Sarbakan porte Candy Crush dans les arcades

François Lachance, copropriétaire et chef de la direction... (Le Soleil, Yves Therrien)

Agrandir

François Lachance, copropriétaire et chef de la direction d'Adrénaline Amusements, et Guy Boucher, fondateur et directeur du studio Sarbakan, sont fiers de la réalisation du projet Candy Crush pour les arcades.

Le Soleil, Yves Therrien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le studio Sarbakan a le vent dans les voiles avec la réalisation d'un gros contrat pour porter sur les bornes d'arcade le populaire jeu Candy Crush Saga du développeur et éditeur King. La maison mère Adrénaline Amusements, propriétaire du studio de Québec, distribuera quelques milliers de bornes d'arcade à travers le monde dans les prochaines années, sauf au Québec.

La borne d'arcade Candy Crush produite par Adrénaline... (Photo fournie par Adrénaline Amusements) - image 1.0

Agrandir

La borne d'arcade Candy Crush produite par Adrénaline Amusements. 

Photo fournie par Adrénaline Amusements

«King est dans le monde du jeu depuis des années et l'entreprise a développé de bonnes manières pour captiver les joueurs», souligne François Lachance, copropriétaire et chef de la direction d'Adrénaline Amusements, très fier de l'entente avec l'éditeur King pour diffuser Candy Crush sur une nouvelle plateforme.

«À partir du jeu, nous avons adapté le mode de jeu pour les arcades et le système des tickets accumulables pour gagner des prix, précise pour sa part Guy Boucher, fondateur et directeur du studio. C'est le même jeu avec la même apparence avec lequel les joueurs pourront s'amuser sur un écran tactile. Nous continuons à développer des jeux mobiles, mais la portion des jeux d'arcade compte maintenant pour 30 % de notre production.»

Roue chanceuse

Dans la production de sa borne, Adrénaline a même ajouté la roue chanceuse de Candy Crush sur la borne et que le joueur peut actionner pour gagner plus de tickets.

Le lancement des bornes a eu lieu récemment à Orlando, en Floride. Le lancement en Europe s'est fait la semaine dernière à Londres alors que la mise en vente des bornes se fera à la mi-février au Japon. En Europe et au Japon, Adrénaline Amusements s'est associée avec le géant japonais Bandai Namco pour la distribution de ses bornes.

En plus de ce contrat pour King, Sarbakan a obtenu d'excellentes ventes avec son jeu mobile Olaf's Adventures tiré du film La reine des neiges de Disney. «Notre entente pour ce jeu avec Disney porte fruit, car nous avons d'autres titres en production pour Disney en plus des mises à jour que nous lancerons sous peu pour Olaf's Adventures», continue M. Boucher.

Les ententes avec King et Disney amènent non seulement de l'eau au moulin pour Adrénaline et Sarbakan, mais le studio de jeux de Québec est en bonne position maintenant dans le jeu mobile. D'ailleurs, Sarbakan embauche pour continuer le développement de produits soit par des ententes avec des éditeurs, soit pour ses propriétés intellectuelles propres dans le secteur du jeu mobile ou les arcades.

Des ventes partout dans le monde, sauf au Québec

Adrénaline Amusements et d'autres gros joueurs des États-Unis dans le monde des bornes d'arcade aimeraient bien faire une percée au Québec. Toutefois, les règles de la Régie des loteries et des courses freinent les ardeurs des développeurs.

«Chaque fois que je rencontre des gens de l'industrie des arcades, ils se demandent ce qui se passe au Québec, explique François Lachance, copropriétaire et chef de la direction d'Adrénaline Amusements. Ils ne comprennent pas ces règles du jeu qui les empêchent de se déployer partout au Canada.»

La Régie des loteries et des courses associerait l'accumulation des tickets de jeu à une forme de loterie comme avec les appareils de loterie vidéo. «Ce n'est pas le cas, affirme M. Lachance. Dans certains États des États-Unis et dans certains pays, il y a des limites à l'accumulation des tickets pour obtenir de plus gros prix. Mais au Québec, le cumul des tickets est interdit pour des raisons que nous ne comprenons toujours pas.»

Ainsi, Adrénaline Amusements vend ses bornes d'arcade partout dans le monde, sauf dans la province où elle les produit avec des jeux originaux du studio québécois Sarbakan et des ententes d'adaptation avec de grands éditeurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer