• Le Soleil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • > Système national d'alertes: messages inaccessibles pour des abonnés de Bell 

Système national d'alertes: messages inaccessibles pour des abonnés de Bell

La semaine dernière, le Québec a connu sa... (Archives AP)

Agrandir

La semaine dernière, le Québec a connu sa première véritable alerte, dans les régions de la capitale et de la Montérégie. La Sécurité publique et Environnement Canada ont diffusé à quelques reprises une alerte de tornade. Avertissement retransmis par les radios et les stations de télévision, comme prescrit.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si les autorités publiques lancent une alerte terroriste ou demandent aux citoyens de se cacher d'une tornade imminente, les 1,7 million d'abonnés du service par satellite de Bell ne pourront toujours pas tous l'entendre, a remarqué Le Soleil. Cela même si le CRTC exige que tous les diffuseurs retransmettent ces messages en urgence.

Le président de Bell, George Cope... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le président de Bell, George Cope

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

«Au plus tard le 31 mars 2015, les radiodiffuseurs du Canada devront alerter les Canadiens de périls imminents à la vie», exigeait le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). «[...] Les Canadiens à travers le pays qui écoutent la radio ou qui regardent la télévision recevront des avis d'urgences imminentes émis par des cadres supérieurs de façon à ce qu'ils puissent réagir de manière appropriée. Les messages d'alerte comprennent les messages ayant trait aux événements tels que les tornades, les inondations, les feux de forêt, les catastrophes industrielles et les tsunamis.» 

Shaw et Sogetel aussi

Malgré les cinq années qui se sont écoulées depuis la mise en place du système national d'alertes au public, quelques entreprises n'ont pas répondu à l'exigence. Le CRTC s'est récemment dit «inquiet et déçu». «L'industrie privée de la radiodiffusion a eu plus que suffisamment de temps pour se préparer.» Le Conseil a dénoncé les entreprises Shaw et MTS dans l'ouest, ainsi que Bell, Bell Aliant et Sogetel plus près de nous. Toutes ont failli.

Le Conseil a donc exigé que les retardataires préviennent leurs clients. Bell vient tout juste d'avertir les siens... «Nous avons découvert qu'en raison d'un problème lié au logiciel, certains de nos récepteurs satellites ne diffusaient pas les messages d'alerte d'urgence lorsque l'utilisateur accédait à la programmation sur demande», lit-on dans l'avis distribué vendredi qui porte la signature du vice-président des services résidentiels, Nicolas Poitras.

Ça veut dire quoi? Les alertes étatiques ne sont pas visibles pour les téléspectateurs qui visionnent «tout ce qui n'est pas en direct», vulgarise la gestionnaire principale des relations avec les médias, Marie-Ève Francoeur. Beaucoup enregistrent leurs émissions préférées pour les écouter quand bon leur semble. Beaucoup achètent des films et des émissions à la pièce. Eux, si une catastrophe est imminente, ils ne le sauront pas.

Les entreprises fautives ont exigé une extension allant jusqu'à un an au CRTC pour corriger le tir. Bell pense pouvoir se conformer avant. «Nous avons demandé un délai additionnel de six mois, ce que le CRTC a approuvé», indique Mme Francoeur. «Nous sommes présentement à jour dans l'échéancier pour déployer le système dans le délai convenu.»

La semaine dernière, le Québec a connu sa première véritable alerte, dans les régions de la capitale et de la Montérégie. La Sécurité publique et Environnement Canada ont diffusé à quelques reprises une alerte de tornade. Avertissement retransmis par les radios et les stations de télévision, comme prescrit.

 Des radios affirmaient alors que des auditeurs s'étaient plaints de l'intensité du message. Ils le jugeaient assourdissant et parfois incompréhensible.

Environnement Canada ainsi que les services d'urgence des 13 provinces et territoires participent au système d'alerte. On escompte étendre le réseau aux cellulaires, médias sociaux «et autres services Internet ou de contenu multimédia», indique-t-on dans le site Web de Sécurité publique Canada.

Au Québec, la Sécurité publique est responsable de Québec en alerte.

Pour des détails : alerte.securitepublique.gouv.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer