Menace de grève imminente chez ArcelorMittal

Les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier... (fournie par ArcelorMittal)

Agrandir

Les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier

fournie par ArcelorMittal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) En rejetant les offres «finales» de l'entreprise à hauteur de 99 %, les 2000 travailleurs d'ArcelorMittal sur la Côte-Nord ont lancé un signal on ne peut plus clair à l'employeur. Ils déclencheront la grève à partir de lundi midi s'il n'y a pas d'entente de principe d'ici là.

La compagnie, dans les minutes qui ont suivi le dévoilement du résultat vendredi, a pris rapidement acte et a convoqué le syndicat à la table de négociation le soir même. Dans la région, la multinationale possède des installations à Fermont et Port-Cartier.

«C'est clair que nos membres ont considéré que ces offres étaient nettement insuffisantes», a souligné Nicolas Lapierre, coordonnateur du syndicat des Métallos sur la Côte-Nord, qui souligne que deux des quatre sections locales appelées à voter ont rejeté les offres à 100 %.

Selon le représentant syndical, la proposition de la compagnie d'instaurer un régime de retraites à cotisations déterminées pour les futurs travailleurs, au lieu de l'actuel régime à prestations déterminées, est l'enjeu majeur. M. Lapierre a rappelé que les plus vieux travailleurs se sont battus pour ce régime de retraite «et il n'est pas question de le laisser aller».

Les syndiqués désirent aussi que les salaires et les conditions des travailleurs de la mine de Fire Lake soient les mêmes que leurs collègues de la mine du mont Wright, «qui font exactement le même travail de mine», de faire valoir Nicolas Lapierre, qui soutient que la différence peut aller jusqu'à sept dollars l'heure.

Un peu d'espoir...

Parmi les demandes du syndicat, on retrouve le retour dans le giron syndical de l'entretien du mur-écran de Fermont, bâtiment d'un kilomètre de long qui regroupe à peu près tout ce que la municipalité compte de services. Cet entretien est présentement fait par des sous-traitants, d'ajouter M. Lapierre.

Malgré ce score sans équivoque en faveur d'une grève, le coordonnateur des Métallos assure que les travailleurs «cherchent une solution négociée». Il fondait donc un peu d'espoir sur la rencontre prévue vendredi soir. La précédente convention entre ArcelorMittal et ses 2000 syndiqués est échu depuis février dernier.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer