• Le Soleil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • Assassin's Creed IV Black Flag: 7 semaines de travail pour 90 secondes de vidéo 

Assassin's Creed IV Black Flag: 7 semaines de travail pour 90 secondes de vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) De nombreux cerveaux et des créateurs de talent de Québec ont travaillé sur le prochain Assassin's Creed IV Black Flag attendu par des millions de joueurs dans le monde, le 29 octobre.

Patrick Beaulieu et Denis Doré, cofondateurs du studio... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Patrick Beaulieu et Denis Doré, cofondateurs du studio Squeeze, explique que chaque image en 3D a demandé 10 heures de travail pour être intégrée à la bande-annonce. L'image dans l'écran du centre est une production en 3D

Le Soleil, Pascal Ratthé

Ce jeu, piloté par le studio de Montréal, est l'oeuvre de sept studios d'Ubisoft à travers le monde impliquant plusieurs centaines de personnes, dont le studio de Québec.

Plus encore, une centaine d'employés du studio de Québec mettent la main aux derniers éléments d'une expansion de l'aventure qui mettra en vedette un personnage de l'histoire principale.

Ainsi, dans Freedom Cry, le personnage principal Adewale, qui apparaît dans Black Flag comme quartier-maître d'Edward Kenway, devient un Assassin expérimenté qui aura un monde créé juste pour lui dans lequel il devra se défendre contre de nouveaux ennemis pour réaliser sa quête.

Or, au moment où les vidéos sur Black Flag dévoilent des pans de la trame principale, ce sont quatre studios de Québec qui ont uni leurs forces pour produire la bande-annonce de l'aventure Freedom Cry.

La vidéo lancée hier dure 90 secondes, mais il a fallu sept semaines de travail pour quatre studios de Québec pour réaliser un produit qui mélange les personnages réels et l'animation en 3D dans un mode hyperréaliste sans utiliser la capture de mouvement.

La vidéo dévoile le passé d'esclave d'Adewale en alternant entre passé et présent pour mettre en évidence les différents traumatismes vécus dans sa jeunesse qui ont forgé l'homme et l'Assassin expérimenté qu'il devient.

«Tout a été fait à la main pour le 3D», raconte Patrick Beaulieu, cofondateur du studio d'animation Squeeze. «Chaque image du personnage, des prises de vue en gros plan et de la séquence finale, tout a été travaillé manuellement.» 

Chaque image en 3D a demandé 10 heures de travail à l'ordinateur pour effectuer le rendu. À 24 images par seconde pour 45 secondes d'animation 3D, il aura fallu 10 800 heures de travail. «Notre ferme d'ordinateurs et de serveurs fonctionnait jour et nuit au maximum», confirme Patrick Beaulieu.

Avec leur projet Sunny Side Up Créatif, Squeeze, Saga et Studio Element ont même déclassé trois autres groupes lors de la présentation du concept de bande-annonce.

«Ubisoft voulait quelque chose en 3D uniquement, explique Thomas Giroux de Sunny Side Up Créatif, mais avec un sujet aussi sensible que l'esclavage, il fallait montrer le côté émotif et humain de cette histoire avec de vrais personnages.»

Saga a tourné les séquences de l'enlèvement du jeune esclave noir pendant deux jours en juillet à l'île d'Orléans. 

Incluant les comédiens, près de 80 personnes ont participé à cette aventure dont les coûts totaux de production peuvent être évalués entre 300 000 $ et 400 000 $ alors qu'il n'est pas rare que des bandes-annonces frôlent le million de dollars en coût de production.

«Ça montre que nous avons à Québec tout ce qu'il faut en termes de talent et de capacité de création», continue Denis Doré, cofondateur de Squeeze. «C'est une corde de plus à notre arc et une opportunité de montrer les capacités des studios qui oeuvrent ensemble sur un projet aussi complexe en aussi peu de temps.»

Sept semaines pour produire 90 secondes, ça semble énorme, mais dans les faits, c'est bien peu de temps pour tout faire, soutiennent ceux qui ont mis au monde cette production entièrement conçue et réalisée à Québec.

L'aventure Freedom Cry est aussi entièrement développée à Québec dans le studio d'Ubisoft où une centaine de personnes prennent part au développement.

57 millions d'exemplaires vendus

Depuis 2007, la franchise Assassin's Creed a vendu plus de 57 millions d'exemplaires à travers le monde avec les six premiers titres. On pourrait estimer les revenus bruts de la franchise à près de 1,7 milliard de dollars même si Ubisoft ne veut pas donner de chiffres de recettes pour chacun des titres. 

Selon certaines sources, chacun des titres aurait coûté entre 35 et 60 millions $ en développement, production et marketing, de sorte que les revenus nets frôleraient le 1,3 milliard de dollars. Ce qui fait de la franchise une des plus profitables de l'empire Ubisoft avec les Tom Clancy, Far Cry et quelques autres productions du type triple A.

Dans le monde du divertissement, le jeu vidéo est plus profitable que le cinéma et ses films à grand déploiement compte tenu des investissements de départ, des recettes et des revenus nets.

Dans la région de Québec, l'industrie du jeu fait travailler plus de 1000 personnes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer