Dormir dans des nichoirs géants

Le directeur général du Parc Nature, Denis Cardinal...

Agrandir

Le directeur général du Parc Nature, Denis Cardinal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Pointe-aux-Outardes) Des oiseaux de toutes sortes s'arrêtent régulièrement pour séjourner ou vivent au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes, véritable sanctuaire de la faune ailée. Dès cet été, les touristes pourront faire de même en couchant dans des nichoirs géants, qui pourront accueillir de 4 à 12 personnes en tout confort.

«On désirait développer depuis longtemps un concept particulier d'hébergement et l'idée des nichoirs est venue il y a environ deux ans», souligne le directeur général du Parc Nature, Denis Cardinal. L'idée a pris forme durant la concrétisation du jardin d'oiseaux du Parc, là aussi un concept novateur où chaque espèce d'oiseau peut trouver de la nourriture, des fleurs et de «l'hébergement» adaptés à ses besoins.

Le Parc Nature, qui se trouve à la pointe sud-ouest de la péninsule Manicouagan, érige présentement cinq nichoirs. Quatre d'entre eux pourront recevoir quatre ou cinq personnes alors que le cinquième sera en mesure d'en accueillir 12. Les nichoirs porteront les noms de cinq «résidents» du Parc, soit le grand pic, la chouette lapone, le balbuzard pêcheur, le merle bleu et celui de 12 places, le bien nommé hirondelle des rivages. «C'est un oiseau qui niche en colonie au bord de la falaise», précise Denis Cardinal pour expliquer l'appellation.

En lien avec leur emblême

Les nichoirs, qui auront évidemment les couleurs caractéristiques de leur oiseau emblématique à l'extérieur, auront également un intérieur inspiré d'un véritable nichoir. Ainsi, certains lits seront ronds, pour rappeler les nids, alors que d'autres se retrouveront dans des filets de catamaran. «L'ameublement et les couleurs de chaque nichoir sera en relation avec l'oiseau dont il est question», précise M. Cardinal.

Il en coûtera 120 $ pour une nuitée dans ces nichoirs (autour de 150 $ pour le plus grand), équipés selon la formule prêt-à-camper, avec notamment poêle au propane, sacs de couchage, oreillers, glacière, cafetière et toilette sèche. «Tout ce que t'as à apporter, c'est ta glace, ta bouffe et tes vêtements.»

Pour cette première année d'exploitation, qui devrait s'amorcer dès la fin de la construction, à la troisième semaine de juin, la clientèle sera principalement internationale car le Parc Nature a surtout fait affaire avec des grossistes offrant des forfaits à une clientèle hors-Québec. «Ces gens recherchent la culture innue, ce qu'on proposait déjà ici avec notre sentier d'interprétation innu, et de l'hébergement dit insolite, ce qu'on offre maintenant», a ajouté le dg.

Phase 1 

Ce projet, évalué à 250 000 $, en est à sa phase 1. «Pour la phase 2, on aimerait pouvoir isoler les nichoirs et installer des poêles à bois pour développer le tourisme d'automne et d'hiver. C'est un site exceptionnel pour la raquette ici», soutient M. Cardinal, qui souligne qu'il n'est pas question d'expansion. Le Parc ne comptera en tout et pour tout que ces cinq nichoirs, en plus des cinq places de camping et quatre places pour des motorisés déjà disponibles. «On veut que ça demeure une expérience tranquille, paisible.»

Le Parc à la recherche de financement

Les idées foisonnent dans la tête de Denis Cardinal. L'âme dirigeante et le chef d'orchestre de l'équipe du Parc Nature est présentement à la recherche de financement pour délocaliser à l'entrée du parc le bâtiment d'accueil et l'administration. En raison d'une subvention de la Fondation Alcoa, le Parc Nature pourra aussi se doter d'un bâtiment consacré aux sciences en général et à l'astronomie en particulier. Le club d'astronomie de Baie-Comeau, dont les membres fréquentent régulièrement le Parc pour observer les étoiles, donnera pour 55 000 $ d'équipements à la fine pointe afin que la clientèle puisse observer le ciel lors d'activités. «On veut également développer d'autres activités scientifiques car l'objectif derrière ça est d'intéresser les jeunes à la science», déclare-t-il. D'ailleurs, plusieurs classes de jeunes de l'extérieur de la région fréquentent déjà le Parc Nature, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Baie-Comeau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer