400 nouveaux emplois à la mine du lac Bloom

Quelque 55 travailleurs sont déjà à pied d'oeuvre... (Fournie par Champion Iron Limited)

Agrandir

Quelque 55 travailleurs sont déjà à pied d'oeuvre à la mine du lac Bloom, mais ce nombre grimpera à 400 avec les travaux prévus cet été.

Fournie par Champion Iron Limited

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Champion Iron Limited garnit ses coffres de 40 millions $ pour poursuivre ses visées de redémarrer la mine du lac Bloom près de Fermont. Le nouveau terrain de jeu de la société grouillera de 400 travailleurs d'ici les prochaines semaines.

Ça bouge chez Champion. La minière a annoncé jeudi qu'elle était parvenue à réunir les sommes nécessaires à la réalisation de travaux de mise à niveau de son site prévus pour la saison estivale. Québec, déjà copropriétaire de la mine, allonge 5,2 millions $ via le fonds Capital Mines Hydrocarbures et Ressources Québec accorde un prêt de 6 millions $. 

«C'est une excellente nouvelle», s'est réjoui le chef des opérations de la société, David Cataford. Champion débourse aussi 8,8 millions $. Mais la moitié du montage financier provient de la japonaise Sojitz Corporation avec qui la société a scellé une entente pour un prêt de 20 millions $. Sojitz achètera aussi 40 % de la production future de la mine. 

«[Sojitz] achètera notre fer pour le revendre à des aciéristes de haute qualité au Japon», a expliqué M. Cataford. L'accord du type off-take prévoit que le géant japonais se portera acquéreur de 3 millions de tonnes de minerai de fer par année dès la reprise de l'exploitation, envisagée pour la première moitié de 2018. 

Avec son nouveau bas de laine de 40 millions $, Minerai de fer Québec, la filiale de Champion créée avec l'achat de la mine en 2016, procèdera à l'amélioration de son parc à résidus et de son circuit de récupération de minerai durant l'été. Les appels d'offres doivent être lancés sous peu. Les activités génèreront 400 emplois. 

«Il fallait avoir les fonds avant juin pour être en mesure de commencer ces travaux-là et profiter de la saison estivale à Fermont», indique le chef des opérations. La minière cherche toujours à amasser une cagnotte de 327 millions $ pour espérer rallumer les machines de la mine. Depuis mars, quelque 80 millions $ «ont été sécurisés». 

«Ça va bien, il y a de l'intérêt pour le projet», assure M. Cataford. Pour l'heure, il n'est pas possible de savoir si Québec investira de nouveau. «Le gouvernement est directement notre partenaire dans ce projet, mais on travaille aussi avec d'autres investisseurs pour attacher le projet», a-t-il poursuivi. 

Champion a profité de la liquidation légale de Cliffs Natural Resources pour mettre la main sur la mine du lac Bloom, quasi flambant neuve, pour 10,5 millions $ en plus d'assumer des obligations environnementales de 41,7 millions $. Québec avait à l'époque déboursé 20 millions $ pour soutenir la relance, devant ainsi propriétaire à 36,8 %. 

Champion est devenu en avril, l'un des premiers partenaires de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire, la société en commandite formée par la Société du Plan Nord avec l'achat par l'État, des actifs stratégiques de Cliffs à Sept-Îles. L'arrêt des activités de la mine du lac Bloom en 2014 a renvoyé à la maison quelque 600 travailleurs. 

***

Près de 20 millions $ dus au Port

Si le Port de Sept-Îles se réjouit de la progression du projet de la société Champion de redémarrer la mine du lac Bloom, il n'hésite pas à lui rappeler qu'elle lui doit toujours 19,6 millions $. 

Champion est l'un des cinq partenaires privés du méga quai multiusager du Port de Sept-Îles, construit au coût de 220 millions $ et financé à moitié par l'industrie minière. Or, Champion ne s'est toujours pas acquitté «de ses obligations d'entrée» qui devaient atteindre 25 millions $, a rappelé jeudi, le président-directeur général, Pierre D. Gagnon. 

«On espère qu'avec ses levées de fonds pour le redémarrage, qu'ils vont pouvoir régler les sommes qui sont dues et pour lesquelles le Port a dû décaisser pour la réalisation des travaux. Ce sont des sommes qui hypothèquent notre marge de manoeuvre pour d'autres projets», a déploré M. Gagnon, en marge de son Assemblée générale annuelle. 

Le Port a d'ailleurs initié en 2016 «une démarche d'arbitrage pour régler le litige». Champion a effectué un seul versement de 6 millions $ pour la construction du quai, livré en 2015. «On souhaite un dénouement fructueux», a assuré M. Gagnon. Champion dit aussi espérer «en arriver à une solution», mais refuse de commenter davantage. 

Le Port de Sept-Îles traverse des années difficiles avec le ralentissement du marché du fer et l'arrêt des activités de Cliffs Natural Resources en 2014. À lui seul, le géant minier occupait 40 % du chiffre d'affaires du Port avec un volume annuel autour de 9 millions de tonnes. En 2015 et 2016, le Port a dû piger dans ses surplus pour couvrir ses frais.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer