appareil.

Étonnant de constater qu'un appareil aussi petit puisse contenir autant d'énergie pour recharger plusieurs appareils.

Pourtant, c'est ce que trois passionnés de technologie ont choisi en fondant la compagnie OutPower, il y a moins d'un an, en septembre 2014, pour commercialiser au Québec un produit du genre capable de fournir plus qu'un plein d'énergie à pratiquement tous les appareils dotés d'une pile rechargeable, et survolter une auto.

Les trois fondateurs de la compagnie OutPower, Sasha Sayegh, Kevin Mayer et Yves-Emmanuel Toussaint ont fait plusieurs essais avec l'appareil avant de commencer la mise en marché.

«Nous avons voulu réunir deux mondes qui nous passionnent, expliquent-ils en entrevue, la technologie et l'automobile. Nous voulions un appareil qui aurait fière allure et facile à transporter avec. Il tient dans la poche d'un pantalon ou d'un veston et dans la bourse d'une dame, car on ne sait jamais le moment où le téléphone manquera d'énergie.»

Tous les fils

Dans la boîte, il y a tous les fils pour brancher les téléphones Apple ou Android, sinon un câble USB avec le bon adaptateur pourra se brancher dans la sortie USB du OutPower pour recharger la caméra GoPro ou les casques d'écoute. On trouve aussi l'adaptateur pour la recharge sur le courant de secteur à la maison sur une prise de 120 Volts ou dans l'allume-cigare de l'automobile. La recharge complète prend environ deux heures.

Une fois chargé, sans être utilisé, le OutPower conservera son énergie pour au moins trois mois, voire six mois.

Pour le survoltage, il y a une sortie distincte pour y brancher le câble et ses pinces sur la batterie de l'automobile, de la camionnette, du VTT ou de la motoneige. Si le manuel suggère le survoltage sur un véhicule de 2,5 litres ou moins, les trois jeunes hommes d'affaires ont fait le test sur un camion F-150 doté d'un gros moteur V8. Le camion a pu démarrer sans difficulté. Par contre, ils ont noté des difficultés avec certains modèles Kia et Huyndai dotés du nouveau système d'injection directe.

Le OutPower est doté d'une batterie ayant une haute puissance et une grande capacité de 7500 mAh, se chargeant rapidement avec une faible consommation. Il développe un courant maximal de 400 ampères pour le survoltage.

Sur l'appareil, près des prises de sortie, il y a aussi une ampoule DEL, car le Outpower peut servir de lampe de poche avec un mode stroboscopique, clignotant et pleine fonction.

Depuis quelques mois, le produit est vendu chez les concessionnaires de la région de Montréal. La compagnie a aussi un revendeur dans la région de Saguenay alors qu'elle entreprend des démarches dans la région de Québec pour convaincre les concessionnaires d'offrir le OutPower à leur clientèle. On cherche aussi d'autres détaillants pour qu'il soit en vente très bientôt dans la région. L'appareil se vend 199 $.

Les consommateurs peuvent l'acheter dans la section transactionnelle du site outpower.ca en attendant de le trouver dans les commerces.

Le groupe planche sur la version 2 du OutPower qui comprendra quelques améliorations, mais les trois fondateurs de l'entreprise ne veulent pas dévoiler leurs secrets pour l'instant.

Site Web : outpower.ca

Test du Outpower, survolteur multifonctionnel

L'appareil OutPower peut tout aussi bien recharger un... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

L'appareil OutPower peut tout aussi bien recharger un téléphone ou une tablette dont la pile est à plat que survolter un véhicule par - 30 °C. Dans la boîte se trouvent tous les fils pour brancher les téléphones Apple ou Android.

Le Soleil, Patrice Laroche

À l'épreuve par les techniciens de CAA-Québec

La mise à l'épreuve de l'appareil OutPower a été effectuée en deux temps. Le Soleil a fait appel à l'expertise technique de CAA-Québec pour le volet survoltage d'un véhicule, alors que le journaliste s'en est servi pour la recharge de téléphones, d'un haut-parleur sans fil et d'une tablette.

Les techniciens de CAA-Québec ont effectué de nombreux essais dans plusieurs conditions avec divers véhicules, notamment avec un petit camion doté d'un moteur quatre litres, dont la batterie avait quatre ans d'usure. La recommandation dans le manuel d'instruction parle d'une utilisation avec des véhicules ayant des moteurs de 2,5 litres ou moins.

Parmi les essais, les techniciens ont laissé un véhicule avec les phares allumés jusqu'à ce qu'il soit impossible de le démarrer. Chaque fois, le survoltage a été efficace. Le technicien Denis Noël a laissé le Outpower dans un congélateur à - 17 °C pendant deux heures avant d'effectuer un survoltage avec succès.

Avec ses appareils de mesure, M. Noël montre que l'appareil donne effectivement 200 ampères de façon constante pour le survoltage et peut donner des points à 400 ampères. «En touchant les fils de survoltage, on sent qu'ils sont chauds, ce qui montre que le courant passe bel et bien», explique-t-il au Soleil.

Pour Pierre Beaudoin, directeur principal des services techniques de CAA-Québec, l'appareil est certainement efficace pour démarrer un véhicule dont la batterie est à plat parce que le conducteur a oublié ses phares allumés. Par contre, il émet des réserves pour les cas où le moteur serait noyé par grand froid alors que la batterie est à plat.

«À - 30 °C avec un moteur noyé, je ne peux certifier que le survoltage fonctionnera, précise M. Beaudoin. Pour dépanner sur trois saisons, l'appareil sera certainement efficace.»

En analysant les données et les instructions dans le manuel, il note certaines limites et certaines erreurs. Il constate une faute ou une erreur typographique dans le manuel qui parle d'une utilisation sur «des moteurs de 2,5 c». Il aurait fallu préciser s'il s'agissait de 2,5 litres ou 2500 cc (pour centimètres cubes). Par contre, cela limite le marché du produit à certains types de véhicules.

Une autre faiblesse dans les instructions concerne le temps de branchement à la batterie. On recommande un maximum de 30 secondes, ce qui est trop court à son avis. «Lors de la formation de nos techniciens sur la route, poursuit M. Beaudoin, nous recommandons de garder le powerboost branché au moins deux minutes pour une batterie qui n'est pas à plat et au moins cinq minutes pour une batterie complètement à plat pour éviter une surcharge de l'alternateur.

De plus, il suggère d'allonger le câble négatif du système pour qu'il puisse être branché sur le bloc-moteur et non sur la borne de la batterie. «En branchant les câbles de survoltage sur les bornes de la batterie, il peut se produire un arc électrique qui, s'il y a émanation d'hydrogène de la batterie, peut provoquer une explosion», affirme M. Beaudoin. «De même, certaines batteries sur les véhicules sont dotées d'un senseur qui envoie des informations essentielles à l'ordinateur de bord. Il faut donc brancher le câble négatif sur le bloc-moteur pour que l'ordinateur de l'auto reçoive les bonnes informations sur la charge électrique.»

Il note le coût de l'appareil qui est selon lui trop élevé d'une cinquantaine de dollars comparativement à d'autres produits semblables sur le marché qui sont un peu plus gros et un peu plus puissants.

Par contre, les essais ont révélé que l'appareil était impressionnant dans ses capacités à livrer de l'énergie et à récupérer ses capacités après chaque survoltage. Pendant certains essais auxquels Le Soleil a assisté, après quatre survoltages consécutifs, l'appareil montrait une réserve de trois barres sur quatre.

Téléphones et autres

Avec une charge complète du OutPower, Le Soleil a pu recharger rapidement deux téléphones pratiquement à plat, un haut-parleur sans fil, et il restait encore de l'énergie dans la pile pour l'utiliser avec une tablette iPad mini.

Contrairement aux deux téléphones qui étaient éteints, l'essai de recharge avec l'iPad a été effectué tout en naviguant sur le Web, en lisant et en répondant à des courriels; puis, en participant à une séance de jeux en ligne. La recharge était nécessairement plus lente qu'avec un appareil éteint, mais comparable à la vitesse de charge dans les mêmes conditions avec le chargeur Apple branché dans une prise électrique.

Le chargeur OutPower a démontré son efficacité pendant ces essais. En plus, il est pratique et facile à transporter.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer