La Fondation David Suzuki veut bloquer l'émission d'un permis d'exploration à Old Harry

L'entreprise Corridor Resources souhaite depuis 20 ans forer... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'entreprise Corridor Resources souhaite depuis 20 ans forer un puits au large de l'emplacement Old Harry, dans le golfe Saint-Laurent.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) Karel Mayrand, de la Fondation David Suzuki, demande au ministre canadien des Ressources naturelles, James Gordon Carr, de désapprouver la délivrance d'un nouveau permis d'exploration pour Corridor Resources, une entreprise souhaitant depuis 20 ans forer un puits au large de l'emplacement Old Harry, dans le golfe Saint-Laurent.

M. Mayrand réagit ainsi à la proposition de l'Office Canada-Terre-Neuve-Labrador des hydrocarbures extracôtiers d'accorder un nouveau «permis de prospection» de quatre ans à Corridor Resources, moyennant l'annulation de son permis actuel, dont la validité viendrait à échéance en janvier 2017.

Corridor Resources pourrait donc être sauvée une fois de plus par l'Office Canada-Terre-Neuve-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, qui avait reconduit in extremis son permis en janvier 2016, sans exiger de dépôt d'un million de dollars comme le stipulait la règle.

«On trouve ça très décevant. [L'Office] se trouve à prendre un chemin détourné pour prolonger le permis de Corridor Resources. On résilie [le vieux permis] et on en émet un nouveau. La raison, c'est que Corridor Resources ne pouvait aller plus loin avec son vieux permis, et que les consultations n'ont pas été tenues par l'Office», explique Karel Mayrand.

Corridor Resources détient un permis d'exploration au large de l'emplacement Old Harry depuis 2000, avec interruption entre 2005 et 2008. La firme avait refusé de verser 1 million $ en 2005 pour reconduire ce permis. Elle a obtenu un second permis en 2008, de cinq ans. Les gouvernements de Terre-Neuve-et-Labrador et du Canada l'ont allongé jusqu'à 2016. L'Office Canada-Terre-Neuve-Labrador a fait de même, pour un an, en janvier.

«Corridor Resources pourrait être en mesure de dire que l'Office n'a pas fait son devoir de tenir des audiences pour consulter les autochtones et le public en général», ajoute M. Mayrand, qui croit que ces deux parties dansent «un drôle de tango».

Financement

Selon l'écologiste, «Corridor n'a jamais réussi à aller chercher le financement nécessaire pour forer [...] Pour l'Office, ça aurait été préférable de dire qu'on abandonne.» Il pense que la possibilité de poursuite par Corridor Resources a fait plier l'Office Canada-Terre-Neuve-Labrador.

Karel Mayrand croit que Corridor Resources, une société dite junior, éprouve des problèmes à obtenir le financement parce que les grandes compagnies calculent le risque, et qu'il apparaît élevé à Old Harry.

«Il y a un risque environnemental lors d'un forage en mer; il y a un risque financier, parce qu'il n'y a pas de gisement prouvé à Old Harry et il y a un risque juridique, si les autochtones s'opposent à l'exploration», dit-il.

Karel Mayrand rappelle que la firme BP a payé un fort prix le risque environnemental en 2010 quand une explosion sur la plate-forme de forage Deepwater Horizon a causé une fuite majeure, débouchant sur des dommages de 61,6 milliards $, selon une évaluation faite par la compagnie britannique en juillet.

Le coût d'une campagne d'exploration en mer reste très variable. Il se situe à au moins 150 millions $, selon la Coalition Saint-Laurent, aussi opposée à l'exploration d'Old Harry. Cette somme inclut les 100 millions $ de garantie exigée par le gouvernement fédéral, une somme jugée nettement insuffisante pour couvrir les frais d'une éventuelle fuite.

«Un forage dans le golfe Saint-Laurent peut coûter 1 milliard $. Il faut compter sept ou huit ans avant d'être prêt. Il viendra d'où, ce milliard de dollars?» demande Karel Mayrand, rappelant que dans 20 ou 25 ans, il y aura une grande baisse de la consommation de pétrole.

«Old Harry est devenu une patate chaude dont tout le monde pourrait se délester.» Le ministre Carr «enverrait un bon signal en disant que dorénavant, on va protéger le golfe». Autrement, «on risque le même imbroglio qu'à Anticosti, où l'État finance l'exploration parce que le secteur privé n'y croit pas. Les partis politiques ont gonflé les bénéfices potentiels pour "financer les garderies". C'est de la pensée magique. Anticosti ne sera pas rentable», conclut M. Mayrand.

Le ministère terre-neuvien des Ressources naturelles aura aussi un droit de refus du nouveau permis délivré par l'Office Canada-Terre-Neuve-Labrador des hydrocarbures extracôtiers pour Corridor Resources.

Le côté québécois de l'emplacement Old Harry, situé au large des Îles-de-la-Madeleine, est sous moratoire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer