• Le Soleil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • > «L'autoroute de fibre optique» n'est plus une priorité pour Labeaume 

«L'autoroute de fibre optique» n'est plus une priorité pour Labeaume

Pendant la campagne électorale provinciale, en mars, M.... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pendant la campagne électorale provinciale, en mars, M. Labeaume avait étonné en plaçant sur sa «liste d'épicerie» de demandes aux partis politique ce projet d'«autoroute» de fibre optique qui partirait de Québec pour aboutir au Vermont.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même si l'idée d'une «autoroute de fibre optique» était sur sa liste de demandes lors de la dernière campagne électorale provinciale, le maire Régis Labeaume estime que ce projet n'est plus une priorité pour les entreprises de la région.

«On travaille encore sur le dossier, mais c'est moins chaud que ça l'a déjà été», a-t-il dit.

Selon le maire de Québec, le besoin pour une telle infrastructure techno est «beaucoup moins évident» depuis un an. «Ça ne vaudrait pas la peine actuellement. Il y a déjà des entrepreneurs de Québec qui font du stockage. On ira pas leur faire concurrence en établissant un autre réseau de fibre noire», a-t-il dit à propos de «bunkers de donnés» dont 4Degrés, ouvert en juin.

«On va les laisser passer avant nous parce qu'ils sont déjà équipés. Quand le besoin reviendra, mais on va exécuter notre projet il n'y a pas de doute», a dit M. Labeaume questionné en marge du lancement à Québec de la campagne Prospérité Québec du Conseil du patronat.

Pendant la campagne électorale provinciale, en mars, M. Labeaume avait étonné en plaçant sur sa «liste d'épicerie» de demandes aux partis politique ce projet d'«autoroute» de fibre optique qui partirait de Québec pour aboutir au Vermont.

Il avait alors justifié sa proposition par le fait que des entreprises de la capitale avaient besoin d'une telle infrastructure pour transmettre des données rapidement et de façon sécuritaire de l'autre côté de la frontière. Il évaluait le coût estimé de ce réseau à 20 millions $. Le chef libéral, qui est par la suite devenu premier ministre, Philippe Couillard, avait bien accueilli cette idée.

Le ministre responsable de la région, Sam Hamad, qui participait aussi au lancement de Prospérité Québec mardi juge que même si le projet est moins prioritaire, les réseaux de fibres optiques représentent toujours l'avenir. «Je pense que l'idée est encore une idée d'avenir. Si on veut attirer des entreprises, il y a des infrastructures routières, l'aéroport, tout ça. Mais avec l'avenir ça prend aussi la fibre optique.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer