Industrie éolienne: les trois maires gaspésiens persuadent Arcand

Les maires de Gaspé, Matane et New Richmond, trois villes où l'industrie... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) Les maires de Gaspé, Matane et New Richmond, trois villes où l'industrie éolienne est majeure, ont convaincu le ministre des Ressources naturelles du Québec, Pierre Arcand, de former une cellule d'intervention pour accompagner des firmes régionales dans des démarches d'exportation.

Cette cellule d'intervention est rendue nécessaire par la récente Politique énergétique du Québec 2016-2025, qui ne prévoit aucun nouvel approvisionnement en énergie éolienne pour Hydro-Québec avant 2024, mis à part les ententes déjà signées.

Cette orientation laisse en plan toute une chaîne d'approvisionnement créée depuis 2003 afin de répondre à des appels d'offres ayant débouché sur l'installation passée et présente de parcs éoliens d'une capacité de près de 4000 mégawatts au Québec. Quatre des principaux membres de cette industrie sont situés à Matane, Gaspé et New Richmond.

«Nous voulons voir dans la cellule d'intervention des représentants du ministère de l'Économie, Hydro-Québec, Investissement Québec, la Stratégie maritime, tous les acteurs en mesure d'apporter des solutions pour soutenir nos fabricants de composantes», note Daniel Côté, maire de Gaspé.

Lui et ses homologues Jérôme Landry, de Matane, et Éric Dubé, de New Richmond, ont d'ailleurs laissé dès mardi soir au ministre Arcand une ébauche de document rassemblant les principaux points à réaliser.

«Ça prend des "techniciens" à la table, des gens qui peuvent nous donner des chiffres, du concret. Il faut que ça se fasse rapidement [...] Je vois la cellule d'intervention se rencontrer dans trois semaines», dit le maire Côté.

Fins de contrats

Dans sa ville, l'usine de pales LM Wind Power, qui emploie 200 personnes, n'a pas de contrat après septembre. À Matane, l'usine de tours d'Enercon a réduit son embauche de 140 à 25 employés depuis 2014. L'autre usine de tours, appartenant à Marmen, tourne à plein régime avec près de 150 employés, mais ses contrats l'amènent dans le courant de l'année 2017.

À New Richmond, Fabrication Delta aura une centaine de travailleurs à l'oeuvre sous peu mais une soixantaine d'entre eux sortent de deux mois de mise à pied. Par contre, l'usine est agrandie à des fins de diversification.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, avait des attentes modérées avant de rencontrer Pierre Arcand, mais il croit que le ministre «a compris le message» de fournir une aide à l'exportation «à court terme» pour aider des usines établies en fonction du marché québécois.

Éric Dubé, maire de New Richmond, voit l'aide se déployer «en logistique de transport, en appui à l'exportation, même en transformation d'entreprises».

Des composantes pour équiper des parcs éoliens totalisant une capacité de 300 à 350 mégawatts par année seraient nécessaires pour assurer les activités des usines de Gaspé, Matane et New Richmond.

Le développement éolien a créé 1200 emplois en Gaspésie et en Matanie, en fabrication et en entretien, et 3800 autres dans le reste du Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer