Premiers barils de pétrole de Gaspé livrés à Suncor

Si le pétrole d'Haldimand no 4 est acheminé... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Si le pétrole d'Haldimand no 4 est acheminé vers une raffinerie, son gaz naturel est brûlé à la torchère pour la durée des essais de production.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(GASPÉ) Pétrolia vient de livrer 530 barils de pétrole de Gaspé à la raffinerie Suncor de Montréal. Une production qui aboutira dans les moteurs de nos voitures ou, dans une moindre mesure, sous forme de polyester dans un tissu de polar ou une bouteille de plastique.

Pétrolia mène depuis le 18 mai des essais de production au puits Haldimand no 4, à Gaspé. La compagnie a annoncé hier que deux camions de pétrole brut, contenant environ 84 000 litres de pétrole, étaient en route vers une des deux raffineries du Québec. Selon nos informations, il s'agit de celle de Suncor, et non de la raffinerie Valero de Lévis.

À 80 %, ce sont des produits dits «énergétiques» qui sortent de la raffinerie de Montréal, comme l'essence et le diesel, indique le porte-parole Dean Dussault. 

Les 20 % restants sont des produits destinés à des fabrications plus durables. Suncor vend du xylène, un sous-produit du pétrole, à des fabricants de polyester. Cette matière est ensuite utilisée dans des tissus synthétiques ou des plastiques.

Le pétrole gaspésien est du brut léger, précise M. Dussault. Impossible de savoir ce que deviendra précisément celui extrait à Gaspé; tout le pétrole léger acheminé chez Suncor entre dans le même processus.

La raffinerie de Montréal utilise par ailleurs du pétrole lourd pour faire du bitume.

La production montréalaise de Suncor est surtout acheminée vers le Québec et l'Ontario. 

Les essais à Haldimand no 4 dureront 240 jours. Ils visent à déterminer quel débit le forage peut maintenir à long terme et si son exploitation peut être rentable.

À l'orée des essais, Pétrolia prévoyait expédier en moyenne deux camions-citernes par semaine vers le raffinage pour vider les réservoirs installés sur le site de forage. Quant au gaz naturel, il est brûlé à la torchère à côté du puits.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer