Application CycleMap: des dragons flairent la bonne affaire

Olivier Carbonneau et David Boudreault obtiendront 150 000... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Olivier Carbonneau et David Boudreault obtiendront 150 000 $ des dragons Serge Beauchemin et Mitch Garber en échange de 40 % des parts de la compagnie Ratomic Lab, qui a conçu l'application CycleMap.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des entrepreneurs subissent des rebuffades. D'autres en sortent le portefeuille plus garni au bras de partenaires d'affaires en or.

À l'émission Dans l'oeil du dragon, David Boudreault... (Photo Yanick MacDonald, tirée de la page Facebook de l'émission) - image 1.0

Agrandir

À l'émission Dans l'oeil du dragon, David Boudreault et Olivier Carbonneau ont fait valoir aux cinq entrepreneurs à succès que leur trouvaille technologique a déjà été téléchargée par 60 000 personnes dans 75 pays différents. 

Photo Yanick MacDonald, tirée de la page Facebook de l'émission

La caverne des dragons a été hospitalière pour deux jeunes entrepreneurs de Québec, Olivier Carbonneau et David Boudreault, les fondateurs de Ratomic Lab, une jeune pousse à fort potentiel qui a mis au monde CycleMap. Cette application mobile permet aux cyclistes de trouver leur chemin presque partout sur la planète.

À l'émission Dans l'oeil du dragon, Olivier Carbonneau et David Boudreault ont fait valoir aux cinq entrepreneurs à succès que leur trouvaille technologique qui a déjà été téléchargée par 60 000 personnes dans 75 pays différents - «nous en aurons 100 000 à la fin de l'été», promettent-ils au Soleil - valait bien de leur part un investissement de 150 000 $ en contrepartie d'une participation de 15 % dans l'actionnariat de Ratomic Lab.

Deux dragons - Serge Beauchemin et Mitch Garber - ont flairé la bonne affaire. Le hasard a voulu que Serge Beauchemin soit déjà un utilisateur de CycleMap. Oui aux 150 000 $, ont dit les rusés dragons, mais nous tenons à acquérir 40 % des parts de la compagnie.

Et pourquoi pas, ont répondu les deux jeunes entrepreneurs.

«Évidemment, nous aurions pu être plus gourmands et tenir mordicus à conserver 85 % de notre compagnie. Détenir 100 % de la propriété d'une société qui vaut 0 $, ça ne donne absolument rien. Nous avons préféré garder un plus petit pourcentage d'une tarte qui éventuellement sera beaucoup plus grosse», explique David Boudreault.

Si le marché avec Serge Beauchemin et Mitch Garber se concrétise - il reste à ces derniers à mener une vérification diligente pour faire plus ample connaissance avec Ratomic Lab et ses fondateurs -, ça sera carrément un nouveau départ pour l'entreprise en démarrage.

«Au-delà de l'investissement, nous recherchions des partenaires d'affaires. Des entrepreneurs chevronnés qui nous permettraient de passer à la quatrième vitesse de façon beaucoup plus rapide que nous aurions pu le faire. Le sommet que nous espérions atteindre dans cinq ans, nous allons peut-être y mettre les pieds dans six mois», suggère David Boudreault. «Mitch Garber et Serge Beauchemin possèdent des réseaux de contacts incroyables.»

Android et Web

Les dragons n'ont pas été les seuls à succomber au potentiel de l'application mobile disponible CycleMap. 

Une idée qui a vu le jour il y a deux ans à peine, alors qu'Olivier Carbonneau consultait un document PDF décrivant le réseau de pistes cyclables de la région de Québec. Il n'existait alors aucune solution accessible pour les téléphones mobiles. Et pourtant, l'information est disponible. Alors, pourquoi ne pas rassembler toutes les données en lien avec les réseaux de pistes cyclables et créer une application mobile téléchargeable permettant aux cyclistes de trouver les meilleurs itinéraires? Tant qu'à faire, sortons de Québec et proposons le produit au monde entier!

Les deux jeunes entrepreneurs investissent d'abord leurs économies dans CycleMap. Puis, un jour, la Banque Scotia vient leur apporter un coup de pouce en accroissant la marge de crédit de la compagnie. En se mouillant ainsi, la banque fait ouvrir les yeux à une foule de partenaires (CLD, Fonds d'innovation Spin Master, Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie, Conseil national de recherche du Canada) qui ont permis à CycleMap d'être présent dans 75 pays et d'offrir 1,5 million de kilomètres de pistes cyclables aux adeptes de ce sport, soit 40 fois le tour de la terre.

Pour l'instant, l'application est offerte sur l'AppleStore. Le coup de pouce des dragons permettra d'accélérer le développement des versions Android et Web. «Nous aurons alors accès à un bassin de 120 millions de cyclistes à travers le monde», précise David Boudreault qui se dit confiant que son entreprise sera rentable et profitable dès l'an prochain.

Il ne coûte pas un sou pour télécharger CycleMap. Toutefois, pour accéder à des fonctionnalités additionnelles, l'utilisateur devra débourser entre 15 $ (six mois) et 20 $ (un an). Il a alors accès à de l'information sur la longueur, la surface et l'élévation des pistes, sur la disponibilité des bicyclettes publiques dans 230 villes et sur différents points d'intérêt en route (toilettes, boutiques de vélo, panoramas).

En plus de développer les versions Android et Web, la jeune pousse entend mettre les bouchées doubles pour capter l'attention des cyclistes du monde, notamment par une stratégie de visibilité sur les médias sociaux et auprès des blogueurs.

Éventuellement, la recette CycleMap pourrait être servie à d'autres sauces dans le monde de la pratique d'activités sportives comme la marche en montagne, le ski de fond, la raquette ou le VTT.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer