Le numérique au féminin

Directrice générale de SAGA World depuis mars, Valérie... (Collaboration spéciale Valérie Gaudreau)

Agrandir

Directrice générale de SAGA World depuis mars, Valérie Hénaire est la seule femme sur les 14 représentants des 11 entreprises qui participent à la mission de Québec International et du maire Régis Labeaume en Californie qui se termine vendredi.

Collaboration spéciale Valérie Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Palo Alto, Californie) Les filles dans la techno sont encore des oiseaux rares. Pendant que dans la Silicon Valley des initiatives existent pour stimuler l'entrepreneuriat numérique au féminin, tous ne sont pas convaincus qu'une forme de «discrimination positive» est la solution.

«Notre place, c'est à nous de la prendre», lance Valérie Hénaire. Directrice générale de SAGA World depuis mars, elle est la seule femme sur les 14 représentants des 11 entreprises qui participent à la mission de Québec International et du maire Régis Labeaume en Californie qui se termine vendredi.

«Gameuse» qui «a grandi dans les arcades», Valérie Hénaire a passé plusieurs années chez Ubisoft.

Si elle admet avoir subi quelques railleries - et quelques avances - dans un tel milieu de gars en début de carrière, le temps et l'expérience lui ont fait gagner en respect dans l'industrie.

«C'est l'expérience qui doit compter. Gars ou fille, on devrait s'en sacrer!» lance-t-elle.

Préjugés tenaces

Reste que les préjugés sont tenaces. Et la perspective d'être minoritaire peut encore en décourager quelques-unes, reconnaît Mme Hénaire. Surtout celles qui ont peut-être moins confiance. «Dans ma famille, je suis la troisième génération de féministe», explique celle qui s'est toujours fait dire qu'aucun métier ne lui était fermé.

Il y a deux décennies, elle a pris sa place dans le jeu vidéo, le gaming, secteur le plus masculin de tous.

Dans ce milieu, dit-elle, 5 à 7 % seulement des employés sont des femmes. «Et elles sont souvent en art, en gestion, aux ressources humaines», relate Mme Hénaire. En programmation pure? «J'en ai peut-être rencontré trois en 20 ans.»

Mais la rareté des filles en techno, c'est aussi, souvent, une question d'intérêt. «On retrouve plus de femmes dans des jeux plus éducatifs, ou au contenu plus sociétal», explique Mme Hénaire qui a touché à tout, «de Dora l'exploratrice à Assassin's Creed».

Si le jeu vidéo «pur» reste plus fermé aux filles, les choses tendent toutefois à changer avec le développement d'Internet, estime pour sa part Jonathan Parent, fondateur de la jeune firme Numadn. «Le Web fait exploser les spécialités. Il y a des nouveaux métiers comme la gestion des médias sociaux ou l'ergonomie des sites Web», énumère-t-il. Une réalité qui tend à attirer davantage les femmes. Les modèles aussi, plus présents, note M. Parent qui rappelle l'arrivée de Marissa Mayer comme pdg de Yahoo l'an dernier.

Incitatif dans la Valley

Si Marissa Mayer est une figure en vue de la Silicon Valley, force est d'admettre que les femmes à la tête des entreprises californiennes sont rares. «C'est encore un boys club», note George Kellerman, codirecteur de 500 startups qui aide au démarrage de firmes. Son accélérateur d'entreprises porte d'ailleurs une attention particulière pour encourager des projets initiés par des femmes.

Le Consulat général du Canada à San Francisco organise aussi le TechWomen Canada Program, une semaine de rencontres et de mentorat à laquelle ont participé 21 Canadiennes en mai.

L'idée est bonne, estime Carl Viel, président-directeur général de Québec International, l'organisme de développement économique qui a piloté la mission en Californie. «C'est quelque chose à considérer. Les femmes en affaires apportent une façon différente de voir les choses», dit-il.

Directeur général de Libéo, Joé Bussière, qui compte environ 20 % de filles chez ses 70 employés, n'a rien contre une telle formule. Mais l'implication des femmes doit être authentique. «Ça ne sert à rien de forcer les choses. Il faut que ce soit une passion.»

Des initiatives comme la semaine TechWomen, bien peu pour Valérie Hénaire. «Je ne sais pas si je crois à ça», dit celle qui n'a visiblement aucune envie d'être catégorisée. «J'aime croire que je suis là parce que je fais une bonne job. Pas parce que je suis une fille.»

******************************

>> LU

Dans l'horaire initial du maire, une rencontre avec deux médias locaux prévue jeudi matin. Il était, dit-on, notamment question du San Francisco Chronicle. Finalement, pas de rencontre jeudi matin, d'autres activités dans la vallée que le passage du maire de Québec ayant retenu l'attention des médias. Il était toutefois question que le quotidien Daily Post de Palo Alto couvre une rencontre qui avait lieu jeudi soir avec un groupe de Canadiens qui habitent dans la vallée.

>> VU

La vue spectaculaire sur les montagnes de la vallée de San Francisco des bureaux de l'accélérateur d'entreprises 500 startups à Mountain View. D'un seul coup d'oeil, le directeur George Kellerman a pointé au loin où se trouvent les bureaux de Google, d'Apple, de Yahoo!, d'eBay et de Netflix. Y'a pas à dire, on est bien dans la Silicon Valley.

>> ENTENDU

Régis Labeaume confiant à la sortie de sa visite de Google, où des gens Québec ont rencontré des représentants du fonds de capital de risque du géant technologique. «Ils ont investi 300 millions $ dans les 12 derniers mois, dans 200 compagnies. Ça veut dire que les entreprises de Québec ont rencontré des gens qui investissent dans des petites entreprises en développement. Ça veut dire qu'ils ont les noms des deux dirigeants de ce fonds-là et ils peuvent à partir de maintenant communiquer avec eux et leur soumettre leurs idées et leurs technologies», a dit M. Labeaume. «Notre travail est d'ouvrir un corridor. On vient d'en ouvrir un tabarouette de gros», a assuré le maire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer