• Le Soleil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • > Labeaume veut aider les technos de Québec avec un fonds de 20 milions $   

Labeaume veut aider les technos de Québec avec un fonds de 20 milions $  

L'entreprise américaine LinkedIn avait réservé des stationnements mercredi... (Collaboration spéciale Stéphanie Martin)

Agrandir

L'entreprise américaine LinkedIn avait réservé des stationnements mercredi à Régis Labeaume et aux membres de la Ville de Québec.

Collaboration spéciale Stéphanie Martin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Palo Alto, Californie) Le maire Régis Labeaume parle en ce moment avec des gens influents pour créer un nouveau fonds de capital de risque de 20 millions $ afin d'offrir un tremplin supplémentaire pour les entreprises qui émergeront du nouvel incubateur technologique de Québec.

Après une journée de visites dans des entreprises technologiques de la Silicon Valley - à LinkedIn, Xerox et Garage Technologies -, Régis Labeaume a dévoilé mercredi ses intentions pour aider davantage les entreprises techno de Québec à atteindre les sommets.

La mort de la Société Innovatech Québec et Chaudière-Appalaches a laissé un vide énorme dans le paysage de Québec, constate le maire. «Depuis ce temps-là, il ne s'en fait plus de capital de risque à Québec. Alors ce qu'on tente de faire, c'est de restructurer plus que le fonds, mais ce qu'on appelle la chaîne de valeur.»

Et en cela, l'accélérateur et incubateur technologique de Québec est une partie de la solution. Le maire n'est d'ailleurs pas peu fier d'avoir décroché le seul du genre au Québec. Le gouvernement fédéral a en effet annoncé en septembre l'injection de 3,3 millions $ en cinq ans pour fournir aux sociétés les plus prometteuses des locaux, des ressources et de l'expertise nécessaires pour élaborer un plan d'affaires, obtenir du financement ou trouver de nouveaux marchés internationaux pour commercialiser leurs produits et services.

«Il faut qu'on crée un fonds à Québec, et peut-être pour le Québec, on va voir. On parle à des gens, des institutions québécoises, des gens qui ont fait de l'argent à Québec et on va créer un premier fonds à Québec qui va être un fonds de démarrage.» L'argent proviendra du public et du privé et le nouveau lieu où tout cela prendra forme sera situé dans Saint-Roch - M. Labeaume n'a pas voulu dire où. Mais les discussions en sont pratiquement au point final, a-t-on appris.

Visite de la firme Mohr Davidow Ventures 

Mercredi, la délégation de Québec formée de dirigeants d'entreprises techno et de représentants de la Ville et de Québec International a rendu visite à une firme d'investissement en capital de risque, Mohr Davidow Ventures. La firme investit dans les entreprises de technologies qui visent haut. Elle ne s'engage que dans des boîtes qui peuvent aspirer à un chiffre d'affaires d'au moins un milliard de dollars. 

La partenaire principale de Mohr Davidow, Katherine Barr, a l'embarras du choix pour distribuer les quelque 670 millions $ que sa firme investit par année : elle reçoit chaque semaine un millier de candidatures potentielles. «C'est incroyable combien les entreprises sont en recherche de financement», a-t-elle lancé aux entrepreneurs ébahis.

Mais, a expliqué Mme Barr, sa firme se fie à son propre flair pour dénicher les placements qui vont rapporter, mais aussi beaucoup sur des investisseurs qui ont fait leurs preuves et qui connaissent bien les entreprises naissantes. «Ça nous prend des intermédiaires. Et il y a des gars à Québec qui ont tellement réussi que s'ils appellent un fonds, ils vont rencontrer la compagnie qu'ils leur réfèrent.»

Le pdg de Québec International, Carl Viel, ne peut qu'applaudir cette initiative, à laquelle il contribue d'ailleurs. «Il faut avoir les outils au départ pour être capable de bien aider nos entreprises [...] à accélérer leur croissance et de grandir plus rapidement.»

***

Nouveau programme de soutien

Québec International a lancé mercredi à Palo Alto en Californie son programme CONEQT qui vise à accompagner de façon active les entreprises technologiques de Québec qui veulent s'établir ou faire des affaires dans le Golden State. Le programme servira aussi à pérenniser le corridor d'affaires entre la région de la capitale et la Silicon Valley.

Le programme offre un service de veille, de développement et d'accompagnement commercial qui peut aller jusqu'à six mois. Il offre les services d'un professionnel sur place, en Californie, et qui aide les entreprises dans leurs démarches. Trois boîtes de Québec en bénéficient pendant la mission actuelle : Ex Machina, Saga et Nemesis.

***

Spécial LinkedIn

LU

«Reserved Parking for Ville de Québec». Chez LinkedIn, je vous le confirme, on sait recevoir. Au siège social de Mountain View du leader du réseau social professionnel, des panneaux réservaient une place de choix à la délégation de Québec devant la porte principale. Avec le petit déjeuner et le café frais, les mini-cupcakes aux couleurs du Québec ont fait fureur auprès des visiteurs de la capitale. Chacun d'entre eux a aussi reçu une carte du monde personnalisée sur laquelle chacun des contacts de son réseau LinkedIn était représenté par un point. Pas de doute, certains d'entre eux savent entretenir un réseau d'affaire prolifique.

VU

Des vélos libre-service. Il y en avait des blancs et des multicolores. C'est que le prêt de vélo est très populaire dans les entreprises techno de la Silicon Valley. Ainsi, les employés de Google viennent parfois faire un tour à la cafétéria de LinkedIn. Ce sont eux qui conduisent les bécanes vert, jaune, rouge et bleu. Et à la cafétéria, pas de souci, tout est gratuit. Avec 85 % de produits locaux. Autres petits bonis sympas chez LinkedIn : des tables de babyfoot, des jeux d'arcade, un local de soutien technique où on chill sur des fauteuils design... La belle vie.

ENTENDU

«Nous accueillons deux nouveaux membres à la seconde.» Dans le hall d'entrée de la multinationale, un large écran de télé affiche une carte du monde parsemée de petits points scintillants. Plus bas, des noms défilent. La responsable des relations avec la communauté, Katie Ferrick, nous informe que ce sont les gens qui joignent le réseau social. En temps réel. Il y a de quoi étourdir!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer