Le transport par bus Montréal-Gaspé désormais offert de jour

Abandonné en janvier 2015, le service d'autobus interurbain... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Abandonné en janvier 2015, le service d'autobus interurbain entre Grande-Rivière et Gaspé reprendra. Quant au service entre Montréal, Québec et Gaspé, il sera dorénavant offert le jour.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) Les cinq MRC de la Gaspésie et le transporteur Keolis Canada ont conclu une entente de principe visant le retour du service d'autobus interurbain entre Grande-Rivière et Gaspé, un trajet de 100 kilomètres abandonné en janvier 2015, laissant Percé sans desserte.

L'entente, à entériner par la Commission des transports du Québec (CTQ), prévoit de plus que le service entre Montréal, Québec et la Gaspésie sera désormais offert le jour plutôt que la nuit. En plus de ceux de Percé, les gens de Cap-Chat, New Richmond et Port-Daniel verraient désormais les autocars d'Orléans Express s'arrêter plutôt que passer.

La préfète Nadia Minassian a loué la solidarité des trois MRC initialement écartées de la démarche par la proposition de Keolis Canada, qui avait d'abord sollicité sa MRC, du Rocher-Percé, et la MRC Côte-de-Gaspé pour qu'elles fournissent 37 500 $, de façon à atteindre les 150 000 $ manquants pour revenir entre Grande-Rivière et Gaspé.

«Nous avons, le maire de Gaspé Daniel Côté et moi, été agréablement surpris. Tout le monde a embarqué», dit-elle.

Les cinq MRC, dont Avignon, Bonaventure et Haute-Gaspésie, verseront chacune 7500 $, pour un total de 37 500 $. Le ministère des Transports du Québec s'est engagé à payer 112500$ pour arriver à 150000$ par an, le montant identifié par Keolis pour relier sans profit Grande-Rivière et Gaspé.

Nadia Minassian reste un peu déçue que des fonds communautaires servent à appuyer une firme multinationale offrant un service essentiel pour le public.

«On s'attendait à ce que la CTQ nous protège un petit peu plus», dit-elle en pensant à l'approbation donnée par l'organisme public menant aux coupes de janvier 2015. «Mais c'est un service abordable et efficace».

Daniel Côté, qui négociait avec Keolis Canada aux côtés de Mme Minassian, croit que le retour à Percé peut être envisagé pour le début de juillet.

«Le temps presse. L'entente sera envoyée à la Commission des transports. On peut compter un délai de traitement d'un mois. Il faut que Transport-Québec traite ce dossier, même s'il est entendu que le ministère contribuera à 75 %. Keolis devra enfin apporter des petits changements à la convention collective des chauffeurs. Ils doivent travailler plus longtemps», dit-il.

L'appui financier des MRC à Keolis pourrait être retiré si la Commission des transports juge, à la lumière d'audiences publiques tenues en mars pour dresser un bilan d'exploitation un an après les coupes de 2015, que le transporteur doit retourner entre Grande-Rivière et Gaspé sans subvention.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer