Mine Arnaud économise 82 millions $ grâce au Plan Nord

L'achat par Québec des actifs miniers de la... (Fournie par le Port de Sept-Îles)

Agrandir

L'achat par Québec des actifs miniers de la Pointe-Noire à Sept-Îles permettra à Mine Arnaud d'économiser 82 millions $ sur son projet initial, estimé à 850 millions $.

Fournie par le Port de Sept-Îles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Mine Arnaud pourrait soustraire 82 millions $ de sa facture initiale de 850 millions $ pour implanter une mine d'apatite à Sept-Îles. Des économies rendues possibles grâce à l'achat par Québec des actifs miniers de Cliffs Natural Resources à Pointe-Noire.

La minière, dont le principal actionnaire est Investissement Québec, a dévoilé vendredi les résultats de l'étude commandée à la fin juin pour cibler ce qu'elle pourrait tirer de la nouvelle acquisition de l'État. Les installations stratégiques, propriété à l'époque de Cliffs, ont été achetées pour 66,75 millions dans la liquidation légale du géant américain. 

«C'est substantiel, c'est une économie importante», a affirmé la porte-parole de Mine Arnaud, Kateri C. Jourdain. La société envisage essentiellement d'emprunter les biens maintenant publics plutôt que de construire les siens. La minière rayerait ainsi de sa liste les dépenses les plus importantes, la construction d'un quai et des silos d'entreposage. 

Mine Arnaud expédierait sa production projetée, estimée à 1,3  million de tonnes d'apatite du quai 31, toujours propriété du port de Sept-Îles, mais où les chargeurs à navire et les équipements d'expédition appartiennent désormais à la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN), la société en commandite créée à la suite de la transaction. 

Les six silos situés sur les terrains de Pointe-Noire seraient aussi mis à la disposition de Mine Arnaud pour entreposer sa production. La minière devrait aussi ajouter certaines infrastructures dont une nouvelle station de chargement et un convoyeur de 600 mètres, en plus de réviser son système de chargement minier à son site, non loin de Pointe-Noire. 

Mine Arnaud n'a pas encore conclu d'entente avec la SFPPN pour utiliser les équipements, mais les travaux de l'étude ont été faits avec la «contribution» de la société, précise Mme Jourdain. «[L'étude] est une première étape», indique-t-elle. «Il a fallu s'entendre avec eux sur ce qui pourrait être mis à notre disposition.»

Un troisième partenaire  recherché

Ces économies possibles de 82 millions $ faciliteront, selon Mine Arnaud, sa grande séduction pour attirer des partenaires pour démarrer son projet de mine à ciel ouvert. «On sent chez eux un intérêt parce qu'on sait que le projet va avoir un taux de rendement supérieur à ce qu'on pensait», explique Chantal Corbeil, d'Investissement Québec. 

En septembre, on apprenait qu'un an après avoir choisi de se retirer, le seul partenaire de l'État, Yara International ASA, décidait de réinvestir dans le projet. Un retour qui a permis à la société de relancer ses travaux préparatoires, qui débuteront dès novembre. Mine Arnaud mire toujours le début de construction de la mine à l'été 2017. 

«On ne peut pas construire sans avoir un troisième partenaire», a nuancé Mme Corbeil. À l'été, la société prévoit procéder au déboisement de son site et aménager le chemin d'accès. «Un nouveau budget sera voté [...] mais oui, c'est dans nos plans. Avec les discussions qu'on a avec nos partenaires, on pense que oui, ça va déboucher d'ici l'été.»  Mine Arnaud planchera en priorité sur la révision de son étude de faisabilité à la lumière des résultats de l'étude réalisée par Axor Experts-Conseils. La société a déjà en poche les autorisations environnementales de Québec et Ottawa pour aller de l'avant. 

«On a fait le bon choix»

La Société du Plan Nord ne peut faire autrement que de se réjouir des économies que pourrait réaliser Mine Arnaud grâce à son achat. «C'est bon pour eux parce que ça réduit leurs coûts [...] et en même temps, ça nous donne un client», a réagi le président-directeur général, Robert Sauvé. 

«Ça fera en sorte que nos revenus à Pointe-Noire vont augmenter la journée où ils [Mine Arnaud] vont commencer à opérer», a-t-il poursuivi. Québec a mis la main sur les actifs miniers de Cliffs Natural Resources dans une «optique multiusager» pour donner accès aux joueurs potentiels du Plan Nord à un port de mer, à des coûts «moindres». 

Tata Steel Minerals Canada a inauguré les équipements en expédiant un premier bateau de minerai en septembre. La semaine dernière, la minière Alderon a aussi lancé une étude pour réviser les coûts de son projet Kami. Champion, qui a acheté la mine du lac Bloom, pourrait aussi tirer avantage des actifs publics. 

«C'est très satisfaisant et ça démontre qu'on a fait le bon choix», a ajouté M. Sauvé. Pour l'heure, les actifs appartiennent toujours à Investissement Québec, qui a décaissé 66,75 millions $ pour la transaction en mars. Les biens seront transférés à la Société du Plan Nord lorsque les partenaires de la société en commandite seront réunis.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer