Ciment McInnis: des profits plus longs à venir, admet Carlos Leitão

La position de M. Leitão, exprimée lors de... (La Presse, Hugo-Sébastien Aubert)

Agrandir

La position de M. Leitão, exprimée lors de son passage à Gaspé, est plus modérée que celle du premier ministre.

La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Il «faudra une période plus longue» pour que l'usine de Ciment McInnis soit rentable, vu le dépassement de coûts de 444 millions $, a admis jeudi le ministre des Finances. Carlos Leitão reste convaincu que la cimenterie sera «rentable à moyen terme, car les perspectives de transport et de vente de ciment sur la côte est américaine sont toujours très positives».

La position de M. Leitão, exprimée lors de son passage à Gaspé, est plus modérée que celle du premier ministre. En fin de semaine, Philippe Couillard a déclaré que le projet se révélait «encore plus intéressant que ce qu'on pensait», après l'évaluation la plus récente suivant le dépassement de coûts.

L'usine en construction à Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, doit produire 2,2 millions de tonnes de béton par année et créer 153 emplois en phase d'exploitation.

Selon M. Leitão, il est faux de dire que les contribuables ont perdu les 100 millions $ mis dans le projet par Investissement Québec, comme l'affirme le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. «Les contribuables perdraient 100 millions si demain matin, on fermait Ciment McInnis. Ce n'est pas une perte, car on va compléter le projet, qui commencera à produire», dit M. Leitão.

Selon M. Legault, Investissement Québec a dû radier une partie de ses actions afin de permettre l'arrivée de Black Rock Alternative Investors, un gestionnaire de fonds américain.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a pris le contrôle de Ciment McInnis la semaine dernière pour «protéger le capital de ses déposants». Sa participation atteint maintenant 55 % et celle du groupe Beaudier, jusque-là actionnaire de contrôle, est réduite à 45 %.

Pour couvrir le dépassement, la Caisse ajoute 125 millions $ en capital-actions. Black Rock injecte la même somme en débenture dans Ciment McInnis, pour un total de 250 nouveaux millions.

Le reste des coûts supplémentaires sera couvert par une «marge pour éventualité» de 200 millions $ déjà prévue au lancement de la construction, indique M. Leitão.

Projet de 1,5 milliard $

Le ministre n'a pas été en mesure de détailler les parts dans ce fonds d'urgence d'Investissement Québec, de la Caisse de dépôt et du groupe Beaudier, le conglomérat d'investissement des familles Beaudoin et Bombardier.

Les 100 millions $ de capital-actions d'Investissement Québec incluent sa part de ce fonds d'urgence, maintient toutefois M. Leitão.

Le projet se chiffre maintenant à 1,5 milliard $. Fin juin, la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a expliqué le dépassement de coûts par des erreurs de planification à l'ingénierie, l'accélération des travaux pour arriver à produire au début de 2017 et l'ajout d'équipements de 100 millions $.

Le gouvernement péquiste a annoncé le projet de Ciment McInnis en janvier 2014; le gouvernement libéral l'a confirmé en juin suivant.

Le montage de départ prévoyait qu'Investissement Québec accorde un prêt de 250 millions et investisse 100 millions en capital-actions. La Caisse de dépôt prenait quant à elle une participation de 100 millions dans Ciment McInnis. L'injection de nouveaux fonds par la Caisse porte la part des institutions publiques à 615 millions.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer