Le Port de Sept-Îles réclame 19 M$ à Champion Iron Mines

Le Port de Sept-Îles réclame 19,6 millions $... (Photo fournie par le Port de Sept-Îles)

Agrandir

Le Port de Sept-Îles réclame 19,6 millions $ à Champion Iron Mines pour la construction du quai multiusager du secteur de Pointe-Noire.

Photo fournie par le Port de Sept-Îles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le quai multiusager, flambant neuf, de la Pointe-Noire n'a pas encore servi qu'un autre conflit point avec l'un des futurs utilisateurs. Le Port de Sept-Îles intente des procédures contre Champion Iron Mines, à qui il réclame 19,6 millions $.

Un avis d'arbitrage a été envoyé mercredi à la minière, qui vient notamment d'acheter la mine du lac Bloom à Fermont, pour qu'elle «respecte ses obligations contractuelles», a fait savoir le Port dans un communiqué. Champion est l'un des cinq joueurs privés qui ont payé la moitié de l'infrastructure portuaire de 220 millions $.

Le Port et Ottawa ont chacun allongé 55 millions $ pour compléter le financement. Selon nos informations, tous les partenaires, à l'exception de Champion, ont déjà déboursé leur part. «Au-dessus de 90 millions $ ont été investis» des 110 millions financés par les minières, affirmait d'ailleurs, en mai, le vice-président du C.A. du Port, Pierre Côté.

«Le refus de Champion de compléter le versement [...] a eu pour conséquence de transférer indûment au Port des charges financières importantes et non prévues», est-il indiqué dans le communiqué de l'administration portuaire, qui n'a pas voulu commenter. La contribution de Champion au quai devait atteindre 25 millions $.

«Par ces procédures judiciaires, le Port souhaite protéger ses intérêts» et ceux de ses partenaires, a affirmé l'organisation. Pour sa part, la minière a confirmé avoir reçu un avis d'arbitrage du Port de Sept-Îles et explique avoir «demandé à [ses] procureurs d'en prendre connaissance et d'en assurer le suivi approprié».

Autre différend

En mai, New Millennium Iron a publiquement contesté l'avis de livraison opérationnelle du quai multiusager, envoyé par le Port, lui expliquant qu'elle devait ainsi respecter les obligations liées à son contrat. De type «take or pay», l'entente engage la minière à payer un montant minimal même si elle n'expédie pas le tonnage prévu.

Or, pas une tonne de fer n'a encore été expédiée du quai, dont la construction a été complétée en octobre 2015. Les installations ne sont d'ailleurs pas encore reliées à un convoyeur pour le transbordement. Selon le Port, il est de l'obligation des minières de brancher leurs équipements au quai multiusager.

Dans le contexte du cycle baissier du fer, pas un joueur sauf Tata Steel Minerals Canada n'est en position de commencer une production. Pour l'heure, Tata Steel expédie des actifs de Rio Tinto IOC et cherche à conclure une entente avec Québec, qui vient d'acheter les équipements de Cliffs Natural Resources, les seuls qui atteignent le quai multiusager.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer