Le courant passe chez Eddyfi

Florian Hardy, chef de la direction technologique, et... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Florian Hardy, chef de la direction technologique, et Martin Thériault, pdg de la compagnie Eddyfi, visent la commercialisation de nouveaux produits et de nouvelles solutions technologiques pendant les prochaines années.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Yves Therrien
Le Soleil

(Québec) Spécialisée dans la production de matériel d'inspection non destructif, Eddyfi prend de plus en plus de place sur le marché international avec ses produits servant à tester du matériel critique dans les opérations de centrales nucléaires, de raffineries et d'autres industries qui ne peuvent se permettre des arrêts de production non planifiés pour une pièce qui brise.

Fondée en 2009 par Martin Thériault, l'entreprise compte sur 45 experts dont plusieurs ont pris leur expérience dans le domaine à Zetec, R/D Tech, et Tecrad. Plus encore, Eddyfi vient d'ouvrir un bureau à Lyon pour traiter les contrats en Europe et au Moyen-Orient. Et l'entreprise vient tout juste d'obtenir le trophée Vision de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec dans la catégorie Entreprise visionnaire en émergence.

«Nous devons demeurer proches de nos clients, souligne Martin Thériault, car nous pouvons créer des solutions personnalisées qui répondent parfaitement à leurs besoins. Nous devons être inventifs et performants pour nous démarquer avec des solutions adaptées.»

Dans une centrale nucléaire, par exemple, pour la turbine qui vaut 100 millions $ ou le réacteur qui coûte 5 milliards $, la direction ne peut pas se permettre d'avoir de failles sur des composantes critiques, et l'inspection pendant un arrêt préventif ne doit pas être destructive.

C'est pourquoi Eddyfi a mis au point des sondes utilisant le courant de Foucault pour déceler des fissures mesurant 0,1 millimètre.

Le système, qui comprend la sonde couplée à un appareil appelé Ectane (www.eddyfi.com/fr/instruments/video-ectane), produit le champ magnétique pour produire le courant de Foucault. Le tout est relié à un ordinateur qui analyse les différences de variation du courant pour déceler les problèmes.

Le logiciel d'acquisition et d'analyse mis au point par Eddyfi, le Magnifi, peut servir autant aux inspections de surface qu'à celles à l'intérieur des tuyaux. Ce sont les sondes qui diffèrent. Selon Florian Hardy, chef de la direction technologique, le logiciel peut être paramétré en fonction des inspections et des besoins des clients. Tout comme les sondes peuvent être usinées pour des besoins spécifiques.

Lors de la visite du Soleil dans les nouveaux bureaux de l'entreprise dans le Parc technologique de Québec, des employés procédaient à la création et à des ajustements de sondes pour un réacteur nucléaire.

Standards élevés

C'est d'ailleurs cette expertise pointue dans le monde du nucléaire qui a permis à Eddyfi d'atteindre des standards élevés, car, précise Martin Thériault, c'est un secteur très normé, très exigeant et où les erreurs ne peuvent être tolérées, car elles peuvent être extrêmement coûteuses et surtout, fatales.

«Nous avons mis notre expérience à profit pour migrer vers des marchés moins exigeants techniquement, ajoute-t-il. Et pouvoir proposer des solutions adaptées nous permet de faire la différence auprès des grandes entreprises ou des compagnies spécialisées dans les inspections.»

Il lui est même arrivé de croiser des concurrents en Chine ou à Dubaï, qui ont aussi pignon sur rue dans le Parc technologique de Québec. Il y a sept ou huit entreprises du genre à Québec, et leur marché est à 90 % à l'étranger.

Recherche et développement

Le déménagement dans de nouveaux locaux est un présage de croissance sur les marchés internationaux, puisque l'entreprise a déjà des contrats dans une trentaine de pays. Outre les bureaux et l'équipe basée à Lyon, Eddyfi est en train d'accroître sa présence aux États-Unis avec l'intention d'ouvrir un bureau pour les ventes et l'assistance technique comme en France.

«Notre modèle d'affaires, explique M. Thériault, est de répondre aux besoins des clients en adaptant la technologie et en créant de la valeur dans son entreprise.»

Actuellement, 50 % de l'énergie et des fonds d'Eddyfi sont consacrés à la recherche et développement. Mais l'intention de son pdg demeure de rendre la compagnie plus visible en commercialisant ses nouvelles idées et ses nouveaux produits, en étant supérieurs en qualité aux produits locaux dans les pays qui choisissent sa technologie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer